Nous étions invités ce matin à découvrir l’iPhone 6s chez un opérateur pour le lancement mondial du nouveau smartphone d’Apple. Ce qui nous intriguait le plus était la fonctionnalité 3D Touch, compatible au Force Touch de Huawei sur le Mate S. Nous avons donc réalisé une vidéo de prise en main de l’iPhone 6s et plus particulièrement de la fonctionnalité 3D Touch qui apporte un plus indéniable à l’ergonomie du téléphone.

Apple iPhone 6S 3D Touch (1 sur 2)

Lors de l’annonce des iPhone 6s et 6s Plus par Apple au début du mois, la fonctionnalité 3D Touch nous avait particulièrement séduits sur le papier. Apple utilise la technologie Force Touch (renommée 3D Touch pour l’occasion) déjà aperçue sur l’Apple Watch, et aussi rapidement à l’IFA lors de l’annonce par Huawei du Mate S en version Force Touch. L’idée est de détecter différents niveaux de pression sur la dalle tactile pour savoir si l’utilisateur appuie fort ou de manière légère sur son écran. Rien à voir avec la durée de l’appui ou la surface occupée par le doigt sur l’écran, deux techniques déjà utilisées sous Android. Avec 3D Touch, le niveau de précision est beaucoup plus fin, et l’iPhone est capable de détecter trois niveaux de pression différents : un appui simple, un appui un peu plus fort et un troisième appui, encore plus fort. À chaque niveau de pression, l’iPhone (ou plutôt iOS) réagit d’une manière spéciale.

Apple iPhone 6s 3D Touch

 

3D Touch omniprésent dans iOS

3D Touch est utilisé par Apple de deux manières différentes : sur les icônes de lancement des applications, mais aussi à l’intérieur des applications. Prenons l’exemple de l’application Messages : un appui simple sur l’icône ouvre l’application avec la liste des conversations. Un appui fort permet d’accéder directement à l’écriture d’un nouveau message. Un gain de temps appréciable. Une fois dans l’application, si l’utilisateur clique de manière classique sur une conversation, celle-ci s’ouvre normalement. Mais un appui fort permet d’avoir un aperçu des messages, qui disparait dès qu’on retire le doigt de l’écran. C’est encore une fois un léger gain de temps, mais très appréciable. Il y a de nombreux autres usages : faire apparaître brièvement une carte en appuyant sur une adresse dans un SMS, afficher l’aperçu d’un site Internet avant de s’y connecter, ouvrir l’application photo sur un mode prédéterminé, afficher rapidement les photos prises avec l’iPhone lorsque la vue appareil photo est en marche, utiliser le clavier comme un trackpad, etc. L’intérêt est de pouvoir « quitter » ces actions rapides dès qu’on retire le doigt de l’écran.

iPhone-6s-GIF-2

 

Un agréable retour haptique

Pour faciliter la compréhension de 3D Touch, Apple a eu la bonne idée d’intégrer un retour haptique dans l’iPhone, le même que celui de la montre. On sait donc – et on comprend – exactement lorsque l’iPhone a détecté un niveau de pression, ou lorsque, par exemple, une icône n’est pas compatible avec 3D Touch, grâce à une petite tape. Si on essaye d’appuyer fortement sur une icône incompatible, l’iPhone nous fait savoir que l’application n’est pas supportée avec une légère tape presque amicale et non pas une violente vibration.
iPhone-6s-GIF-3

 

Une démocratisation rapide

On retrouve le même fonctionnement dans la majorité des applications de base d’Apple et c’est là la force de la marque à la pomme : proposer une fonctionnalité qui sera utilisable dès les premiers jours par les utilisateurs. Sous Android, pour le moment, seul Huawei s’est risqué à emprunter le chemin de Force Touch avec une version spéciale du Mate S, indisponible pour le moment. Malheureusement, lors de la présentation de Huawei, à part peser une orange, on pouvait se demander à quoi allait servir cette fonctionnalité tant le constructeur avait peu réfléchi aux apports pratiques en terme d’ergonomie. Mais tout n’est pas encore gagné pour Apple puisqu’il faut désormais inciter les développeurs indépendants à utiliser cette fonctionnalité, grâce au SDK. On imagine que les développeurs joueront le jeu puisque le parc d’iPhone 6s et 6s Plus en circulation devrait rapidement augmenter.

Apple-iPhone-6s-3D-Touch-2

 

Et sous Android ?

Sous Android, les constructeurs seront sûrement plus frileux pour intégrer Force Touch sur leurs terminaux. En effet, Android ne supporte pas nativement cette technologie, et les constructeurs doivent donc faire un effort de développement logiciel pour intégrer cet écran de nouvelle génération. Pire, les développeurs bouderont sûrement cette fonctionnalité – du moins les premiers temps – à cause du faible nombre de terminaux qui seront compatibles avec la fonctionnalité. Mais on espère réellement que Force Touch se démocratisera sous Android puisque cette technologie apporte une ergonomie et un gain de temps indéniable pour l’utilisateur.

Apple iPhone 6S 3D Touch (2 sur 2)


Chaine Youtube FrAndroid

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Apple iPhone 6s et 6s Plus vs Huawei Mate S, rivaux en Force Touch
  2. Prise en main du Huawei Mate S, que la Force Touch ne soit pas avec lui
  3. iPhone 6S vs Huawei Mate S : duel autour de leur Force Touch
  4. Alcatel One Touch Hero : prise en main vidéo du phablet doté de deux écran s [IFA 2013]
  5. Mate 7S : Huawei met en avant son écran Force Touch