L’idée d’un iPhone équipé de CyanogenMod refait surface, après une mutation structurelle annoncée par la team Cyanogen et divers “indices” disséminés çà et là. Phandroid soulève la question, qui mérite que l’on se penche un peu plus avant sur le sujet.

iPhone Android

Quelles sont les qualités de l’iPhone, qu’il s’agisse des dernières générations 5S et 5C, ou de leurs prédécesseurs ? Si l’on excepte le système d’exploitation qui les anime, puisqu’il n’en est plus question ici, c’est bien l’aspect hardware desdits appareils, à commencer par la qualité de leur écran et de leur appareil photo, ou encore la qualité générale de leur finition. Sans oublier que les smartphones haut de gamme sous Android ont adopté des dimensions de plus en plus imposantes et que, pour un terminal premium, 4,7 pouces apparaissent désormais comme un minimum. Pour les adeptes des téléphones plus compacts, il faut généralement se rabattre sur des modèles moins perfectionnés, quand l’iPhone – même si la rumeur envisage un prochain iDevice au format phablette – ne dépasse pas les 4 pouces, même dans ses dernières générations.

Et c’est bien là que Cyanogen intervient : et si les qualités de la ROM venaient faire équipe avec un terminal indéniablement intéressant ? C’est en tout cas l’idée qui ressurgit régulièrement et qui avait frappé ceux qui ont regardé attentivement le visuel publié par Cyanogen sur son blog lors de ses récentes annonces de restructuration. De fait, les appareils en question ressemblent tous à des smartphones réels, et les terminaux disposés à droite de la fiche ressemblent à s’y méprendre à des iPhone, le bouton central du téléphone présenté aidant. Et le projet Nemesis, assez mystérieux en soi mais destiné à apporter Cyanogen à un maximum d’appareils, semblait aller dans ce sens. Cependant, si l’on a déjà vu des iPhone tourner sous Android il y a quelques années, il faut rappeler que le matériel utilisé dans les iPhone et les appareils Android n’est pas tout à fait le même. Si Apple tient à conserver ses petits secrets, on estime que la RAM de ses appareils est largement inférieure aux 2 à 3 Go que l’on trouve sur les androphones haut de gamme, pour ne parler que de cet aspect. Si un jailbreak d’iPhone peut éventuellement ouvrir de nombreuses options, reste que des limitations peuvent apparaître rapidement.

Cyanogen

Entre pouvoir et vouloir, cruel dilemme

Si séduisante soit-elle, l’idée d’un iPhone sous Android/Cyanogen fait-elle sens ? Il reste un dernier point, toutes limitations techniques confondues : doit-on et peut-on acheter un smartphone à une entreprise pour détourner de bout en bout son éthique, l’iPhone étant un produit doté d’un OS fermé ? Dans un univers de fanboys nourris aux pommes s’opposant aux adeptes du Bugdroid, pourra-t-on vouloir livrer plusieurs centaines d’euros à une firme donc on refuse le système d’exploitation ? La simple idée d’un iPhone sous Cyanogen indique, et c’est certainement une piqûre de rappel nécessaire, qu’il existe un public pour les smartphones de taille compacte, et qu’il peut même s’agir de férus de téléphonie mobile. Avis aux constructeurs.

Comments

comments

No related posts.