Uber vient d’officialiser sa première voiture autonome : une Ford Fusion (équivalent de la Ford Mondeo aux États-Unis) qui parcourt les rues de Pittsburgh en Pennsylvanie. La voiture dispose de fonctionnalités de conduites autonomes, à l’image des Google Car, mais aussi une fonctionnalité de cartographie.

Uber voiture autonome

La voiture autonome d’Uber n’est pas une surprise puisque l’année dernière, on avait pu apercevoir une Ford Fusion bardée de capteurs sur le toit avec un autocollant à l’effigie du service de VTC sur les portières. L’entreprise vient de dévoiler officiellement le véhicule en permettant à un journaliste du site Tribune-Review de monter à bord pour un trajet à Pitsburgh.

Pourquoi cette ville ? Parce que c’est l’endroit dans lequel est installé le laboratoire de R&D de l’entreprise baptisé Advanced Technology Center depuis 15 mois. L’idée de ce laboratoire est de réfléchir au futur du transport de personne, qui va bien évidemment passer par des voitures autonomes.

Une voiture semi-autonome

La voiture autonome d’Uber ressemble, dans son fonctionnement, à la Tesla Model S, mais physiquement, elle fait davantage penser aux Google Car. On trouve en effet de nombreux capteurs sur le toit (caméras, laser, LIDAR) qui permettent à la voiture de se repérer dans l’environnement, mais aussi de cartographier ce dernier avec précision afin de faciliter la conduite autonome. De quoi proposer un service cartographique à certains constructeurs automobiles qui se lancent dans la conduite autonome, ou alors se le garder précieusement pour soi, afin de mieux concurrencer le reste de l’industrie.

Pour le moment, la Ford Fusion hybride n’est pas totalement autonome puisque certaines situations (l’apparition d’un objet inconnu sur la route, une voiture qui s’insère dans la file, etc.) ne sont pas encore totalement comprises par la voiture. Le conducteur doit donc reprendre la main lorsque le bip retentit dans l’habitacle, même si la voiture est capable d’accélérer, de freiner, de tourner toute seule et bien entendu d’éviter les obstacles pour réduire les accidents. Uber rappelle d’ailleurs que 94 % des accidents de la route seraient le fait d’une erreur humaine.

Pour des services de VTC autonomes

Uber n’a pas totalement dévoilé les détails de la voiture autonome, et notamment de son la globalité de son projet. On imagine toutefois sans trop peiner que les voitures totalement autonomes permettront de remplacer, à terme, les voitures avec chauffeurs, et donc de proposer des services de transports de personne plus sûrs, mais surtout moins coûteux.

À lire sur FrAndroid : Google, Volvo, Ford, Uber et Lyft : du lobbying pour défendre les voitures autonome