Après un Redmi Note 2 très convaincant dont les avantages étaient indéniables (lire notre test), Xiaomi a dévoilé en novembre dernier le Redmi Note 3, premier smartphone de la marque à être équipé d’un capteur d’empreintes digitales. En dehors de ce détail, les nouveautés de cette troisième génération restent mineures. Faut-il donc s’enthousiasmer pour le Redmi Note 3 ou non ?

xiaomi-redmi-note-3-1 copy


Bis repetita placent

Comparé au Redmi Note 2, le Redmi Note 3 ne semble pas très impressionnant. Même processeur, écran similaire, appareil photo très ressemblant… Sur le papier, cette génération ne semble pas révolutionner le genre, ce qui explique que son prix n’ait pas évolué non plus. On notera tout de même quelques petits changements bien pensés, à commencer par la présence d’un capteur d’empreintes que n’avait pas le modèle précédent.

  Xiaomi Redmi Note 3
Système d’exploitation Android 5.0.2 Lollipop
Interface constructeur MIUI 7
Taille d’écran 5,5 pouces
Technologie d’écran LCD IPS
Définition Full HD 1080p
1920 x 1080 pixels
Résolution 401 PPP
Traitement anti-rayures Gorilla Glass 3
SoC MediaTek Helio X10
MT6795
Nombre de coeurs 8x Cortex-A53 @ 2 GHz
Gravure 28 nm
Puce graphique (GPU) PowerVR G6200 @700 MHz
Mémoire vive (RAM) 3 Go RAM LPDDR4 @933 MHz
(existe aussi en 2 Go)
Mémoire interne (ROM) 32 Go
(existe aussi en 16 Go)
Micro-SD Non
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
f/2.2
Flash dual LED (bi-ton)
Autofocus à détection de phase
Appareil photo (frontal) 5 Mégapixels
OmniVision OV5670
f/2.0
Wi-Fi Wi-Fi 802.11a/b/g/n/ac (2,4 GHz et 5 GHz)
Bluetooth 4.1 LE A2DP
NFC Non
Port infrarouge Oui
Lecteur d’empreintes Oui
4G catégorie Catégorie 4 (150 / 50 Mbps)
4G bandes 1800 / 2600 MHz
SIM 2x Micro SIM
Localisation GPS + GLONASS + AGPS + BeiDou
USB Micro-USB 2.0
Batterie 4 000 mAh Li-Po
Dimensions 150 x 76 x 8,65 mm
Poids 164 grammes
Couleurs Gris / Argenté / Doré
DAS nc
Prix À partir de 210 dollars (190 euros)

Version 2 Go RAM / 16 Go ROM à partir de 170 dollars (155 euros)


Un effort esthétique

Bien que les finitions des produits de Xiaomi soient soignées, il est rare que l’on souffle un « wahouuu » émerveillé devant l’un d’eux. Pour le Redmi Note 3 néanmoins, le constructeur chinois a travaillé sa copie avec soin afin d’offrir un rendu plus attrayant que d’habitude. Fin, lisse et aux bordures très arrondies, il tente d’imiter certains de ses concurrents tout en restant cantonné au plastique afin de donner une texture plus chaude et ne pas surcharger son poids. Cette inspiration se perçoit notamment de dos, avec ses deux barres de couleur différente en haut et en bas de l’appareil. Sa forme et sa texture rendent néanmoins l’ensemble plutôt glissant lorsque le téléphone est tenu fermement.

xiaomi-redmi-note-3-9 copy

Tout comme sur le Nexus 6P, et d’autres encore, on retrouve à l’arrière, sous son objectif photo, un capteur d’empreintes circulaire de taille similaire au module photo pour ne pas dénoter, parfaitement positionné pour se positionner sous l’index et cerclé d’un anneau métallique brillant. Ce côté brillant se retrouve également sur le logo « MI », sur le bas de l’appareil, juste au-dessus du haut-parleur. Lui-même surplombe d’ailleurs une toute petite béquille servant à éviter que le son soit étouffé lorsque le Redmi Note 3 est posé sur une surface plane.

xiaomi-redmi-note-3-11 copy

Comme beaucoup de constructeurs chinois, Xiaomi a pris la décision de positionner ses trois boutons principaux (Power et Volume+/-) sur le côté droit de l’appareil. Par conséquent, les deux plus bas sont facilement accessibles et tombent naturellement sous le doigt, mais monter le volume nécessite de repositionner sa main pour ceux n’ayant pas de grande paluche.

xiaomi-redmi-note-3-8 copy

La façade avant reste très traditionnelle également, avec des bordures d’écran visibles, mais pas trop large pour cette gamme de prix. Les trois boutons situés sous l’écran n’ont pas changé, si ce n’est qu’ils sont rétroéclairés en blanc et non plus en rouge comme c’était le cas sur le Redmi Note 2, une particularité tape à l’œil qui plaisait à certains et permettait au téléphone de se démarquer un peu.

xiaomi-redmi-note-3-16 copy


Un écran de bonne facture

« On ne change pas une équipe qui gagne » dit l’adage que Xiaomi semble avoir appliqué à la lettre. En effet, on ne remarque que très peu de différences entre les écrans du Redmi Note 2 et du Redmi Note 3, ce qui nous pousse même à nous demander s’ils ne proviennent pas du même stock.

xiaomi-redmi-note-3-15 copy

En dehors de la taille (5,5 pouces) et de la définition (Full HD), on retrouve des caractéristiques similaires entre les deux dalles IPS, à commencer par une bonne luminosité (440 cd/m²) rendant son utilisation agréable même en extérieur, ainsi qu’un contraste de 1226:1 tout à fait correct qui rend l’image agréable à l’œil.

En poussant un peu plus loin on s’apercevra que tout comme sur le Redmi Note 2, les couleurs sont un peu fades, notamment au niveau des rouges et des verts, et le noir manque un peu de profondeur. Dans l’ensemble, notre sonde nous indique une température d’écran un peu haute qui trahit des couleurs tirant sur le bleu. À l’utilisation, cela ne se remarque néanmoins pas réellement, et ceux que cela dérange pourront toujours se rendre dans les paramètres du téléphone pour adapter la température à leur goût.

couleurs-xiami-redmi-note3


MIUI 7 pour le meilleur et pour le pire

En ce qui concerne la partie logicielle du Redmi Note 3, encore une fois, les différences avec le Redmi Note 2 ne sont pas flagrantes, et pour cause puisque, comme ce dernier, le dernier-né de Xiaomi tourne sous Android 5.0.2 avec MIUI 7. Comme lui également, il intègre les derniers patchs de sécurité permettant de combler entre autres toutes les failles de Stagefright.

xiaomi-redmi-note-3-logiciel

Dans sa version 7, l’interface MIUI reste toujours aussi inégale. Si l’on apprécie sa fluidité et ses quelques options bien pensées, elle n’en reste pas moins la ROM chinoise par excellence, avec ses traductions approximatives (puisque réalisées par des bénévoles), ses applications préembarquées en chinois (comme l’App Store) et son absence de tiroir d’applications. De plus, certaines applications rencontrent quelques incompatibilités, à l’instar de Facebook Messenger par exemple qui ne se lance pas lors d’un clic sur une notification.

Une fois cette expérience déroutante encaissée et la ressemblance avec iOS acceptée, MIUI reste néanmoins agréable à utiliser et personnalisable sur de nombreux aspects. On peut citer par exemple la gestion des paramètres rapides, le choix du nom de l’opérateur, de la LED de notifications, de l’aspect de l’indicateur de batterie et bien d’autres encore. Enfin, pour ceux qui préfèrent des changements plus radicaux, une boutique de thèmes permet de relooker entièrement son interface tandis que le mode senior, activable depuis les paramètres, rend l’ensemble plus facile d’utilisation avec une interface en tuiles à la Windows Phone.

xiaomi-redmi-note-3-interface

Enfin, notez que si le Google Play Store est installé nativement, les autres applications de Google habituellement présentes (YouTube, Maps, Hangouts, Photos, etc.) doivent être installées manuellement.


De l’entrée de gamme convenable

Comme dit plus tôt, le Redmi Note 3 n’est pas une révolution complète par rapport à la génération précédente. Pour autant, quelques différences peuvent être signalées, comme le giga-octet de RAM supplémentaire (dans la version testée ici) ou la fréquence de son GPU, cadencé à 700 MHz au lieu de 500. De petits changements qui le rendent un peu plus puissant que son prédécesseur.

  Xiaomi Redmi Note 3 Xiaomi Redmi Note 2 mode ZUK Z1 Honor 7 OnePlus 2 Zenfone 2 (ZE551ML)
AnTuTu 5.x 47 393 42 979 46 726 45 879 56 034 47 327
AnTuTu 6.0 48 093 - - - - -
PCMark 4 218 5 155 4 226 4 615 3 596 5 722
3DMark Ice Storm Unlimited (General) 15 398 14 727 18 466 12 020 22 098 20 385
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics) 15 574 14 716 19 623 12 678 32 019 20 269
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics) 14 811 14 767 15 308 10 171 10 601 20 800
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen) 9,5 / 10 FPS 7,9 / 8,5 FPS 12 / 11 FPS 8,2 / 7 FPS 22 / 21 FPS 12 / 13 FPS
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen) 26 / 27 FPS 23 / 23 FPS 28 / 27 FPS 12 / 11 FPS 42 / 38 FPS 30 / 30 FPS

MIUI propose deux « gouverneurs CPU », l’un optimisé et l’autre dédié aux hautes performances qui ne bride en aucun cas le processeur. Dans ce mode, le Redmi Note 3 surpasse tous ses concurrents et vient même chatouiller sur certains benchmarks le ZUK Z1 et son très bon Snapdragon 801. Le couple Helio X10 + 3 Go de RAM fonctionne bien, cela ne fait aucun doute.

Dans les jeux, cela se ressent et bon nombre d’entre eux tournent sans le moindre hoquet à un framerate plus que convenable (Asphalt 8: Airborne, Real Racing 3…). Seule une poignée de titres, moins bien optimisés ou vraiment lourd (Rayman Adventures par exemple) souffrent de quelques ralentissements disgracieux sans que cela ne devienne injouable pour autant. En outre, la température reste acceptable lorsque le mode optimisé est activé. En mode hautes performances en revanche, la chaleur se fait vite ressentir.

Mais le plus impressionnant reste son capteur d’empreintes. Comme promis par Xiaomi, celui-ci est très rapide et très réactif. En outre, il fonctionne même lorsque l’écran est en veille et permet de réveiller directement le téléphone sans avoir à l’allumer d’abord, puis à la déverrouiller avec son doigt dans un second temps. Seul bémol pour certains, sa position à l’arrière du téléphone oblige à prendre le téléphone en mains lorsque celui-ci est posé sur une table.

xiaomi-redmi-note-3-13 copy


Toujours pas de 800 MHz

Comme toujours ou presque lorsqu’il s’agit d’importation, le Redmi Note 3 est dépourvu de la bande de fréquences 800 MHz. Pour les citadins qui reposent sur le réseau de SFR ou dans une moindre mesure sur celui d’Orange, cela peut venir poser problème. Les abonnés de Free ou de Bouygues Telecom devraient quant à eux être moins chagrinés par ce détail et profiter pleinement de leur 4G de catégorie 4 (150 / 50 Mbps).

La qualité des appels est pour sa part satisfaisante, et ce même si l’atténuation des bruits de fond n’est pas la plus efficace jamais entendue.

Le WiFi de son côté est compatible avec les dernières normes en vigueur (802.11 a/b/g/n/ac en 2,4 et 5 GHz), tandis que le GPS, qui capte à la fois le A-GPS et le GLONASS, fixe très rapidement et nous a localisé correctement lors de nos essais.

xiaomi-redmi-note-3-data-gps


Un appareil photo décevant

Après l’impressionnant appareil photo du Redmi Note 2, on s’attendait à mieux encore du Redmi Note 3. Malheureusement, la qualité n’est pas allée dans le bon sens sur cette génération, avec un résultat qui semble moins bon.

Xiaomi-redmi-Note-3-sample-photo-3 Xiaomi-redmi-Note-3-sample-photo-5 Xiaomi-redmi-Note-3-sample-photo-6

En intérieur, même si le rendu n’est pas atroce, on note par exemple la présence de bruit, même lorsque l’éclairage est fort, ou une colorimétrie ayant tendance à tirer au jaune. En extérieur, le constat n’est pas meilleur et les différences de lumière sont difficilement gérées. Contrairement au Redmi Note 2, ce problème ne se rattrape plus aussi facilement à l’aide du mode HDR. Enfin, la mise au point est perfectible, les zones floues n’étant pas rares.

xiaomi-redmi-note3-sample-HDR

Le mode HDR n’est clairement pas impressionnant.

De nuit, le bruit est toujours présent, bien qu’il soit parfaitement justifié ici. Les éléments lumineux se retrouvent néanmoins rapidement nimbés d’un halo flou, ce qui les rend moins discernables. Un défaut que peut difficilement se permettre le Redmi Note 3, dont la finesse des photos est, de base, moins bonne que son prédécesseur.

Xiaomi-redmi-Note-3-sample-photo-1 Xiaomi-redmi-Note-3-sample-photo-2

Seul bon point, le flash a été amélioré et ne détruit plus les photos. Au contraire, il serait même légèrement trop doux pour parfaitement éclairer les sujets très contrastés.

Xiaomi-redmi-Note-3-sample-flash

La colorimétrie est bonne, mais la puissance un peu faible.

L’application propose diverses options, des simples filtres à la Instagram au mode manuel partiel (permettant de régler les ISO et la balance des blancs), en passant par un mode beauté qui lisse le teint de peau et un mode scène bien fourni.

Voir toutes les galeries


Une batterie revue à la hausse

La batterie du Redmi Note 2 n’était clairement pas son point fort. Pour corriger sa copie, Xiaomi a intégré une batterie de 4000 mAh dans son dernier-né, soit presque 1000 mAh de plus que son prédécesseur. Par conséquent, lors de notre test habituel (une heure sur YouTube en WiFi avec la luminosité d’écran réglée à 200 cd/m²), le Redmi Note 3 n’a perdu que 10 % de batterie, ce qui compte parmi les meilleurs résultats obtenus.

Test batterie

  • Redmi Note 3 : 90
  • Redmi Note 2 : 82

Ce résultat est par ailleurs confirmé par notre expérience réelle, puisque jamais nous ne sommes tombés en panne de batterie, et même avec une utilisation poussée, tenir un jour et demi à deux jours est loin d’être impensable.