Nous vous présentons aujourd’hui le test du StarXtrem by SFR, un smartphone ZTE construit sur la base du Grand Memo mais commercialisé sous marque blanche par l’opérateur au carré rouge.

DSC07328

Il lui manquait une phablette et c’est désormais chose faite. SFR dispose maintenant, parmi son offre de smartphones en marque propre, du STARXTREM by SFR, “un grand smartphone” affublé d’un écran de 5,7 pouces (720p, diagonale de 14,5 cm) et aux caractéristiques attrayantes. En effet, le smartphone, construit par ZTE sur le modèle du Grand Memo, dispose d’un écran lumineux, d’un processeur double coeur Qualcomm MSM8960 cadencé à 1,5 GHz et de 1 Go de RAM. Il bénéficie d’une batterie impressionnante fixe de 3 200 mAh, qui lui octroie une autonomie au-dessus de la moyenne des concurrents, 13 Go d’espace de stockage extensibles jusqu’à 32 Go via microSD, un capteur dorsal de 8 mégapixels et une caméra frontale de 1 mégapixel. Commercialisé par SFR sous marque blanche, le STARXTREM peut se connecter aux réseaux mobiles en Dual Carrier de l’opérateur. Le tout sous Android 4.1.2 Jelly Bean dans un écrin de 158 x 82 x 9,12 mm pour un poids de 150 grammes. La phablette by SFR est commercialisée “nue” au prix public conseillé de 399 euros.

Caractéristiques

Version Android
4.1.2 Jelly Bean
Processeur double coeur Qualcomm MSM8960 cadencé à 1,5 GHz
RAM 1 Go
ROM 16 Go (13 Go utilisable)
Carte SD Oui microSD jusqu’à 32 Go
Ecran Tactile 5,7″
Nombre de couleurs 16 millions
Résolution 720×1280
Batterie 3 200 mAh
Réseau 2G/3G/3G+
Débit 3G+ 42.2 Mbps
Caméra 8 mégapixels
Webcam 1 mégapixel
Taille 158 x 82 x 9,12 mm
Poids 150 g
Branchement secteur et PC/MAC micro-USB
Voyant LED Oui, multicolore
DAS 0.233 W/Kg
Coloris Noir
NFC Non
Définition enregistrement vidéo 1920 x 1080
Prix 399 € « nu »

Prise en main

Avant d’entamer cette rubrique, sachez chers lecteurs frandroidiens que nous avons reçu le smartphone à la rédaction “nu”, c’est-à-dire sans aucun emballage et accompagné uniquement d’un chargeur secteur. Il nous est donc impossible de vous dire ce que contient la boîte dans laquelle le STARXTREM est censé être livré. Néanmoins, nous allons tout de même vous présenter cette phablette car, avouons-le, elle ne nous a pas laissés de marbre.

DSC07329

Tenu en main, le STARXTREM (appelons-le SX à l’avenir) est à l’image de toutes les phablettes 5,7 pouces : grand, voire très grand. Si vous avez de petites poches ou de petites mains, passez votre chemin. L’épaisseur est quant à elle, un assez bon point (9,12 mm) surtout sur une phablette de cet acabit. Le verre, qui couvre entièrement la face avant donne un air de petite tablette au smartphone. La coque arrière, fixe et donc cachant une batterie que l’on ne peut enlever (nous-même) est en plastique soft touch, agréable au toucher et bloquant toute possibilité que le smartphone nous échappe des mains. Comme la batterie est amovible, toutes les entrées et sorties de la phablette sont évidemment placées à l’extérieur. On retrouve donc une fente pour la SIM classique, une autre pour la microSD, un port microUSB pour le chargement et le transfert bilatéral de fichiers ainsi qu’un port jack 3,5 mm. Toutes entourées d’une ceinture plastique d’aspect chromé. Au niveau des entrées, nous disposons tout naturellement d’un bouton d’allumage/mise en veille placé en haut, au même niveau qu’un Alcatel One Touch Star par exemple, et d’un bouton de contrôle du volume, situé sur la partie haute du le côté droit. Notez que la coque arrière n’est pas censée être amovible, du simple fait que la batterie ne peut être ôtée ; lors de notre test, nous l’avons enlevée très facilement, du fait qu’il existe un petit espace entre le terminal et sa coque. Cela ne témoigne malheureusement pas d’une finition exemplaire.

DSC07327

Le capteur dorsal sur la coque arrière se place sur une partie protubérante et bénéficie d’un flash LED pour l’accompagner dans l’obscurité ; il est rare de trouver des capteurs photo qui dépassent autant du corps d’un smartphone. Un voyant LED sur la face avant est également présent pour toutes sortes de notifications (batterie, appels manqués, SMS, Mails…).

DSC07297

Les touches système qui reprennent quelque peu celles d’un Nexus, sont visibles même lorsque l’écran est éteint. On aurait préféré qu’elles s’éteignent en même temps que l’écran (à l’image de ce que l’on avait pu voir sur le Archos 53 Platinum), donnant au smartphone un côté moins “cheap”. La finition générale est correcte, sans plus, et le smartphone a tendance à craquer de temps en temps, même si cela ne représente pas réellement un problème lors de l’usage. Une autre raison pour éviter de le loger dans vos poches et opter plutôt pour un sac.

DSC07292

Lorsque l’on passe le doigt sur le bouton de mise en veille, l’écran s’allume pour laisser place à une interface verrouillée , agréable à la vue. Elle propose des raccourcis vers des applications prédéfinies par l’utilisateur. Un appui long sur le cadenas nous ouvre les portes sur une interface Android 4.1 sans surcouche mais à laquelle SFR a apporté quelques widgets et applications propres. Le fond d’écran est également personnalisé aux couleurs de l’opérateur au carré rouge et accueille des applications comme SFR Wi-Fi, Répondeur +, SFR TV, SFR jeux et bien d’autres encore, qui viennent s’installer automatiquement lorsque SX est connecté à Internet (gare au fair-use, toutefois).

DSC07305

Un bouquet d’applications qui ne sont ni propres à Android, ni à SFR, ni au constructeur ZTE, est également installé sur SX, à l’instar de Dropbox, le jeu Fort Boyard (qu’il faudra toutefois acheter), ou encore Kingsoft Office.

DSC07312

Lorsque l’on navigue dans le menu, l’image est claire, nette et ne souffre d’aucune pixellisation. Le menu est fluide et obéit au doigt de l’utilisateur.

Une point négatif toutefois pour le clavier décalé, présent sur le ZTE Grand Memo, et supprimé du STARXREM. Pour rappel, ce clavier permettait une saisie à une seule main et s’apparentait à celui des smartphones à claviers physiques.

L’écran

Comme nous l’avons précisé plus haut, l’écran est très grand et n’est pas forcément adapté à tous les usages. L’achat de ce smartphone serait en revanche propice aux personnes cherchant à joindre l’intérêt d’une petite tablette (pour la lecture, les films, les jeux…) et celui d’un smartphone. En effet, l’écran, qui affiche 16,7 millions de couleurs, occupe une grande partie de la dalle sans être borderless. La luminosité de l’écran marque un très bon point. La résolution qui est de 720 x 1280 pixels et 258 ppp est de très bonne facture, même si elle n’atteint pas vraiment celle des smartphones haut de gamme du marché.

DSC07321

La navigation est très agréable et ne présente aucune difficulté au niveau du glissement des doigts.

SONY DSC

de droite à gauche : STARXTREM by SFR, Alcatel One Touch Star, Samsung Galaxy S4 Zoom, Wiko Cink Five

Sur écran blanc, on ne peut pas vraiment dire que le SX soit le meilleur smartphone qui soit. Il vire vers le noir tandis que le Galaxy S4 Zoom vire vers le rose. Il est à noter qu’aucun des smartphones visibles sur la photo n’est vraiment compétent dans ce domaine. Le blanc reste, si l’on m’autorise le (mauvais) jeu de mot, la bête noire de quasiment tous les écrans de smartphones, qu’ils soient entrée, milieu ou haut de gamme.

SONY DSC

Sur écran noir, on remarque clairement que la qualité de l’écran du SX n’est pas à la hauteur de celle du Galaxy S4 ou du One Touch Star. En effet, la forte luminosité de la phablette donne un aspect “délavé” à l’écran lorsqu’il est entièrement noir mais allumé.

SONY DSC

Même si nous avons dit que la luminosité du SX était très bonne, il va de soi que sur cette photo, le One Touch Star et le Galaxy S4 Zoom sont loin devant. Mais ne vous fiez pas trop à la photo. Rappelez vous qu’il s’agit d’un écran de 5,7 pouces, donc forcément plus grand et où la luminosité n’atteint pas tous les bords à la perfection, comme c’est le cas du S4 Zoom, dont l’écran fait 4,3 pouces.

SONY DSC

Même constat ici au niveau de la luminosité. En revanche, l’écran du SX a l’air moins pixellisé que celui du S4 Zoom, qui est un AMOLED, tout droit sorti des usines de Samsung.

SONY DSC

Encore une fois, le Samsung Galaxy S4 Zoom bénéficie de l’écran le plus lumineux, tandis que le contraste a l’air plus appuyé sur le StarXtrem.

SONY DSC

La balance des couleurs est pratiquement identique sur tous les smartphones qui font l’objet de cette comparaison.Notons toutefois qu’au niveau des rouges, le SX et le Wiko appréhendent mieux la nuance entre le rouge et l’orange.

Logiciel

Le STARXTREM by SFR est livré sous Android 4.1.2 Jelly Bean. Nous avons peu de chance voir arriver Android 4.2.2 ou encore 4.3 sur ce smartphone, du fait qu’il est quasiment entièrement pris en charge par SFR. Mais ce n’est pas tant l’absence de la surcouche qui nous intéresse mais bien les applications annexes introduites par l’opérateur. En vérité, lorsque l’on regarde de près les autres ZTE, on se rend compte que l’interface n’est pas si différente de celle du SX. A ce titre, le logiciel que l’on retrouve sur la phablette est une sorte de mélange d’Android 4.1 “pur”, d’applications SFR et d’une (très) légère surcouche ZTE, et ce malgré le fait que le smartphone soit vendu sous marque blanche.

DSC07329

Globalement, le STARXTREM est un smartphone relativement bien fourni sur la partie logicielle. Lorsque le mobile passe du mode veille au mode allumé, un écran de verrouillage apparaît. Depuis celui-ci, vous aurez une visibilité directe sur l’heure, la date et le nom de votre opérateur, mais aussi la possibilité d’afficher six bulles d’applications d’un simple glissement de doigt sur l’action de déverrouillage. Ces six bulles d’applications sont paramétrables à souhait depuis l’application My-Easy Access. Sur la page d’accueil, le constructeur adopte des bureaux très standard avec la fameuse option “classique” qui permet d’ajouter ou de supprimer des pages selon vos besoin en utilisation.

Screenshot_2013-07-11-09-42-01

En clair, il vous suffit simplement de pincer l’écran avec vos doigts pour accéder à la gestion rapide des différentes pages.La barre de notifications reprend la plupart des atouts que l’on retrouve sur l’interface de certains constructeurs, notamment avec les actions rapides placées entre la barre de notifications et la liste des alertes contextuelles.

Dans cette partie, nous vous présenterons également deux applications que nous jugeons intéressantes à traiter. Il s’agit de l’application Musique et celle relative à la radio FM.


Musique

L’application musicale est propre au constructeur, c’est-à-dire ZTE et ressemble dans quelques-uns de ses aspects, à l’appli musicale de Samsung avec TouchWiz. Elle trie les morceaux, comme ses homologues sur les autres marques, par genre, artiste, titre et albums. Elle permet également d’ouvrir des fichiers susceptibles de contenir des MP3, comme sur la carte microSD par exemple.

Screenshot_2013-07-31-17-42-38

A noter que l’application Google Play Music est également présente sur le smartphone.

Screenshot_2013-07-31-17-42-31

Le son livré par le haut-parleur du smartphone est convenable et ne souffre d’aucun bruit gênant lorsqu’il est au maximum. Même cas de figure en utilisant un casque de qualité moyenne.


Radio FM

L’application dédiée à l’écoute des ondes, est on ne peut plus basique. Elle dispose du strict minimum, à savoir la possibilité de chercher des stations, les enregistrer et le passage en haut-parleurs. Elle n’offre pas de fonctionnalités extraordinaire et se limite à la simple écoute des ondes FM comme le ferait un simple poste radio.

Screenshot_2013-07-31-18-01-58

 

SFR aime ajouter sa petite touche personnelle. Cette dernière passe par le pré-téléchargement de plusieurs jeux, qu’on laissera chacun apprécier – ou non : Plants vs Zombies, Fort Boyard, Little Big City, Worms, mais dans des versions qui seront à télécharger pour être complètes, et qui seront payantes ; l’application ApplisScope se charge de vous recommander des applis à télécharger ; DropBox qu’on ne présente plus, pour le stockage en Cloud. Pour les réseaux sociaux, Facebook est déjà installé sur le smartphone. Les jeux déjà présents peuvent être désactivés, mais pas désinstallés… du moins pas sans des manipulations un peu plus compliquées qu’un simple clic sur une touche désinstaller. Dommage, cela apporte un aspect fouillis au menu du STARXTREM, .


Photo et vidéo

L’appareil photo ne délivre malheureusement pas des clichés de très bonne facture. Après la capture, on obtient un rendu qui ne répond pas aux attentes que l’on attendrait d’un appareil de 8 mégapixels, comme ce que l’on a pu voir avec le Huawei Ascend P6 notamment.

IMG_20130729_151656

Dans des conditions optimales de luminosité, la photo semble être tout de même légèrement sous exposée.

IMG_20130729_151720

La photo ci-dessus nous confirme que la balance des lumières n’est pas optimisée. Nous remarquons que lorsqu’il y a un contre-jour, même au niveau vertical, la luminosité est scindée en deux et coupe la photo entre un ciel lumineux et un partie inférieure manifestement sous exposée. Un mauvais point donc pour le STARXTREM.

PANO_20130729_151758

L’application photo du SX by SFR propose également un mode panoramique qui rend plutôt bien au niveau de la lumière, contrairement au mode classique. Il demeure toutefois peu fiable dans sa capacité à regrouper les différentes photos qui entrent dans la conception de la photo panoramique.

Retrouvez les photos prises en format original par le STARXTREM dans cette galerie :

Photos prises avec le SFR STARXTREM

Voir toutes les galeries

Vidéo

Le capteur du StarXtrem peut prendre des vidéos jusqu’à 1080p. Nous remarquons toutefois sur la vidéo diffusée ci-dessous que la qualité de capture laisse quelque peu à désirer, surtout au niveau des contre-jours.

Performances

Sous le capot, le STARXTREM by SFR accueille un processeur double coeur Qualcomm MSM8960 cadencé à 1,5 GHz couplé à 1 Go de RAM. Ce processeur lui octroie une puissance suffisante pour faire tourner les applications les plus gourmandes en termes de performances. Au niveau graphique, le GPU Qualcomm Adreno 225 livre une puissance capable de faire fonctionner quasiment toutes les applications du Play Store. A ce propos, les résultats de benchmarks placent le smartphone au niveau des terminaux milieu de gamme.

AnTuTu

Screenshot_2013-07-29-16-51-34

Avec un score de 11 423 au benchmark AnTuTu le StarXtrem est clairement positionné dans le milieu de gamme. Il devance largement des smartphones comme Alcatel One Touch Star (6 577 sur AnTuTu), qui se positionne lui, au top de l’entrée de gamme. Le SX est donc un bon téléphone de milieu de gamme si l’on se fie au score qui lui est attribué par ce premier benchmark

AnTuTu Benchmark
AnTuTu

AnTuTu Benchmark is Android Benchmarking tool.NOTE: Ainol & Ramos are a liar, the real score only 6000, but they modify the score to 10000, and thus lead to each new version crashes, please refund. http://www.antutu.com/NOTE: Some manufacturers promote they products for profits by using fake benchmarks. In fact, some users…

Télécharger
Free
Disponible sur Google Play

Quadrant Strandard

Screenshot_2013-07-29-16-54-30

A 6 252, le StarXtrem fait bonne figure également sur Quadrant Standard, qui le place en-dessus du HTC One X. Gardez en mémoire cependant que les scores sur Quadrant ne sont pas mis à jour régulièrement mais également que c’est l’expérience utilisateur qui prime avant tout, et non les scores de benchmark qui peuvent très souvent être galvaudés.

Quadrant Standard Edition
Aurora Softworks

Quadrant is a CPU, I/O and 3D graphics benchmark. The Standard Edition requires an Internet connection to compute benchmark results and is supported by ads.The application does not work on devices with no GPU (Spica, Tattoo).This edition may not be used for commercial purposes. …

Télécharger
Free
Disponible sur Google Play

Epic Citadel

Screenshot_2013-07-29-16-59-50

En termes de graphisme, nous l’avons abordé plus haut, le StarXtrem se démarque largement de la concurrence. Pour un smartphone de milieu de gamme, le GPU Adreno 225 délivre une belle qualité de graphisme conformément à ce que nous dévoile le benchmark Epic Citadel.

Epic Citadel
Epic Games, Inc.

Enter Epic Citadel, the dynamic fantasy setting of the award-winning Infinity Blade.From the circus bazaar to the sweeping cathedral in the center of town, Epic Citadel dazzles with a visual parade of special effects, as only imagined by Epic Games and powered by the critically acclaimed Unreal Engine 3.Are you…

Télécharger
Free
Disponible sur Google Play


Autonomie

Avec une batterie de 3 200 mAh, le StarXtrem by SFR propose de bonnes performances, non pas en consommation d’énergie mais bien en économisant celle-ci. Comme nous avons eu l’occasion de le tester pendant plusieurs jours, nous vous dévoilons notre ressenti vis-à-vis de l’autonomie du SX :

  • En utilisation classique, 3G, musique, jeux, appels et SMS, le smartphone tient jusqu’à 36 heures
  • En utilisation sans réseau 3G mais avec le Wi-FI activé, le smartphone peut tenir 4 jours
  • En vidéo sur YouTube avec Wi-Fi activé, le smartphone consomme de 100 à 94 % en 30 minutes de visionnage
  • Officiellement, SFR annonce plus de 22h en appel, près de 10h en surf 3G ou 12 h en lecture vidéo. Nous émettons un doute sur ce dernier point, néanmoins…


Qualité en appel

Le smartphone capte moyennement bien le réseau dans des endroits, certes où l’on a généralement du mal à émettre des appels mais qui sont plus accessibles pour d’autres téléphones. Ainsi, j’ai eu du mal à avoir de la 3G et même de la 2G, là où le One Touch Star et le Archos 53 Platinum n’ont rencontré aucun problème à ce niveau.

Là où l’on capte du réseau, la qualité des appels est appréciable mais la taille du smartphone freine quelque peu une prise en main adéquate pour pouvoir profiter convenablement d’une conversation.


GPS

En Wi-FI, le GPS est très réactif et affiche une précision à 20 mètres. Le gyroscope est également de bonne facture lorsque l’on est connecté en Wi-FI et réagit instantanément une fois que l’on bouge le StarXtrem.

Ce n’est pas vraiment la même histoire lorsque l’on est connecté en 3G, ce qui est tout à fait normal, rappelons-le. Le smartphone tarde à trouver la position exacte de l’utilisateur et avant l’affichage complet de la carte. Il donne à ce propos une précision initiale à 50 mètres, qui s’affine lorsqu’on lui laisse un petit peu de temps.


Notre verdict

Notre Verdict

autonomie
Une bonne autonomie supportée par une batterie XXL de 3 200 mAh, très rare sur des smartphones de milieu de gamme. Le StarXtrem tient bien pendant de longues périodes d’utilisation. En usage comme petite tablette et non comme smartphone, le SX peut rester en veille jusqu’à une semaine.
8
caméra
Une caméra de 8 mégapixels en deçà de nos attentes, elle permet néanmoins de tourner des vidéos en 1080p, qui demeurent néanmoins de qualité moyenne. Nous regrettons que cette partie n’ait pas été bien étoffée par le constructeur chinois.
5
design
Un design sobre et une texture agréable au toucher sur la coque arrière. Le StarXtrem n’est pas ce qu’on pourrait appeler une réussite esthétique. Néanmoins, les puristes seront servis avec une prise en main « normale », sans affectation, bien que la finition ne soit pas réellement à la hauteur.
5
logiciel
Le STARXTREM tourne sous Android 4.1.2 et bénéficie d’une interface Nexus, affublée de quelques applications introduites par le constructeur ZTE (musique et lecteur vidéo pour ne citer que ceux-là) et l’opérateur avec des applications SFR, disponibles sur le Play Store. On regrette justement de perdre les fonctionnalités logicielles apportées par ZTE au Grand Memo, dont le STARXTREM est une déclinaison.
6
performances
Des performances graphiques très honorables pour un smartphone de milieu de gamme. Le StarXtrem appréhende bien les jeux et les applications gourmandes en termes de performances graphiques. Le CPU double coeur couplé à 1 Go de RAM suit.
7
écran
Un écran dont la qualité est également honorable. La luminosité, quoique en-deçà de celle des smartphones concurrents, reste un bon point pour le StarXtrem.
7

10

Meilleure note

Notre avis
06/10

L’usage du StarXtrem peut convenir à toute personne cherchant à joindre performances graphiques, bonne autonomie et expérience phablette sur de l’Android pas trop customisé, mais auquel il faudra concéder des applications ajoutées en pagaille. Le smartphone affiche une qualité correcte en général et ne souffre qu’à quelques rares exceptions, rapportées ça et là dans des forums, de bugs (nous n’en n’avons d’ailleurs rencontré aucun). Nous ne pouvons déconseiller ce téléphone milieu de gamme, mais il regrettons un point capital : son prix flirte avec celui des hauts de gamme (400 euros), tandis que sa finition et ses apports logiciels ou ses performances multimédias ne le justifient pas réellement. A réserver à des abonnements assortis de subventions… pour ceux qui souhaitent investir dans une phablette. A ce titre, rappelons que la phablette d’Acer (Liquid S1) débarquera dans les prochaines semaines à un prix inférieur à 300 euros.

autonomie

08

caméra

05

design

05

logiciel

06

performances

07

écran

07

  • Autonomie
  • Performance graphique
  • Android 4.1.2 avec une légère surcouche
Pour
Contre

  • Caméra de piètre qualité
  • 4G indisponible
  • Prix élevé


Disponibilité

Le StarXtrem est disponible chez SFR aux prix suivants :

  • 1 € avec un forfait Carré 4Go à 59,99 €/mois
  • 59,99 € avec un forfait Carré 2Go à 39,99 €/mois
  • 179,99 € avec un forfait Carré 24h/24 à 24,99 €/mois
  • 199,99 € avec un forfait Carré 2h+500 Mo à 19,99 €/mois
  • 249,99 € avec un forfait Carré 2h+50 Mo à 14,99 €/mois
  • 399,99 € pour le mobile seul

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. StarXtrem, une phablette de 5,7 pouces bientôt chez SFR ?
  2. Test du Sony Xperia Z Ultra
  3. Test du Samsung Galaxy Mega 6.3… la phablette XXL
  4. Test vidéo du prototype du LG Nexus 4
  5. Test du Sony Xperia L