Review of: Nokia X
testé par:
Ulrich Rozier
Version:
Android 4.1.2
Price:
99 euros

Reviewed by:
Rating:
3
On 8 avril 2014
Last modified:8 avril 2014

Summary:

Pour moins de 100 euros, ce Nokia X offre une alternative à étudier face aux smartphones chinois, coréens et taïwanais. Avec son design accrocheur, les services Nokia (dont Here Maps), le doubleSIM et le slot microSD, le Nokia X possède quelques atouts non-négligeables. Malheureusement, l’expérience utilisateur est trop lente, vous risquez d’être frustrés.

Du Nokia sous Android ? Un doux fantasme d’amateurs de 3310 qui, passés à l’ère des smartphones, rêvent encore à la finition des produits finlandais, mais déclinée à la sauce connectée. Le Nokia X (accompagné de ses comparses XL et X+) répond à cette demande, ou presque : le trio ne vise pas le haut du panier mais bien l’entrée de gamme. En témoigne le cas du X, tout juste disponible en France au prix de 99 euros, et qui fait l’objet de ce test. Nokia X Platform, cette mouture d’Android à l’arrière-goût de Windows, vaut-elle que l’on débourse une telle somme ?

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00768


Des caractéristiques simplettes

Soyons honnêtes : que l’on apprécie ou non Nokia, les caractéristiques de son X sont loin de faire rêver. Pour un premier terminal sous Android, le Finlandais tape dans l’entrée, mais alors très entrée de gamme. Pêle-mêle, un écran de 3 pouces de définition 480 x 800 pixels sur une dalle LCD (résolution au ras des pâquerettes de 233 ppp), un processeur double-cœur Snapdragon S4 Play à 1 GHz, 512 Mo de RAM et un capteur photo de 3 mégapixels sans flash ni autofocus.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00778

Certes, le Nokia X vaut 99 euros (119 euros moins 20 euros d’ODR temporaire, mais on peut d’ores et déjà gager que d’ici quelques mois, cette centaine d’euros sera son tarif syndical), ce qui reste bien peu. Mais d’autres smartphones – chinois – proposent mieux sur le papier à prix équivalent.

 
Nokia X
Version Android 4.1 (Nokia X Platform)
Taille d’écran 4 pouces
Définition 480 x 800 pixels
Technologie LCD
Densité de pixels 233 ppp
Résistance aux chocs et aux rayures Non
Architecture Krait 400
SoC Qualcomm Snapdragon S4 Play (MSM8225)
Nombre de cœurs double-cœur
Cadence processeur 1 GHz
Puce graphique
(GPU)
Adreno 203
Mémoire vive
(RAM)
512 Mo
Mémoire Interne
(ROM)
4 Go
Micro-SD Oui (jusqu’à 32 Go)
Webcam Non
Appareil photo Capteur de 3 mégapixels
Enregistrement vidéo VGA
Wi-Fi 802.11 b/g/n
Bluetooth Oui
Réseaux 3G jusqu’à 7,2 Mbps
NFC (Near Field
Communication)
Non
Capteurs Accéléromètre, proximité
Ports
(entrées/sorties)
micro-USB 2.0
Tuner FM (Radio) Oui
Étanchéité Non
Batterie 1500 mAh
Dimensions 115,5 x 62 x 10,4 mm
Poids 128,7 grammes
DAS NC
Particularités Services Microsoft, Here Maps
Prix 99 euros

 


Une briquette colorée, mais une briquette quand même

Le Nokia X a de quoi séduire, et tout à la fois déplaire. Ce petit appareil, mignon tout plein grâce à ses coloris acidulés (dans sa version rouge notamment, dont le coloris a été particulièrement bien choisi), a de quoi irriter : carré, épais, il fait l’impasse sur la taille mannequin que visent ses concurrents, lesquels ont tendance à rivaliser de finesse. 10,4 mm d’épaisseur, près de 130 grammes sur la balance, alors que son écran ne dépasse pas les 4 pouces, ce n’est pas rien.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00753

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00772

L’engin est carré, du moins sa coque arrière amovible, quand la façade vitrée arbore des angles arrondis qui adoucissent un peu l’ensemble. Les tranches sont elles aussi anguleuses, le tout en plastique épais et mat ultra sobre.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00754

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00770

Ceux qui veulent plus de couleur pourront d’ailleurs investir dans des coques supplémentaires pour une dizaine d’euros. Entre les connectiques et les boutons de l’appareil, tout est d’une simplicité hors pair : à droite, des boutons veille et volume de la couleur de la coque, en haut, une prise jack 3,5 mm et en bas, un port micro-USB.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00757

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00759

Même l’avant du smartphone joue la simplicité, avec un seul bouton situé sous l’écran. Un seul, mais qui mobilise un espace important, près de 2 cm… Dommage de ne pas avoir plus rogné, car le Nokia X propose un écran de 4 pouces dans un format qui évoque plutôt un terminal de 4,3 pouces. Un petit tour à l’arrière pour découvrir un logo Nokia creusé dans la coque, ainsi qu’un mince haut-parleur et un capteur photo de 3 mégapixels sans autofocus ni flash. On vous aura prévenus.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00776

Un dernier détail : la coque arrière, interchangeable, laisse accéder à deux ports pour cartes SIM, mais aussi à un slot micro-SD ainsi qu’à une batterie amovible. Presque une rareté. Dans l’ensemble, Nokia ne fait pas dans la dentelle, mais son X a un je ne sais quoi de séduisant. Légèrement enfantin, presque LEGO, il ne s’encombre pas de cas de consciences, prenant ses aises en termes de dimensions. Mais voilà, la solidité (en apparences du moins) est là, la finition est nickel et les coloris choisis avec art. À 100 euros, on attend au moins une chose : que si un smartphone fait jouet, il tienne au moins la route en cas de chute inopinée. Sur ce point, le Nokia X inspire toute confiance.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00773

 


Un écran… modeste

On peut sans peine parier que ce n’est pas dans son écran que Nokia a dépensé les sommes les plus importantes. Une résolution de 233 ppp, l’inconvénient, c’est évidemment maigre, et zoomer dans des pages web ne sera pas particulièrement confortable. De même, la consultation de photos laissera clairement à désirer.

Toutefois, la luminosité est convenable sur ce smartphone, qui fournit des angles de vision honorables, même s’il faudra se contenter d’une certaine fadeur de l’affichage dès qu’on le penche un peu. Les couleurs sont relativement vives et profitent du système d’aplats de couleurs rappelant Windows Phone 8 pour faire bonne impression. Si vous avez l’habitude de smartphones plus haut de gamme, vous aurez tout de même du mal à vous y faire. Si la qualité d’affichage, compte tenu de la diagonale de l’écran et de sa définition (rappelons que des petits smartphones d’entrée de gamme, tel le Liquid Z3 d’Acer, se contentent de 320 x 480 pixels sur 3,5 pouces, quand le Liquid Z4, équivalent au Nokia X, sera lui aussi proposé à 99 euros), n’est pas si mauvaise compte tenu de son positionnement tarifaire, le Nokia X a tendance à mal réagir aux clics précis, du moins si l’on n’appuie pas relativement fort. En soi, cela peut parfois être agaçant, même si l’on constate que le scroll sur l’accueil ou dans des pages web se déroule sans encombre majeure. Capture-style.006

Les petits plus : la possibilité de déverrouiller l’écran avec le double tap (comme sur le LG G2, pratique !) et la possibilité d’afficher l’heure lorsque l’écran est en veille. Malheureusement, le Nokia X étant dépourvu d’un écran AMOLED, cette dernière fonctionnalité ruinera simplement votre batterie.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00763

 


Nokia X Plateform System : un air de Windows Phone sur un lit d’Android

Le système d’exploitation du Nokia X est une version d’Android Open Source Project, et cela ne ressemble pas à ce que l’on a pu voir jusqu’à aujourd’hui sur les téléphones Android : la version se nomme Nokia X Plateform System, regardons ce qu’elle a dans le ventre. C’est bel et bien de l’Android, mais sans ses applications habituelles à base de Google et de services très populaires. Basé sur de l’Android 4.1.2 Jelly Bean, l’interface nous rappelle bien entendu l’expérience Windows Phone avec les tuiles (ou vignettes). Cette fois-ci, vous pourrez même utiliser les widgets Android dans cette interface tuile.   Capture-style.003L’interface comprend trois écrans principaux. L’écran de verrouillage, sur lequel on peut retrouver les dernières notifications d’applications. La barre de notifications qui n’affiche pas de notifications… mais des accès aux paramètres. Capture-style.001 Le launcher se compose d’icônes d’applications que l’on peut positionner avec deux tailles différentes, et c’est également sur ce panneau à navigation verticale que l’on peut installer des widgets ou des dossiers. Capture-style.002 Pour consulter les notifications, il faut se rendre sur l’écran de gauche. Pour le coup, Nokia a réalisé un gros travail pour personnaliser l’expérience afin de la différencier des interfaces Android traditionnelles. Capture-style.004

Point de Google Play, à la place vous trouverez le Nokia X. Ce dernier marché d’applications est très light pour le moment, à tel point que Nokia propose des alternatives directement sur son store. On peut donc télécharger Aptoide qui permettra de profiter de quelques milliers d’applications supplémentaires.

 

Aptoide

Même si Aptoide est souvent synonyme de « black market » ou d’applications piratées, il serait trop réducteur de s’arrêter à ça : Aptoide est un market d’applications qui permet de consulter des dépôts. Qu’est ce qu’un dépôt ? Il s’agit d’un serveur qui contient un ou plusieurs paquets (logiciels ou librairies). Vous pouvez donc ajouter des dépôts qui contiennent des applications piratées, néanmoins cela dépend de vous.

Capture-style.014

Si vous êtes un adapte de Linux, vous connaissez certainement ce fonctionnement bien plus « ouvert » que ce que l’on peut trouver habituellement dans les stores d’applications. Enfin, si vous bidouillez un peu : vous avez toujours la possibilité d’installer les Google Apps (dont le Google Play).

 

L’offre logicielle du Nokia X

Le Nokia X est livré avec une multitude d’applications et de jeux. On retrouve notamment WeChat, le service de messagerie instantanée, Facebook, Twitter et des jeux comme Fruit Ninja, Tetris, Bejeweled 2 et Real Football 2014. Vous pourrez les désinstaller pour libérer de la mémoire. Toutefois, cela ne les supprime pas complètement ; pour restaurer ces applications, l’utilisateur peut choisir l’option de réinitialisation d’usine. Justement, la mémoire est bien un des points faibles de ce téléphone : moins de 1 Go de disponible pour vos applications, heureusement que vous gardez la possibilité de lui ajouter une carte micro-SD pour étendre la mémoire. Vous pourrez toujours y loger les applications les plus gourmandes.

Capture-style.012

On retrouve néanmoins le set d’applications de base : les e-mails, les contacts… ainsi que quelques services Nokia comme Here Maps. Justement, ce dernier logiciel de cartographie est une excellente alternative à Google Maps, qui permet de stocker les cartes de continent entier afin de les utiliser « hors-ligne ». On retrouve également la Radio FM, ce qui fera certainement plaisir à certains d’entre vous.

Capture-style.013

Globalement, que penser de l’expérience logicielle offerte par le Nokia ? Elle est incomplète, de base. En effet, le Nokia X est trop léger pour satisfaire la majorité des utilisateurs, il faudra donc installer Aptoide. Et pour ceux qui n’ont pas peur de bidouiller : vous pourrez passer par la case Google Play. Enfin, l’expérience est restreinte par les performances : les applications sont lentes, les lancements se comptent en plusieurs secondes et ne vous attendez pas à faire tourner les jeux les plus gourmands. Je vous rassure, Flappy Birds fonctionne correctement.

 


Communications et GPS

Communiquer avec le Nokia X, ce n’est pas vraiment un problème. Parce qu’à moins d’être un peu warrior, il ne faut pas être accro aux fonctionnalités « smart » de son « phone » pour l’acheter, et l’appareil a besoin d’être efficace en tant que téléphone. Sur ce point, plusieurs choses à remarquer. D’abord, la fonction « swipe » est incluse au clavier du X, ce qui est loin d’être négligeable car, la faute à l’étroitesse et à la réactivité limitée du smartphone, rédiger un SMS n’est pas une sinécure. La possibilité de laisser glisser le doigt d’une lettre à l’autre est donc bien pratique pour ceux qui ont du mal à être précis – gros doigts s’abstenir – et le changement de clavier sera certainement à étudier pour les plus enthousiastes. Reste que pour avoir envoyé quelques messages à l’aide de cet appareil, je vous confirme que tout cela reste très utilisable. Tout en simplicité, l’application, propose d’ailleurs quatre raccourcis : pour les pièces jointes, les smileys, le changement de SIM et, tout à droite, l’envoi (pas évident à reconnaître). Car oui, le Nokia X est double-SIM, et vous laisse choisir au moment de l’envoi la SIM qui dont vous ferez usage. Par ce choix, Nokia s’assure de répondre aux standards de nombreux marchés émergents, tout en offrant une option supplémentaire à ses clients européens ou américains. Capture-style.007 Côté appels, rien à signaler, on capte bien et le son est clair. Il faut s’habituer au système de décrochage : il faut faire glisser un panneau vers le haut ou le bas pour décrocher ou raccrocher ! Surprenant au premier abord. Et pour le surf web, ne nous leurrons pas, le Nokia X est plus tortue que lièvre. Compatible 3G, il n’ira pas au-delà des 7,2 Mbps en débit descendant, et de 5,76 Mbps en débit montant. De la petite 3G qui nécessitera un navigateur web capable de composer avec cette contrainte. Capture-style.008Concernant le GPS, voyez les screenshots des tests réalisés avec notre outil habituel GPS Data. De fait, on subit des délais assez invraisemblables pour faire un fix GPS digne de ce nom (toujours rien au bout de 30 secondes, malgré des tests répétés). La bonne nouvelle ? Here Maps est intégré à ce Nokia, auquel Google Maps et l’ensemble des Google Apps font défaut. L’usage hors-ligne est donc autorisé, et gratuit à l’étranger. Un bon point indéniable pour cet appareil qui n’a rien pourtant d’un assistant GPS à fixer au tableau de bord de votre voiture.

 


Photo et vidéo

Vous convoitez secrètement le Lumia 1020 pour ses qualités photo, mais n’osez pas franchir le cap de Windows Phone ? Malheur, le Nokia X n’a rien d’un photophone – on se prend évidemment à rêver d’un androphone Nokia doté d’un capteur PureView. Notre petit compagnon se contente d’un malheureux capteur de 3 mégapixels, sans l’indispensable autofocus, sans flash, bref tout nu et pas très performant. Alors oui, pour un 3 mégapixels, il n’a rien de scandaleux, mais il sera tout juste adapté à des publications sur les réseaux sociaux, pour peu que les clichés aient été capturés en plein jour, dans des conditions idylliques.

c_Moto X Test Review FrAndroid DSC00789

Mais tout de même : pour un petit appareil aussi mal armé, ce Nokia X s’en sort avec les honneurs. Je m’attendais à des résultats bien plus critiques à la lecture de sa fiche techniques, mais finalement, on remarquera qu’à condition de ne pas s’essayer à la macro, les couleurs sont relativement équilibrées, et le niveau de détails acceptable. Pour un capteur de 3 mégapixels, évidemment. La gestion de la luminosité est inexistante, et les situations trop ensoleillées vous mèneront tout droit à des clichés surexposés, et les réglages pour pallier cela sont pratiquement inexistants. Hormis ces paramètres… ce n’est pas si mal. On oubliera la qualité vidéo, limitée  à un maximum de 864 x 480 pixels (FWVGA), pas franchement adaptée pour jouer les Truffaut des années 2010. Quelques exemples de résultats photo ci-dessous, pour la forme :

Nokia X

Le gros plan, une mauvaise idée : la mise au point (focale fixe) se fait de toute manière à l’arrière-plan.

Nokia X

Avec de la lumière et sans être trop près, le résultat est honorable.

Nokia X

Là encore, de (pas trop) près, c’est correct, mais franchement pas détaillé.

Nokia X

Avec de la lumière, tout va mieux… sauf quand il y en a trop (arrière-plan) : le résultat est brûlé.


Performances

Pour moins de 100 euros, Nokia n’a pas pu faire de miracle. Le Finlandais a opté pour une architecture Qualcomm S4 Play qui utilise un CPU Cortex-A5 double-cœur cadencé à 1 GHz ainsi qu’un GPU Adreno 203. En théorie, comme le montrent les graphiques ci-dessous, il faudrait s’attendre à des performances inférieures à un Galaxy S2 (mars 2011). L’autre point qui fâche, c’est la mémoire RAM : seulement 512 Mo de mémoire vive. C’est le minimum requis pour faire fonctionner Android.

Capture-style.009

Effectivement, c’est assez faible. Nokia a mis en place une architecture de smartphone d’entrée de gamme, ce qui semble plutôt cohérent avec le positionnement produit/prix. Pas de surprise à ce niveau, les performances sont basses, cela se ressent dans l’expérience utilisateur. Malheureusement, Nokia n’a pas eu le réflexe de développer une interface du Nokia X en adéquation avec les performances, et le résultat est plutôt pénible : ralentissements, lourdeur de chargement et tutti quanti. Le conseil à suivre : installer un launcher basique, comme Nova X Launcher que vous pourrez trouver directement sur le Nokia Store. Pour changer de launcher, il suffit de rester appuyé sur le bouton central.

Capture-style.010

 


Bidouilles et Astuces

Nokia X Platform System n’est pas un fork d’Android. Contrairement à l’expérience proposée par les tablettes Kindle, Nokia n’a pas verrouillé Android. Le Finlandais a récupéré les sources d’Android Open Source Project, a mis en place ses drivers sur le kernel Linux et a ensuite installé ses applications : son launcher, Here Maps, etc.

Capture-style.011

Il vous est donc possible d’installer Google Apps (Gmail, Google Maps, Google Play) sans trop de difficulté. Je vous invite à consulter ce tutorial, assez simple à suivre.

 


Autonomie

Nous avons eu la possibilité de tester l’appareil durant une semaine, avec nos applications habituelles. Nous n’avons pas constaté de soucis concernant l’autonomie. Pour information, la capacité de la batterie est de 1500 mAh. Attendez-vous à tenir une journée en utilisation classique. Contrairement à certaines phablettes, vous allez devoir recharger votre Nokia X tous les jours, excepté si vous décidez de couper régulièrement la connexion de données.

Capture d’écran 2014-04-08 à 14.08.15

 


Conclusion

Notre Verdict

autonomie
Une capacité de batterie de 1500 mAh et pas de soucis particulier. L’autonomie n’est pas extraordinaire, mais elle n’est pas catastrophique non plus.
7
caméra
D’autres font mieux pour une centaine d’euros, et c’est d’autant plus décevant que dans le monde de Windows Phone, le Finlandais n’a plus à prouver sa valeur. Un capteur de 3 mégapixels à focale fixe et sans flash, c’est l’assurance de photos de bien maigre qualité, même si, compte tenu de cette fiche technique peu enthousiasmante, la marque limite les dégâts. C’est tout de même trop peu pour espérer en faire un usage quotidien, même pour ceux qui se contentent de poster leurs œuvres sur les réseaux sociaux.
5
design
C’est une affaire de goût ici, mais force est de constater que si Nokia n’a pas donné dans la subtilité, il a joué la carte du fun jusqu’au bout. Des coloris acidulés, un design franc et assumé, et surtout une solidité de conception qui manque souvent aux appareils d’entrée de gamme : le Nokia X est peut-être lourd, mais on ne craindra pas pour sa résistance en cas de chute. Et son format un peu LEGO lui confère un je ne sais quoi d’attachant.
8
logiciel
L’offre logicielle est incomplète, de base. En effet, le Nokia X est trop léger pour satisfaire la majorité des utilisateurs, il faudra donc installer Aptoide. Et pour ceux qui n’ont pas peur de bidouiller : vous pourrez passer par la case Google Play. Enfin, l’expérience est restreinte par les performances : les applications sont lentes, les lancements se comptent en plusieurs secondes et ne vous attendez pas à faire tourner les jeux les plus gourmands. Je vous rassure, Flappy Birds fonctionne correctement.
4
performances
Cette architecture Snapdragon S4 Play couplée à 512 Mo de RAM semble être le minimum requis pour faire tourner Android correctement. « Correctement », c’est une expérience qui n’est malheureusement pas exempte de ralentissements, c’est clairement « lent » aux yeux d’un utilisateur coutumier d’Android. Néanmoins, l’expérience est en adéquation avec le prix du téléphone : moins de 100 euros, pour rappel. Avec un launcher alternatif, les performances seront revues à la hausse, mais tout le monde aura-t-il le réflexe d’en installer un ?
4
écran
Avec un tout petit écran, le Nokia X ne mise pas sur un confort ni même sur un affichage exceptionnels. Toutefois, pour le prix de l’appareil, on aurait pu s’attendre de moins bonnes performances, les couleurs affichées étant plutôt satisfaisantes. Un bémol sur la réactivité, qui laisse parfois à désirer.
6

10

Meilleure note

Notre avis
06/10

Faut-il craquer pour le Nokia X ? ​Comme vous avez pu le constater plus haut, les performances sont trop basses pour fournir une expérience utilisateur intéressante, et l​’offre du​ Nokia Store est considérablement pauvre par rapport au Google Play. De plus, l’interface de Nokia est trop lourde pour les performances ​qu’offrent la machine. Ne vous attendez donc pas à une expérience fluide : les applications prennent quelques secondes à se lancer ​et les animations sont lentes.

Néanmoins, pour moins de 100 euros, ce Nokia X offre une alternative à étudier face aux smartphones chinois, coréens et taïwanais. Avec son design accrocheur, les services Nokia (dont Here Maps), le double-SIM et le slot micro-SD, le Nokia X possède quelques atouts non-négligeables.

​On peut également se réjouir d’accueillir un nouvel acteur dans l’écosystème Android, et nous aurions tort de l’ignorer. Le Nokia X pourrait faire mouche grâce à la notoriété du Finlandais et grâce à sa force commerciale.


autonomie

07

caméra

05

design

08

logiciel

04

performances

04

écran

06

  • Des coloris acidulés, un design franc et assumé, et surtout une solidité de conception
  • Du double-SIM et un slot micro-SD
  • Moins de 100 euros !
  • Un Nokia sous Android, nous en avions rêvé !
Pour
Contre

  • Des performances trop basses
  • Un capteur photo décevant
  • Un Nokia Store trop pauvre

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Prise en main du Nokia X, le premier smartphone Android du finlandais
  2. Nokia dévoile les Nokia X, X+ et XL, sous Android (AOSP) avec les services No kia et Microsoft
  3. Nokia Normandy, le retour : l’interface Android de Nokia se montre en images
  4. Prise en main du Nokia XL, le jumeau du Nokia X en plus grand
  5. Test du Nokia Lumia 1020, LE photophone sous Windows Phone 8