Depuis que les écrans de nos téléphones et de nos tablettes sont assez grands pour permettre de travailler, beaucoup d’accessoiristes ont tenté d’y adjoindre un clavier afin de faciliter la production de contenu écrit. Bien sûr, pour une utilisation nomade, le clavier se devait d’être facilement transportable, ce qui a ainsi mené parfois à des essais plutôt scabreux. Après plusieurs tentatives, accompagnant notamment ses tablettes Surface, Microsoft propose désormais le Universal Foldable Keyboard, un petit clavier Bluetooth pliable. Vaut-il le coup d’investir ?

microsoft-foldable-keyboard-ferme

Un clavier de poche

Le clavier Universal Foldable Keyboard est très compact et réellement pensé pour être transporté facilement. Avec des dimensions de 295,1 x 125,3 mm déplié et de 147,6 x 125,3 mm une fois rabattu, ce petit clavier se glisse facilement dans une petite pochette, dans un étui pour tablette, et même dans une poche pour peu qu’elle ne soit pas trop serrée. À peine plus grand qu’un portefeuille (pour une épaisseur bien moindre, 11,5 mm plié), il s’est glissé sans le moindre souci dans la poche de mon pantalon cargo (même si ce n’est pas vraiment un exploit), ainsi que dans la poche intérieure de mon manteau. Très léger (200 grammes environ), il sait se faire oublier lorsqu’il le faut, ce qui est plutôt une bonne chose.

microsoft-foldable-keyboard

En noir sablé, le clavier attire beaucoup la poussière et se salit donc presque aussi vite qu’il s’abîme. Une protection aurait été la bienvenue, mais peut se trouver pour une quinzaine d’euros dans le commerce. Un investissement à considérer pour ceux qui aiment tenir leurs biens en bon état.

microsoft-universal-foldable-keyboard-1


Clavier complet

Malgré son aspect compact, le Universal Foldable Keyboard a tout d’un grand ou presque. Aucune touche n’en a été retranchée et il s’offre même le luxe de posséder des contrôles multimédia pour régler le son de son appareil ou passer d’un fichier audio/vidéo à l’autre. Les utilisateurs de Windows – et dans une moindre mesure de Mac OS, même si le calque des touches est bien évidemment celui de Microsoft et non celui d’Apple – devraient rapidement retrouver leurs marques, et apprécier la présence d’une touche dédiée au signe € qui vient remplacer le moins courant ² sous la touche Échap.

microsoft-universal-foldable-keyboard-7

Bonne nouvelle pour le confort de frappe, les touches sont de taille normale, et à moins d’avoir de très gros doigts, il n’y a aucune raison d’appuyer sur plusieurs d’entre elles à la fois. Le plus dur est néanmoins de s’habituer à la disposition provoquée par la pliure centrale. Tout d’abord, le clavier est littéralement scindé en deux, ce qui est plutôt déroutant pour ceux sont habitués à taper sur des claviers traditionnels. À multiples reprises par exemple, mon index droit est allé chercher le B en vain, ne trouvant qu’une surface rigide et sans retour en réponse. Toutes les touches à la bordure de la séparation peuvent ainsi poser problème dans un premier temps, d’autant que certaines sont plus grandes qu’à l’accoutumée (le T, le G, le H et le N).

microsoft-universal-foldable-keyboard-6

Pour les amateurs de claviers mécaniques, les touches de ce clavier paraîtront bien molles, évidemment, mais pour un clavier de ce type, elles se montrent étonnamment réactives, avec un rebond plutôt agréable. Cela reste bien entendu un clavier d’appoint, à considérer comme tel, mais sur des périodes prolongées, il n’est pas désagréable à utiliser.


Clavier pour tout support ou presque

L’une des grandes forces de ce clavier est d’être compatible avec diverses plateformes, à savoir Windows, Mac OS, Android ou encore iOS (voir la page officielle pour les versions supportées). Le système d’appairage est très simple, puisqu’il suffit de choisir son système à l’aide de la touche idoine, d’activer le Bluetooth sur le terminal et de taper sur le clavier la suite de chiffres qui apparaissent à l’écran. Cette manipulation m’a ainsi permis d’activer le Universal Foldable Keyboard aussi bien sur un téléphone Android que sur un iPad ou un MacBook sans le moindre souci. Un Redmi Note 3 en revanche n’a pas réussi à voir le clavier.

Pratique dans de nombreuses situations grâce à cette large compatibilité, il montre néanmoins ses faiblesses par moments. On peut par exemple lui reprocher de ne servir qu’à taper et non à valider sur certaines applications de messagerie Android (comme Facebook Messenger, qui nécessite d’appuyer sur l’écran pour envoyer chaque message), mais aussi et surtout d’être trop flexible au niveau de la pliure, ce qui impose de poser le clavier sur une surface plane… un comble pour un clavier mobile que l’on aimerait pouvoir poser sur ses genoux ou tenir de façon moins conventionnelle (et moins ferme).

microsoft-universal-foldable-keyboard-2

Autre argument, il peut s’appairer à deux terminaux simultanément, et passer de l’un à l’autre d’une simple touche. Si cela peut paraître intéressant sur le papier, l’intérêt en pratique ne m’a pas sauté aux yeux, d’autant plus avec les restrictions mentionnées un peu plus haut. Le passage d’un appareil à l’autre fonctionne néanmoins très bien.

Enfin, Microsoft assure une autonomie de trois mois entre deux charges. De quoi impressionner, mais l’absence de témoin de charge pourrait jouer des tours à ceux qui oublieraient de transporter son câble partout en raison de sa grande autonomie. Heureusement qu’il s’agit d’un MicroUSB standard…

microsoft-universal-foldable-keyboard-8

Microsoft Universal Foldable Keyboard

Comments

comments

No related posts.