Telegram, nous en avons parlé à de nombreuses reprises. L’application de messagerie est développée en Allemagne, et promet une expérience sécurisée, simple et rapide. Elle a déjà conquis les smartphones de plusieurs millions d’utilisateurs, néanmoins elle est sous le feu d’une cyberattaque mystérieuse.

Telegram-The-Non-Profit-App-That-Has-Taken-Over-Google-Play-Store-by-Storm-2

Ne vous inquiétez pas pour vos données, les échanges sont chiffrés sur Telegram. Cela n’empêche pas que le service puisse être attaqué, cette fois-ci par une attaque DDoS. Pour rappel, cela consiste à noyer des serveurs sous les connexions (un trafic fictif), jusqu’à les saturer.

Telegram utilise des serveurs dans le monde entier, et pour le coup ce sont les serveurs qui desservent l’Asie du Sud-Est, l’Océanie, l’Australie, et certaines parties de l’Inde qui ont été touchés par l’attaque.

L’équipe de Telegram nous rappelle que ce n’est pas la première attaque du genre, l’application avait déjà été attaquée lors d’un scandale autour de la vie privée en Corée du Sud.

Cette fois-ci, Telegram n’a pas seulement été attaquée par attaque DDoS, l’application a également été signalée massivement sur Google Play, ce qui a automatiquement banni l’application (temporairement) du magasin d’apps de Google.

Le plus intrigant, bien que le service soit encore inopérant dans certaines régions dont la Chine, est la source de l’attaque. Cette attaque intervient alors que la Chine a brusquement commencé une répression sans précédent sur ​​les avocats des droits de l’homme, plus de 100 personnes ont été arrêtées ou interrogées. Ces avocats utilisent Telegram pour communiquer (de façon sécurisée), d’où le soupçon. Bizarrement, Telegram reste inaccessible depuis la Chine, encore ce mardi, selon le groupe de surveillance GreatFire.

L’autre théorie, un peu plus farfelue, serait une attaque de la part de Line, un des concurrents directs de Telegram. Ne rentrons pas dans la psychose.

Comments

comments

No related posts.