Le lancement de la nouvelle box TV de SFR avec Google Play a été suivi de près puisqu’il s’agit d’une première en France. Nous avons souhaité en savoir plus en interrogeant deux responsables du développement de ce produit d’un nouveau genre.

box tv sfr android vue dessus

SFR, le second opérateur de téléphonie fixe et mobile français vient de lancer une nouvelle box TV pour ses abonnés baptisée « décodeur TV SFR avec Google Play ». Proposé en option à 3 euros par mois et en priorité aux clients non éligibles à la TV par ADSL, ce décodeur est une première en France. Il allie l’expérience TV de l’opérateur et l’environnement Android TV.

Afin d’en savoir un peu plus sur ce boîtier TV, nous avons rencontré deux responsables du développement de ce nouveau produit : Jean-Baptiste Fouad, responsable Projets Réseau majeurs en charge du marketing produit et Rodolphe Marsot, responsable d’équipe du développement d’applications SFR sous Android et Microsoft.

Quel a été le cahier des charges de ce nouveau décodeur ? Pourquoi avoir choisi la Google TV pour votre nouveau produit, sachant que ce type d’appareils ne rencontre pas encore énormément d’écho en France ?

Le décodeur TV SFR avec Google Play a été développé en un temps record, en six mois seulement, depuis l’élaboration du projet jusqu’à sa commercialisation. Seul Android pouvait offrir une telle réactivité de développement. En outre, le code source d’Android étant disponible, il est plus simple d’y apporter des modifications pour rentrer dans le cahier des charges.

Pour nous, ce décodeur devait être un produit ouvert sur les usages du foyer, mais aussi des objets connectés. C’était pour nous l’occasion d’avoir une approche différente du simple décodeur TV traditionnel. Il est possible de retrouver tous les services et applications que l’on utilise sur son smartphone avec cette box SFR sous Android TV.

Une interface SFR et Android TV dans le même produit

Une interface SFR et Android TV dans le même produit

En fin d’année dernière, Google a opéré un changement de cap important pour ce type de produit en proposant la version 4. D’ailleurs, en plus de proposer pour la première fois une Android TV en France, c’est le premier décodeur qui supporte le NDK Android. Ainsi, les développeurs d’applications pourront s’appuyer dessus pour proposer de nouveaux usages à une TV qui devient alors connectée à Internet au travers de notre produit.

La contrainte du coût a-t-elle été déterminante dans le choix des composants ?

La principale contrainte a surtout été le temps. Comme nous le disions, ce nouveau décodeur a été développé en six mois. Nos partenaires nous ont d’ailleurs été très précieux pour tenir les délais comme LG qui fabrique le boîtier pour nous. A l’intérieur, pas de secret, les bidouilleurs l’ouvriront de toute manière. Il y a un SoC Marvell de référence BG2-CT que l’on connait aussi sous le nom d’Armada 1500-mini ou encore 88DE3005 pour la référence catalogue. Si l’on détaille cela, c’est que cette puce ARMv7 est la même qui officie dans la Chromecast qui dispose de deux cœurs cadencés à 1 GHz.

Cependant, notre décodeur offre aussi divers ports comme le RJ45, deux ports HDMI, l’un en entrée, l’autre en sortie, trois ports USB et une sortie optique, sans oublier la prise coaxiale pour l’antenne TV. Ce processeur mobile offre des performances équivalentes au Galaxy S2 de Samsung. Ce n’est certes pas un foudre de guerre, mais c’est suffisant pour afficher un flux TV en 1080p et gérer quelques applications.

Les ports à l'arrière du décodeur

Les ports à l’arrière du décodeur

Le prix de vente en pack seul, c’est-à-dire sans abonnement, a été au départ envisagé, mais rapidement écarté pour offrir à nos clients non éligibles à la TV par ADSL un décodeur qui puisse être au niveau du décodeur évolution. Il est donc assez difficile pour nous d’indiquer un prix pour ce boîtier Android TV. On estime qu’il aurait pu être vendu autour des 100-150 euros. Mais, encore une fois, ce n’est pas sa vocation première, même si l’on sait qu’il peut fonctionner aussi bien sur notre réseau que sur le réseau d’un autre opérateur ou encore connecté sur un mobile 4G par exemple.

Il est fait mention d’Android TV dans la communication officielle. Il semble cependant que le système soit plutôt basé sur Google TV. Est-ce une volonté de votre part pour toucher plus de clients ?

En réalité, Google a renommé son système d’exploitation, lors de sa dernière conférence Google I/O, en Android TV. Il ne s’agit donc pas d’une manoeuvre marketing quelconque. En dehors de ce nom plus évocateur pour nos clients qui l’assimile alors plus facilement aux smartphones et tablettes, le Play Store est quasiment le même. Les applications développées pour les appareils mobiles disposent d’une option spécifique pour la prise en charge des écrans tactiles. Sans cette option dans le code, l’application arrive alors dans le Play Store d’Android TV.

Il suffit de cocher cette case et c'est une myriade d'applications supplémentaires sur le Play Store

Il suffit de cocher cette case et c’est une myriade d’applications supplémentaires sur le Play Store

Puisque vous êtes ici, autant donner quelques astuces, non ? Si vous vous rendez dans les paramètres du décodeur TV, il est possible d’afficher encore plus d’applications du Play Store en activant le mode développeur puis en cochant la case idoine (cf. photo ci-dessus). Il est alors possible d’installer les applications Facebook ou Skype par exemple. La box TV prend aussi en charge le protocole UVC pour connecter une webcam compatible sans avoir besoin d’installer des pilotes. Notre décodeur peut donc se transformer en plateforme de visioconférence très simplement.

Justement, quels sont les usages de ce décodeur sous Android TV ? Peut-on jouer ? Peut-on envoyer des tweets en même temps que regarder une émission de TV ?

Pour résumer en quelques mots, la box TV avec Google Play s’utilise comme une tablette sous Android ou encore un Chromecast, mais on peut encore faire plus de choses. Le plus intéressant reste encore à venir et nous avons aussi de grosses évolutions dans les cartons. L’environnement de développement étant désormais connu de bon nombre de développeurs, les applications et les usages ne tarderont pas à venir. Aujourd’hui, le Play Store propose plus de 700 applications, mais en organisant quelques sessions de développement comme le prochain Hackathon qui doit avoir lieu au début de l’année prochaine, nous pourrons les aider à les soumettre et ainsi trouver de nouveaux usages.

Étant donné que le code source est disponible sur le site LG (en dehors de l’application SFR), nous nous demandons en combien de temps nous allons voir arriver une ROM alternative pour notre boîtier. Nous ne pouvons pas encourager cette pratique puisque le produit reste la propriété de SFR. En revanche, cela peut apporter de nouveaux usages que nous ne pouvions pas imaginer au départ et que nous pouvons tout à fait intégrer par la suite dans notre décodeur sous la forme de mise à jour. En outre, il n’est pas obligatoire d’utiliser l’environnement SFR. Le boîtier démarre avec son « launcher » SFR que l’on peut remplacer, bien entendu, mais dans ce cas, les services associés ne fonctionneront plus.

Quelles sont vos applications préférées sur ce décodeur ?

La box SFR avec Google Play est compatible avec toutes les applications du Play Store. Mais les utilisateurs peuvent aussi ajouter leurs propres applications. Cette flexibilité est toute la force d’Android. Ce qui nous vient en premier lieu est l’application Media House qui permet de lire du contenu audio/vidéo depuis un NAS par exemple. Elle peut aussi accéder à d’autres contenus que l’on a sauvegardés sur des services en ligne comme Box, Google Drive et d’autres encore.

Notre décodeur peut aussi servir de station d’accueil pour notre service de vidéosurveillance Home by SFR. On peut consulter les vidéos enregistrées par notre service depuis sa TV, et ce simplement avec sa télécommande. On aime aussi l’application YouTube qui rencontre un vif succès d’ailleurs. Couplé avec l’application mobile, on peut alors utilisé son smartphone comme télécommande pour visionner des milliers de vidéos en ligne. En parlant de télécommande, sachez que nous avons aussi dans les cartons une application SFR Télécommande qui arrivera prochainement pour piloter la box TV.

La box est-elle compatible avec des accessoires de type manette ? Voyez-vous la box SFR comme un outil de gaming ou plutôt de divertissement ?

Officiellement, la box TV avec Google Play ne supporte que les périphériques nativement compatibles avec Android comme le clavier, la souris ou encore les webcams UVC comme nous le disions tout à l’heure. Mais nous avons aussi ajouté le support des manettes de consoles de salon, même si ce support reste expérimental pour le moment. Il est tout à fait possible de jouer avec une manette de l’une ou l’autre plateforme. Par contre, la Wiimote n’est pas compatible. La gestion du gyroscope doit être développée par exemple. Mais, encore une fois, les développeurs peuvent très bien ajouter ce support a posteriori.

En haut, le micro pour lancer ses recherches vocales. Au dos, un clavier complet...

En haut, le micro pour lancer ses recherches vocales. Au dos, un clavier complet…

En parlant de manette, notre télécommande n’est pas celle que nous fournissons avec la box TV Évolution. Elle a aussi été retravaillée pour interagir avec l’environnement Android TV. Les touches fléchées sont aussi une surface tactile pour manipuler une souris à l’écran sans avoir nécessairement besoin d’en brancher une. Tout en haut de la télécommande, au-dessus de la touche “PIP”, il y a un micro pour effectuer une recherche vocale. En appuyant sur le bouton de la télécommande, on peut lancer une recherche en prononçant simplement le nom du programme TV que l’on souhaite regarder. Le système ira alors piocher dans la liste des programmes de l’application SFR TV pour lancer la bonne chaine de télévision. Mieux, si le programme ne passe pas à la TV au moment de la recherche, l’application affichera alors les épisodes disponibles en TV de rattrapage. Si les deux premiers cas ne sont pas couverts par la recherche, alors c’est la recherche classique sur YouTube et le web qui est lancée en affichant les résultats sur la télévision. Ce cas d’usage est d’une simplicité enfantine et c’est un vrai plus pour ce décodeur TV par rapport à la concurrence.

Déjà en rupture de stock, semble-t-il. L’engouement est-il à la hauteur de vos attentes ? Combien d’unités avez-vous prévues au départ ?

Il est vrai que les commandes de notre box TV avec Google Play sont importantes et notre décodeur rencontre un franc succès. Cela va même au-delà de nos espérances. Nous avons pourtant commandé un stock assez important auprès de notre partenaire LG, mais cela n’a semble-t-il pas été suffisant. Mais rassurons vos lecteurs, au début de l’année prochaine, un nouveau stock doit arriver pour satisfaire toutes les demandes. Néanmoins, nous réservons ce décodeur spécial à nos clients non éligibles TV en priorité.

Pour ce qui est de la logistique, nous ne pouvons pas vraiment communiquer à ce sujet. Tout ce que nous pouvons dire finalement c’est que nous avions plus de 10 000 décodeurs en stock au moment du lancement.

Vous parlez de fournir ce décodeur TV en priorité aux clients non éligibles à la TV par ADSL. N’est-ce pas un non-sens sachant que ce décodeur s’appuie sur Internet justement pour ses services ?

Pas tout à fait. Nous proposons déjà une offre de TV par satellite si nos clients ne peuvent pas avoir la TV par ADSL. Mais cela impose des travaux et ce n’est pas nécessairement la meilleure solution, notamment dans les immeubles. Alors, avec ce projet de décodeur TV sous Android, nous avons aussi souhaité répondre à cette demande des clients qui ont une offre 3P (triple play), mais qui ne peuvent pas en bénéficier à cause de cette limitation de débit.

Actuellement pour avoir la TV par ADSL, il faut un débit moyen de 3,5 méga avec le décodeur TV évolution. Ce nouveau décodeur s’appuie sur un codec de compression vidéo en ABR (Average BitRate), en lieu et place du CBR (Constant BitRate) utilisé avec les autres box TV, qui permet alors de fournir le service de télévision sur une ligne ayant une synchronisation à 1,2 méga.

En outre, on s’appuie aussi sur de nouvelles techniques de transmission de vidéo comme le http live streaming. Nos partenaires comme Canal Play utilisent déjà ces outils et la box TV avec Google Play en tire pleinement partie. Comme nous le disions, ce boîtier peut aussi fonctionner sur une connexion 3G/4G partagée avec un téléphone mobile. A débit identique, la qualité est bien meilleure avec notre nouvelle technique de transport et de compression. Nos clients non éligibles pourront alors bénéficier des mêmes services que nos clients évolution.

Une autre fonction qui n’a pas encore été évoquée, c’est le mode passerelle. De base, le décodeur TV propose ses services de télévision normalement, soit par TNT, soit par ADSL. Mais, en branchant une console de jeu sur l’entrée HDMI, il est alors possible de jouer sans changer de prise TV ou encore la sortie son puisque la prise optique est branchée sur un Home Cinéma par exemple. L’interface du décodeur est la même et l’entrée HDMI est identifiée comme une source vidéo parmi d’autres que l’on peut sélectionner dans l’interface SFR TV. Il faut alors passer du mode passerelle au mode classique pour tirer partie de l’entrée HDMI et jouer sans modifier son câblage.

Décodeur SFR avec Google Play

Voir toutes les galeries

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Tous les détails sur le nouveau décodeur TV de SFR compatible Google Play
  2. HTC One Max : le root nous dit tout sur l’application appareil photo
  3. Free devient le 3ème opérateur français ex-æquo avec Bouygues Telecom
  4. Interview chez HTC France, Anne Sophie Frenove : “(…) nous nous concentron s sur le smartphone”
  5. La mise à jour du Google Play (4.0) avec le changement d’interface est en c ours de déploiement (lien de téléchargement)