C’était l’une des rengaines courantes des détracteurs de Free. Le quatrième opérateur était accusé de bouleverser tellement le paysage français de la téléphone mobile qu’il entraînerait des coupes sévères dans les effectifs des autres opérateurs. Selon les derniers chiffres de l’Insee, la situation est plus compliquée que cela.

emploi-telecom-Insee-operateur

Quand Free est arrivé dans la téléphonie mobile française, l’accueil avait été plutôt froid de la part des autres opérateurs : tous savaient que le nouvel arrivant allait jouer les trublions et proposer des offres agressives pour se faire une place. En décembre dernier, on avait pu assister sur Twitter à une passe d’arme entre Xavier Niel, le patron de Free, et Arnaud Montebourg, le ministre français du Redressement productif. Ce dernier dénonçant “les excès low-cost de Free” responsables selon lui de destructions d’emploi. La saignée des effectifs a-t-elle eu lieu ? C’est plus compliqué que cela : les derniers chiffres de la statistique française coupent la poire en deux.

Le secteur des télécoms a bien perdu quelques plumes en terme d’effectif entre début janvier 2012 et la fin 2013. Il y a tout d’abord eu une perte de 3000 postes suivi d’une reprise de l’emploi au dernier trimestre 2013. Résultat : le nombre d’employés dans le secteur télécom français reste stable par rapport à début 2012. Certes, on pourrait objecter que sans l’arrivée de Free Mobile, le marché de l’emploi télécom en France aurait pu encore progresser et dépasser la barre des 141 000 salariés. Mais le nombre d’emploi est resté stable, malgré la baisse des prix dans les offres des différents opérateurs français. Il faut également souligner que les emplois mesurés restent flous : pour comprendre l’impact des changements dans le monde des opérateurs, il faut prendre en compte les emplois “tiers”, c’est-à-dire liés par exemple à la vente de mobiles nus ou d’accessoires, en hausse depuis l’avènement des abonnements sans engagement.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Free devient le 3ème opérateur français ex-æquo avec Bouygues Telecom
  2. Free devrait rester franco-français
  3. La 4G : ce que l’arrivée de Free Mobile va changer
  4. Free Mobile continue sa progression malgré les polémiques
  5. Free mobile, trop low-cost pour le gouvernement, va-t-il tuer un de ses concurrents ?