Comme le font régulièrement les firmes spécialisées dans la sécurité informatique et mobile, Lookout Security vient de dévoiler sa dernière étude quant aux risques encourus par les utilisateurs de smartphones lorsqu’ils téléchargent des applications.

Lookout

Le leitmotiv des firmes de sécurité numérique ne change pas d’une marque à l’autre : sur mobiles et plus particulièrement sur Android, les risques liés aux malwares, spywares et autres adwares menacent dans l’ombre. Pas de quoi s’inquiéter réellement cependant, si l’on suit quelques règles simples en matière de téléchargement, en témoigne l’étude de Lookout.

Réalisée de janvier à mai 2013 à partir des données recensées sur sa plateforme, l’étude de Lookout met en avant un chiffre simple, que corrobore son expert en sécurité, Mark Rogers : on rencontre moins de 3 % de risques sur un smartphone en utilisation courante (2,61 % en moyenne). “Ce n’est pas la fin du monde, insiste l’expert. Il s’agit le plus souvent de l’itération de la même menace. 2 %, ce n’est pas si mal“.  Quelles sont les menaces en question ?

Le spyware, qui représente la principale des menaces en France et chez nos voisins européens, se sert de publicités pour collecter des informations concernant l’appareil ou son détenteur. En moyenne, un utilisateur a 1,6 % de probabilités de tomber sur ce type de menaces. Moins fréquents, les chevaux de Troie (programmes ressemblant à des applications classiques mais prenant le contrôle de l’appareil lorsqu’ils sont lancés) totalisent 0,53 % de probabilités d’infections. Les logiciels de facturation indue suivent avec 0,22 % de probabilités, et peuvent notamment envoyer des messages surtaxés à l’insu du mobinaute. Les logiciels de surveillance et logiciels espions ferment la marche, avec des probabilités d’infections ne dépassant pas les 0,16 % et 0,10 %.

On remarque en outre que les chiffres dédiés au Royaume-Uni montrent des probabilités descendant à 2,16 % de probabilités de menaces mobiles, tandis qu’elles tombent même à 1,66 % aux USA ; des marchés émergents tels que l’Inde souffrent de leur côté de 5,49 % de risques mobiles, notamment liés aux logiciels publicitaires intégrés à des applications ou jeux très populaires dans le pays.

Lookout

Quelles menaces, et comment s’en protéger ?

Il reste évident que, malgré des chiffres relativement faibles, les utilisateurs de smartphones, notamment d’androphones, puisqu’il faut concéder qu’ils constituent la cible favorite des malveillants, doivent continuer de suivre quelques règles simples. A commencer par éviter de télécharger des applications issues de sources inconnues, de même que des APK envoyés par email, sur lesquels aucun contrôle n’a été exercé. L’utilisation d’un code PIN et d’un code de verrouillage sur les mobiles reste évidemment l’un des points clés à ne pas négliger sur les smartphones à même d’être perdus… ou volés.

Lookout souligne à juste titre l’un des enjeux phares de la sécurité mobile des prochains mois, voire années : quid du paiement mobile, notamment du NFC ? Certaines applications permettent en effet de faire transiter les données bancaires de l’utilisateur via une simple lecture du tag de la carte ; pour ce type d’applications, la prudence reste plus que tout de mise lors du téléchargement. On ne vous parle évidemment pas de l’utilisation d’une quelconque solution de sécurité mobile, laquelle, moyennant finance, se charge de supprimer les applications malveillantes de votre terminal.

Et vous, craignez-vous les infections sur vos smartphones ?

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. SFR en veut à Free Mobile et Orange
  2. une grosse faille de sécurité…
  3. Sony Mobile dévoile le planning des mises à jour à destination de la gamme XPERIA 2012
  4. Sony dévoile sa Playstation 4 et sa stratégie mobile
  5. Une faille dans le Sony Xperia Z permet de déverrouiller le téléphone sans rentrer la sécurité