Motorola travaille depuis un an sur un projet de smartphone modulable, qui permettrait à l’utilisateur d’ajouter et d’enlever des périphériques à son téléphone qui deviendrait entièrement personnalisable. 

ara1blogpost

Vous vous rappelez de Phonebloks ? Cette start-up qui a pour projet de fabriquer des smartphones modulables avec une base à laquelle on peut ajouter toutes sortes d’options au niveau du hardware. Nous vous avions d’ailleurs parlé de ce projet il y a quelques semaines, et force est de constater que l’idée est loin de laisser indifférent. Or, malgré le caractère intéressant de cette vision du smartphone, nous étions loin d’imaginer que cela pouvait se concrétiser un jour en raison de la difficulté de mettre en oeuvre un tel dessein. Et pourtant hier, Motorola a dévoilé travailler depuis un an déjà sur un projet similaire baptisé Project Ara ! En d’autres termes, la filiale mobile de Google va essayer de réaliser le concept de Phonebloks, qui laissait bien des technophiles sceptiques. Phonebloks va d’ailleurs contribuer à la réalisation de ce projet assez fabuleux.

Après le logiciel libre, le hardware libre. C’est un peu l’idée qu’a Motorola en tête avec son Project Ara. Le but est de créer un smartphone personnalisable à souhait sur sa partie matérielle. Le but derrière le design modulable est de pouvoir “baisser les barrière à l’entrée, augmenter le rythme de l’innovation et de réduire considérable les délais de développement”, indique Motorola sur son blog. Du point de vue du consommateur, le design modulable est la solution à plusieurs problèmes récurrents rencontrés avec les smartphones : l’aspect, le coût et la durée de vie. Si par exemple la définition de l’écran ne nous convient plus, il suffit de changer celui-ci en gardant le reste. Idem pour le capteur photo, la RAM ou encore la batterie (cette dernière peut déjà être changée dans bien des cas). Toutefois, on peut évidemment s’interroger sur le design d’un tel appareil… Quid de l’épaisseur, de l’espace laissé à la batterie ? Pour le moment, le projet n’en est qu’à ses balbutiements, même si Motorola envisage la sortie d’un MDK (Module Developer’s Kit) en version alpha dans le courant de l’hiver 2013-2014.

Motorola

Quel modèle économique ?

Mais ne crions pas victoire tout de suite. Cette technologie rencontrera peut-être quelques problèmes lors de la production et lors de la commercialisation. En considérant qu’un fabricant de smartphones a pour but de contribuer à l’innovation mais surtout de générer des revenus dans un contexte concurrentiel agressif, on voit mal comment il pourrait offrir des produits qui ne seront jamais touchés par ce que l’on appelle “l’obsolescence programmée.” À moins que ce ne soient les périphériques d’accompagnement qui soient, eux, programmés pour cesser de fonctionner au bout d’une durée déterminée en amont de la commercialisation. Se pose alors la grande question du modèle économique au rythme duquel cette industrie se mouvra. Quoi qu’il en soit, si cela se concrétise un jour, il ne serait pas rare de constater que les smartphones dits “classiques” se transforment en produits d’entrée de gamme, aussi évoluée la technologie qu’ils embarquent soit-elle.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Phonebloks : composer votre smartphone sur mesure avec vos composants !
  2. Un smartphone Motorola exclusif au marché européen ?
  3. Motorola Droid 5 avec un clavier complet physique ?
  4. Motorola va dévoiler le “Moto X” avec quelques surprises
  5. Motorola n’utilisera plus le nom de Xoom pour ses tablettes