L’été dernier, Motorola présentait son tout dernier smartphone de gamme G à ses couleurs : le Moto G de 3e génération, compatible avec le service de personnalisation Moto Maker et misant sur des caractéristiques situées à mi-chemin entre le milieu et l’entrée de gamme. Moins d’un an plus tard et avec le rachat de la marque par le Chinois Lenovo, ses successeurs prennent le nom de Lenovo Moto G4 et G4 Plus. Nous avons pris le temps de découvrir ce dernier.

moto-g4-plus-10

 


Caractéristiques techniques

  Lenovo Moto G4 Plus
Taille d’écran 5,5 pouces
Technologie d’écran IPS LCD
Définition 1080 x 1920 pixels
Résolution 401 ppp
Protection d’écran Gorilla Glass 4
SoC Qualcomm Snapdragon 617
CPU 8 x Cortex-A53
1,5 GHz
GPU Adreno 405
Mémoire (RAM) 2 Go
Mémoire (ROM) 16 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 16 MP
Appareil photo (frontal) 5 MP
Capteur d’empreintes Oui
Réseaux 4G LTE Cat. 4
Bluetooth 4.1
Batterie 3000 mAh
Dimensions 152,9 x 76,5 x 7,8 mm
Poids 157 grammes
Coloris Noir, Blanc
Prix 269,90 euros


Design

Le Motorola Moto G de 3e génération était sympathique, mais n’était pas un modèle de minceur : ce gros smartphone mesurait tout de même 11,6 mm d’épaisseur, pour 142,1 mm de hauteur et 72,4 mm de largeur et un poids de 155 grammes. Le Moto G4 de Lenovo ne revoit pas entièrement la donne, puisqu’il pèse à peu près le même poids (157 grammes), mais bénéficie d’une belle cure de minceur. S’il est plus haut d’un bon centimètre, le smartphone est en effet bien moins épais (7,8 mm). Et de fait, l’appareil « fait » nettement plus élégant que son prédécesseur, même s’il ne joue pas dans la cour des appareils dits compacts. On ne va pas s’en plaindre.

moto-g4-plus-1

Au rang des bons points, on notera donc cet affinement global auquel il faut ajouter une coque au toucher strié, en plastique souple, qui a le mérite d’être très agréable sous les doigts – et l’insigne inconvénient d’attraper toutes les poussières qui passent. Cette coque est amovible, et laisse à l’utilisateur l’accès non pas à la batterie, qui se trouve être inamovible, mais à deux ports pour cartes SIM et une carte microSD. La coque souple est plutôt facile à ôter également.

moto-g4-plus-6

Les arêtes du G4 Plus sont adoucies et arborent un aspect métal, le dos n’est plus bombé : dans l’ensemble, sans être particulièrement original, le smartphone se montre assez séduisant.

moto-g4-plus-2


Écran

C’est l’une des différences majeures entre les Moto G de 3e génération et Moto G4 Plus (et G4) : leur écran n’est plus simplement HD, mais passe à la Full HD. Sur une diagonale maintenue à 5,5 pouces, on obtient donc une définition de 401 ppp nettement plus dans l’air du temps. Au premier abord, les couleurs semblent bien contrastées et la luminosité satisfaisante, ce que nous vérifierons plus précisément à l’occasion d’un test complet. On apprécie l’effort, mais on remarque aussi que des bandes noires encore larges entourent cet écran qui, on le regrette, n’est pas recouvert d’une vitre 2,5D.

moto-g4-plus-11


Performances et logiciel

Là encore à première vue, le Moto G4 Plus ne déçoit pas. Motorola, l’an dernier, avait limité la prise de risque en se contentant d’un Snapdragon 410 commençant à être un peu juste sur le segment du milieu de gamme, et démarrant à 1 Go de RAM. Ici, un Snapdragon 617 combiné à 2 Go de RAM (il n’existe pas de version avec plus ou moins de RAM) semble être un choix judicieux. Nous n’avons pas rencontré de ralentissement particulier et même avec de nombreuses applications ouvertes, la navigation est fluide. Avec son tarif de 270 euros, le Moto G4 Plus arbore la même configuration qu’un SoshPhone 3 (mais avec un lecteur d’empreintes et la « patte » Motorola/Lenovo en plus) ou qu’un HTC One A9, qui s’affiche autour de 300 euros en promotions.

moto-g4-plus-7

En termes logiciels, si Motorola a cédé sa place à Lenovo, la marque chinoise table toujours sur une expérience Android « pure ». Sans Google, on ne peut que croiser les doigts pour que le Moto G4 Plus parvienne à obtenir des mises à jour rapides, sans garantie toutefois. L’appareil tourne  en tout cas sous Android 6.0.1 Marshmallow, sans surcouche et pratiquement sans ajout. Lenovo n’a même pas ajouté le pourcentage de batterie et se contente de proposer un affichage de l’heure et des notifications sur l’écran en veille, qui s’illumine lorsqu’on le saisit. Une option bienvenue qui faisait défaut aux précédents Moto G.


Capteur d’empreintes

C’est le point fort du Moto G4, puisque c’est le premier smartphone d’entrée/milieu de gamme estampillé Moto à embarquer un tel capteur. Le lecteur d’empreintes, contrairement à la très grande majorité des androphones dont l’écran dépasse les 5 pouces, n’est pas placé au dos du téléphone, coque amovible oblige, mais sous son écran. C’est donc pour cela que le G4 Plus semble étiré par rapport au Moto G de 3e génération.

moto-g4-plus-8

Ce capteur est tout petit, carré, et situé près du bas de l’écran. Il est seul sur cette bande noire, puisque les touches de navigation (Home, Retour et Multitâche) sont affichés logiciellement en bas d’écran. Même si son format est déroutant, il fonctionne plutôt bien – d’après nos premiers essais – malgré son petit format. On notera tout de même qu’avec son emplacement en bas d’écran, et vu la taille de l’appareil, ce capteur n’est pas aisément accessible lorsque l’on tient le téléphone à une main. Il est nettement mieux vu lorsque le téléphone est posé sur une table, à côté de soi.

moto-g4-plus-3


Appareil photo et autonomie

S’il y a bien un point sur lequel les Moto G ont été globalement médiocres, toutes générations confondues, c’est bien celui de la photographie. Lenovo semble déterminé à en finir avec la mauvaise réputation de ses prédécesseurs en affublant son Moto G4 Plus d’un capteur photo dorsal de 16 mégapixels associé à un double autofocus (laser et détection de phase), sans oublier la présence d’un flash à double ton. Des efforts qui laissent présager de bons résultats, que nous devrons confirmer par la suite.

moto-g4-plus-5

Dans des conditions de bonne luminosité, nous avons en tout cas constaté un déclenchement rapide et des résultats détaillés. Lorsque la luminosité est moins importante, on remarque toutefois que le smartphone peine un peu plus. Bon point pour le G4 Plus, il est doté d’un mode HDR automatique.

Côté autonomie, nous n’avons évidemment pas pu évaluer le G4 Plus. On notera que l’appareil se situe dans la moyenne des smartphones de son format et de sa gamme de prix – pensons au P9 Lite de Huawei – avec sa batterie de 3000 mAh. Sauf mauvaise surprise, le terminal devrait donc assurer une bonne journée et demie d’autonomie.


Conclusion

Même si le Moto G4 Plus conserve quelques traits communs avec le Moto G de 3e génération signé Motorola, à commencer par son design encore un peu massif, il témoigne de ce que Lenovo a appris des erreurs de son prédécesseur. Mieux armé sur un segment de prix de plus en plus concurrentiel – le smartphone coûte 269 euros – et affichant une fiche technique sans véritable compromis, le G4 Plus est un appareil prometteur. Espérons que son test complet confirme cette première impression.