Lors de l’IFA, Haier a dévoilé cinq HaierPhone, dont le L60, un smartphone plutôt étonnant de la part du constructeur, avec une finition soignée, l’utilisation d’une coque unibody en aluminium et l’intégration d’un capteur d’empreintes digitales. Nous avons pu prendre en main le HaierPhone L60 sur le stand de la marque afin de vous livrer un premier jugement.

Haier L60 (3 sur 5)

Quand on pense à Haier, on ne voit pas forcément sa gamme de smartphones, mais plutôt les produits électroménagers. Et pourtant, dans la série des HaierPhone, on trouve quelques smartphones intéressants. Le nouveau HaierPhone L60 fait partie de ces produits. Il inaugure la nouvelle gamme L, qui est toujours aussi hétérogène que les gammes précédentes, au point de vue du design. Le L60 trône au sommet de cette gamme, et on peut le voir dès le premier coup d’œil, grâce à la finition et aux matériaux utilisés. En effet, Haier a choisi d’utiliser une coque unibody en aluminium. Sur le stand, c’était le modèle doré qui était présenté, donnant une impression de qualité un peu plus élevée que le modèle gris également disponible. Sur cette coque ,on trouve également un capteur d’empreintes digitales, l’élément à la mode en cette fin d’année 2015. L’écran semble d’être de bonne qualité puisqu’il s’agit d’une dalle Full HD de 5,5 pouces protégée par une vitre 2,5D pour un effet plutôt flatteur en main. L’appareil photo est doté d’un capteur Sony IMX216 avec un objectif doté d’une ouverture f/2.0. L’élément le moins haut de gamme de la fiche technique est en fait le SoC MediaTek MT6753 avec ses huit cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz.

Haier L60 (4 sur 5)

L’interface stock Android 5.1

Haier L60 (5 sur 5)

La ROM Haier

La ROM Wiko sur un Haier ?

Nous n’avons en revanche pas trop pu juger la partie logicielle. En effet, celle-ci est tout simplement un Android 5.1 stock, ce qui reste un point positif pour de nombreux utilisateurs. Toutefois, Haier semble vouloir orienter sa partie logicielle vers une ROM chinoise, aperçue sur quelques terminaux à l’IFA, c’est-à-dire sans lanceur d’applications, un thème coloré et un centre de notifications largement modifié, qui ressemble très étrangement à l’interface de Wiko. Une bien étrange coïncidence qui prouve que Haier se fournit, pour une partie de ses produits, sur un catalogue de smartphones chinois. On peut donc émettre des doutes pour les futurs produits : seront-ils livrés avec Android stock (ce qui peut être une bonne solution) ou avec cette ROM Wiko-like ? La politique logicielle d’Haier reste assez floue et très hétérogène selon les modèles, et c’est dommage puisque cela fait craindre le pire pour le suivi des mises à jour.

Pour le reste des caractéristiques, on trouve 2 Go de mémoire vive, un choix pertinent pour faire tourner Lollipop, une batterie de 2800 mAh pour une autonomie qui devrait être correcte. Le tout pèse 168 grammes pour une épaisseur de 8 mm et des dimensions de 153,6 x 78 mm. Un terminal qui se négociera 299 euros et qui risque donc d’être concurrencé par le Honor 7 disponible à 299 euros grâce à une ODR de 50 euros qui est accessible toutes les semaines pendant 24 heures.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Haier présente 5 nouveaux smartphones, dont un HaierPhone L60 avec lecteur d
  2. HaierPhone, un SmarTab milieu de gamme de 5,3″
  3. Prise en main du Lenovo Phab Plus avec son écran de 6,8 pouces
  4. Prise en main du Haier H6000, la première phablette de la marque à 300 euros
  5. Prise en main du Huawei Mate S, que la Force Touch ne soit pas avec lui