On connaissait pratiquement tous les détails de la Gear S2 de Samsung avant son officialisation il y a quelques heures. La seule nouvelle information étant sa disponibilité, à la fin du mois d’octobre en France. En attendant le prix de la bête, nous avons réalisé une prise en main de la montre connectée de Samsung. Sa bague rotative nous a particulièrement séduite, tout comme la finition des cadrans.

Samsung Gear S2 (30 sur 33)

La Samsung Gear S2 n’est pas une surprise puisque cela fait de nombreux mois que l’on parle d’elle et que des détails filtrent au compte-goutte. La conférence était donc plus l’occasion d’apprendre sa disponibilité globale (octobre), mais surtout de pouvoir prendre en main la montre.

 

Du cuir, du plastique et de l’acier

Nous avons pu prendre en main les deux finitions différentes : la standard et la classic. Les deux sont dotées d’un boitier en acier inoxydable, mais la bague rotative de la version classic est crantée et non pas lisse. Le cadran (rond avec un écran lui aussi rond) est également différent puisque les bracelets en cuir (et non pas en plastique pour le modèle standard) ne touchent pas le cadran, mais sont maintenus par un mécanisme de goupille à la manière des montres traditionnelles. Deux styles différents, mais tous les deux vraiment réussis. Notre seul petit regret porte sur la qualité des matériaux des bracelets : le cuir est trop fin, trop léger, et ne dégage pas une sensation de qualité. Le plastique est un peu trop dur et on aurait préféré un peu plus de douceur sur sa texture. Le cadran est en tout cas une véritable réussite du point de vue finition même si on est un cran en dessous de l’Apple Watch.

Samsung Gear S2 (15 sur 33)

 

La bague rotative, « l’accessoire » indispensable

L’utilisateur peut interagir avec la montre de différentes manières : avec la bague rotative, avec l’écran tactile et avec les deux boutons situés à droite du cadran. Celui du haut permet de retourner à l’accueil alors que celui du bas réalise un retour en arrière. Il est possible de configurer le bouton accueil pour personnaliser une action lors d’un double clique. Il est alors possible de lancer une application de cette manière, mais aussi d’ouvrir le mode multitâche, qui affiche l’ensemble des applications ouvertes en tâche de fond. Car c’est là le point fort face à Android Wear : Tizen permet de faire tourner de nombreuses applications en même temps. La bague permettant alors de switcher entre les unes et les autres. Pratique et bien pensé.

Samsung Gear S2 (29 sur 33)

 

Deux boutons

Les premières minutes sont tout de même déroutantes, et on se demande à quoi peuvent bien servir les deux boutons et comment lancer une application. Il faut en fait souvent jouer entre les boutons, la bague rotative et l’écran tactile pour trouver son bonheur. Une fois la logique acquise, c’est simple et intuitif. Le menu des applications est réalisé de telle sorte que la bague permet de s’y retrouver facilement même si certaines parties sont visuellement ratées et manquent parfois un peu d’ergonomie. L’ensemble reste toutefois très joli, avec des couleurs vives et du flat un peu partout.

Samsung Gear S2 (7 sur 33)

La personnalisation des cadrans

Les amoureux de la personnalisation seront ravis, puisqu’il est possible de télécharger des cadrans, mais également de modifier ceux déjà existants. Il est alors possible de choisir la couleur de fonds, les couleurs des aiguilles, mais également les informations présentes sur le cadran comme la météo, les alarmes, l’agenda, etc.

Samsung Gear S2 (23 sur 33)

 

Une partie communication solide

Au niveau de la communication, la Gear S2 n’est pas en reste, puisqu’il est possible, avec l’ensemble des modèles, de consulter ses SMS et ses mails ainsi que d’y répondre directement. Il y a alors trois possibilités : répondre avec la transcription vocale, avec des emojis ou même avec le clavier virtuel intégré sous Tizen. Un genre de T9 apparaît alors pour vous sauver la vie puisque l’exercice est délicat au repos et impossible en mouvement. Mais on apprécie la possibilité laissée par Samsung. Sur le modèle non 3G, le fait d’appeler un contact lance l’appel sur le smartphone relié à la montre. Et, grande première pour Samsung, la Gear S2 est compatible avec l’ensemble des smartphones Android, du moment qu’ils disposent d’Android 4.4 KitKat ou une version supérieure et d’au moins 1,5 Go de mémoire vive.

Samsung Gear S2 (14 sur 33)

Le suivi de l’activité physique

La santé et le suivi de l’activité physique sont au centre de la Gear S2. L’application S Health dispose d’une présentation très pratique, ergonomique et jolie. En effet, il est possible de suivre sa progression sur les dernières 24 heures grâce à un ingénieux affichage circulaire avec des couleurs différentes selon les activités (ou le repos) effectuées. La bague rotative permettant ensuite d’avoir davantage de détail sur chaque partie de la journée.

Samsung Gear S2 (24 sur 33)

Un menu dynamique

Pour éviter de devoir passer par les menus, l’écran d’accueil de la Gear S2 dispose « d’onglets » configurables par l’utilisateur. Ce dernier peut naviguer d’onglet en onglet directement depuis l’écran d’accueil avec la bague rotative. Sur la gauche, il y a deux onglets : les appels en absences et les SMS. Sur la droite, c’est à l’utilisateur de choisir, puisque chaque onglet représente une application. Pratique pour accéder rapidement à certaines applications et informations. Toujours pour rester sur le côté applications, l’écran rond peut parfois poser des soucis de lecture. C’est par exemple le cas de l’application Galerie : les photos sont coupées pour pouvoir s’afficher dans l’écran rond. Dommage, mais la bague rotative est un véritable plaisir pour faire défiler les différents clichés.

Samsung Gear S2 (4 sur 33)

Conclusion à chaud

Les nouveautés de la Gear S2 sont trop nombreuses pour qu’une prise en main soit exhaustive et nous vous donnons donc rendez-vous lors du test complet dans quelques semaines. Mais on peut déjà dire qu’avec la Gear S2, Samsung a emprunté une voie totalement différente des montres précédentes, et c’est le chemin qui nous semble le plus propice au succès des montres connectées. La bague rotative est une excellente idée et les cadrans sont très bien réalisés. En revanche, les bracelets et certains aspects de l’interface peuvent être améliorés. Il faudra aussi attendre les prix, qui devraient tourner aux alentours de 300 euros pour le modèle le moins cher.

Voir toutes les galeries

Retrouvez toute l’actualité de l’IFA →

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Prise en main de la Galaxy Gear, la montre connectée de Samsung
  2. Prise en main de la Samsung Gear Fit, croisement entre une montre intelligente et un suivi d’activité
  3. MWC 2014 : prise en main de la Samsung Gear 2 en photos et en vidéo
  4. La montre Samsung Gear S2 devrait intégrer un port nano-SIM
  5. Samsung Galaxy Note 3 et Galaxy Gear : prise en main officielle [Vidéo]