La BlueWatch de ZTE vous paraît-elle énorme ? C’est bien normal, car elle l’est. La première montre du constructeur chinois devra certainement faire ses preuves pour parvenir à concurrencer ses compétiteurs japonais, coréen et autres américains, même si elle n’est pas sans atout.

ZTE BlueWatch

Certaine choisissent la beauté de l’écran, d’autre l’autonomie. Pour aboutir à une durée de vie dépassant les deux ou trois jours auxquels les montres intelligentes à écran LDC plafonnent, l’une des solutions les plus courantes consiste à opter pour un écran e-Ink. C’est le hardware retenu par Pebble pour sa montre du même nom, et, outre ce bracelet issu d’une campagne KickStarter, d’autres montres du genre commencent à émerger. Nous en avons découvert une chez Archos, mais aussi chez ZTE, qui a profité du CES 2014 pour lancer sa BlueWatch dans le bal des débutantes.

Comme toutes les montres connectées, la BlueWatch (noire, au passage) se connecte au smartphone en Bluetooth, ici 3.0 ou 4.0 low-energy, selon la version retenue, ce qui n’est pas dépourvu d’intérêt. Et surtout, cette montre joue les Pebble avec un écran e-Ink de 1,26 pouce, dans la moyenne des ses concurrentes, pour une définition très acceptable de 144 x 168 pixels. Un gros gain d’autonomie en vue, même si ZTE ne communique pas encore sur la durée d’utilisation qu’assurera sa batterie 235 mAh. On peut du moins espérer au moins une semaine d’usage sans passer par la case chargeur – c’est à dire par un câble connecté à la montre par des points aimantés.

ZTE BlueWatch

Une montre sportive

Le design de cette montre nous laisse pour le moins perplexes, avec un corps de 1,61 x 1,38 x 0,5 pouces aux larges bordures autour de l’écran, cette montre comptant trois boutons assez protubérants ne laissera pas de se faire remarquer aux poignet de ses porteurs. Autre point à remarquer, le choix d’un bracelet propriétaire inamovible.

Et pourtant, elle est intéressante, du fait qu’elle intègre des fonctionnalités avancées. La météo, l’alarme, le calendrier, l’heure (affichée en permanence), les réseaux sociaux Facebook et Twitter, mais aussi WeChat, les appels, SMS, emails Gmail et la musique sont pris en charge. Ce n’est toutefois pas la seule spécificité de cette montre : elle se mue en bracelet “fitness” grâce à l’intégration d’un podomètre. Ce n’est pas forcément le cas de ses concurrentes, et il n’y a plus qu’à espérer que ZTE s’ouvre aux développeurs – ce qui n’est pas encore garanti – pour que des applications tierces puissent venir enrichir l’appareil.

Décidément entourée d’inconnues, la ZTE BlueWatch n’est encore assortie d’aucun prix ni date de lancement. De fait, on doute encore de sa sortie en Europe.

ZTE BlueWatch

ZTE BlueWatch

Voir : Les annonces ZTE au CES 2014.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Prise en main de la Galaxy Gear, la montre connectée de Samsung
  2. Galaxy Gear : notre prise en main de la montre connectée selon Samsung
  3. Prise en main de la montre Pebble Watch compatible Android et iOS
  4. Google aurait également sa montre connectée
  5. Prise en main de la Samsung Galaxy Gear, la montre à l’esprit trop étroit