L’aversion de l’ex PDG et cofondateur PDG d’Apple, Steve Jobs,  pour Android, n’était un secret pour personne, toutefois de la même façon, qu’on pouvait découvrir il y a une semaine, via la biographie du businessman, que la première génération d’iPad avait été créée dans le but de contrer la menace que représentait le système d’exploitation mobile de Google, voilà qu’on apprend aujourd’hui que pour Steve Jobs, son fondateur, Andy Rubin, était un « crétin arrogant ».

Comme le suggère aujourd’hui Fred Volgenstein auteur de l’ouvrage « Comment Apple et Google sont entrés en guerre et ont démarré une révolution », lorsque Rubin a visionné en direct la présentation du premier iPhone, en 2007, alors qu’il se trouvait dans un taxi, il aurait alors retardé le lancement du premier smartphone Android le temps que celui-ci arrive au niveau d’excellence d’iOS. S’agissait-il d’une affaire personnelle entre les deux dirigeants ?

Steve Jobs et Andy Rubin, une affaire personnelle ?

Steve Jobs et le fondateur d’Android, une affaire personnelle ?

Comme l’a confié Ethan Beard, qui fut l’un des premiers cadres à travailler sur le développement Android, au biographe, l’état d’esprit de Google était alors :

On savait qu’Apple allait lancer un téléphone. Tout le monde le savait. On ne se rendait par contre pas compte qu’il serait si bon.

Toujours d’après Volgenstein, Google travaillait sur son système d’exploitation mobile depuis 2005, toutefois la firme aurait décidé de revoir sa copie suite à la présentation de la première version d’iOS. Jusque là rien de surprenant. Quelle entreprise ne cherche pas à faire mieux que ses concurrents ?

Quoiqu’il en soit, lorsque Steve Jobs a découvert le premier smartphone Android, le HTC G1, il se serait alors exclamé :

Tout est une putain de copie de ce que nous faisons !

Le premier smartphone Android a déclenché la colère de Steve Jobs.

S’en est alors suivi une longue réunion à laquelle étaient présents Steve Jobs, Scott Forstall à qui ont doit l’interface d’iOS, ainsi que Larry Page et Andy Rubin et ayant pour objectif de dresser quelques points de différenciation entre les deux OS concurrents. Sans pour autant savoir ce qui s’est dit ce jour là, il apparaît que l’ambiance était «puante ». Par ailleurs, c’est à l’issue que celle-ci qu’il fut décidé que la fonction « pincer pour zoomer » ne ferait pas partie d’Android.

Steve Jobs à tout fait pour mettre des bâtons dans les roues à Android.

Une capitulation de la part de Google qui, à l’époque, a fortement déplu à Rubin qui a même failli quitter l’entreprise mais s’est ravisé, se contentant d’écrire sur le tableau blanc de son bureau :

Steve Jobs a volé l’argent de mon déjeuner.

Mais, c’est également ce jour là que Steve Jobs a prétendu que Rubin était à l’encontre de l’innovation et faisait tout pour lui ressembler « au point d’arborer la même coupe de cheveux ou encore de porter les mêmes lunettes ».

Qui a déclaré qu’il ne s’agissait d’une affaire personnelle et d’une question d’égocentrisme avant tout !

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Apple va décliner sans Steve Jobs, selon Larry Ellison
  2. Steve Kondik (Cyanogen) confirme son départ de Samsung
  3. Les Stagiaires ou Jobs, les geeks sont à l’affiche
  4. Android était initialement prévu pour être un système d’exploitation pou r appareil photo
  5. CyanogenMod : Steve Kondik quitte Samsung déçu par TouchWiz et le Galaxy S 4