Depuis le premier déploiement d’Android Nougat sur les Nexus, certains se demandent pourquoi les appareils équipés d’un processeur Snapdragon 800 ou 801 n’en profitent pas. Pour Qualcomm, le problème ne vient pas d’une limitation technique de ses puces.

Qualcomm-snapdragon-800-635

Voilà une semaine qu’Android 7.0 Nougat est disponible sur certains appareils et la liste des terminaux qui recevront cette mise à jour commence à se préciser. Étrangement, certains smartphones semblent d’ores et déjà exclus, dont le Nexus 5, pourtant pas si vieux que cela, et le Sony Xperia Z3 qui servait de test au constructeur japonais pour la bêta de son firmware. Le point commun entre ces deux téléphones ? Leur processeur, un Snapdragon 800 dans le premier cas, et 801 dans le second.

 

Qualcomm se dédouane

Les rumeurs ont commencé à enfler à ce sujet sur la Toile, indiquant que les drivers de ces SoC n’avaient pas été mis à jour par Qualcomm. De son côté, l’entreprise américaine a rapidement communiqué sur le sujet pour s’affranchir de cette responsabilité :

Qualcomm travaille main dans la main avec les constructeurs pour implémenter et supporter les différentes versions d’Android sur nos puces Snapdragon. La durée de prise en charge et les mises à jour du système d’exploitation disponibles sont soumises au cycle de vie des produits des marques.

Le problème de compatibilité d’Android Nougat avec les smartphones dotés d’un Snapdragon 800/801 ne viendrait donc pas de Qualcomm. Selon Sony, l’absence de Nougat sur le Xperia Z3 est aussi bien technique que légale et le constructeur « ne serait pas en mesure de proposer Android N sur le Z3(c) » tout en passant les Compatibility Test Suite de Google permettant aux terminaux de disposer des Google Play Services et donc de la suite logicielle qui en découle (dont le Google Play Store).

 

Un problème de chiffrement ?

Selon toute vraisemblance, le problème ne viendrait pas d’un manque de puissance du CPU, ni même du GPU comme certains pouvaient l’imaginer au début (en raison de Vulkan). AndroidAuthority pense donc que le problème pourrait provenir du nouveau système de chiffrement par fichiers de Nougat et de Direct Boot qui pourrait nécessiter des jeux d’instructions ARMv8, disponibles qu’à partir de la génération suivante (dès le Snapdragon 805, ce qui expliquerait que le Nexus 6 puisse profiter d’Android 7.0 Nougat).

Aussi plausible que soit cette explication, cela ne reste encore qu’une théorie qui n’a pas encore été confirmée ni par les constructeurs ni par Google. Quoi qu’il en soit, les plus gourmands peuvent tenter de passer par des ROM personnalisées, déjà disponibles pour le Nexus 5, la Nexus 7 (2013) et une poignée d’autres smartphones et tablettes.