La semaine était placée sous le sceau du Mobile World Congress de Barcelone, mais pas seulement. Quand les annonces battaient leur plein en Catalogne, deux fournisseurs d’accès Internet hexagonaux ouvraient un nouveau chapitre de la guerre des prix. Plus de retombées en termes d’images pour les marques que d’économies pour leurs abonnés ? C’est ce que l’examen de leurs offres suggère.

Bbox

Les opérateurs mobiles actuels sont également des fournisseurs d’accès Internet, une activité qui, chez Free par exemple, permet de financer les activités de la firme dans le domaine de la téléphonie. La guerre des prix – ou plutôt, actuellement, du roaming européen – s’est déplacée de la mobilité à l’Internet du domicile. Bouygues Telecom, mardi dernier, choisissait d’attaquer Free sur le terrain des prix, espérant visiblement contraindre le FAI à rogner sur ses marges Freebox, et donc le mettre en difficulté dans celui de la téléphonie, où il aurait perdu son filet de sécurité financière habituel.

Bouygues Telecom annonçant un forfait Bbox avec Internet haut débit en ADSL, la TV incluse et les appels illimités vers les téléphones fixes, le tout pour 19,99 euros par mois, Free a riposté sans tarder. Xavier Niel baissait quelques heures plus tard sa formule Alice Initial jusqu’à atteindre les 19,98 euros mensuels, soit un centime de moins. L’effet poil à gratter dans toute sa splendeur.

 

La stratégie du produit d’appel

Précisons cette formule BBox dont le lancement commercial est prévu pour le 3 mars prochain, quand la baisse tarifaire Alice a pris effet immédiatement. Nos confrères d’Univers Freebox ont pu accéder à des documents confidentiels selon lesquels seuls les clients Bouygues Telecom situés en zones dégroupées pourront profiter du tarif annoncé. Toujours selon ce document, qui confirme les données officielles de Bouygues, les clients habitant dans une zone étendue, c’est-à-dire également en zone dégroupée mais s’appuyant sur la location du réseau d’un FAI tiers (dans ce cas précis, SFR), devront ajouter 8 euros à leur facture mensuelle. Pour les autres, le tarif en zone non dégroupée est bien fixé à 37,90 euros par mois.

Fin décembre 2013, Bouygues Telecom comptait un peu plus de 2 millions d’abonnés haut débit (hors fibre). Sur la population française, 12 millions de foyers seront théoriquement éligibles à l’offre à son prix initial (dans des villes de plus de 100 000 habitants), quand les autres passeront à 27,99 ou 37,90 euros. Une proportion certes non-négligeable, mais qui rappelle que l’offre, si alléchante soit-elle, est loin de s’adresser à tout le monde dans son tarif le plus avantageux, tout comme celle de Free, qui ne s’adresse qu’à une toute petite frange de ses abonnés, ceux qui ont opté pour Alice. Univers Freebox relève d’ailleurs que Bouygues Telecom détient 629 Nœuds de Raccordement d’Abonnés lui conférant un réseau dégroupé (près de 10 fois moins que Free ou SFR), et ne procède pratiquement plus à l’installation de nouveaux NRA. Avec les conditions d’éligibilité propres à la formule BBox à 19,99 euros telles qu’elles sont actuellement définies, il y a donc peu de chances que la proportion de la population pouvant y prétendre dans sa formule la moins onéreuse augmente significativement à l’avenir.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Bouygues Telecom lance le coffret Bbox Nomad Prépayé pour vos déplacements
  2. Bouygues Telecom vous offre un week end de surf 3G/4G illimité les 25 et 26 janvier !
  3. Bouygues Telecom lance Bbox tab sur Android
  4. Bouygues Telecom riposte à Free Mobile en ajoutant la 4G sans surcoût à ses forfaits 3G
  5. Vente Flash Bouygues Telecom : le forfait Sensation 3 Go 4G à 24,99 euros pen dant 2 ans