Nous en parlions hier lors de la revue des prises en main, le Nexus 6P est équipé d’un capteur photo arrière de 12,3 mégapixels plutôt convaincant sur le papier. Huawei et Google ont choisi des composants très corrects, on retrouve des photosites (taille de pixels) de 1,55 µm (1,12 µm pour le Motorola Nexus 6 et 1,22 µm pour l’iPhone 6S) pour 12,3 mégapixels, avec une optique dont l’ouverture est de f/2.0, une mise au point automatique laser à infrarouge et la présence d’un double flash CRI-90 à large spectre. L’appareil est passé entre les mains de DxO Labs, qui nous livre ses conclusions de spécialiste de l’image.

Capture d’écran 2015-09-30 à 10.32.35

Nexus 6P

Commençons par comprendre le score DxOMark mobile

DxOMark est l’une des références pour mesurer et comparer les performances d’un boîtier numérique — d’ailleurs certains photographes attendent même les résultats d’un appareil avant de l’acheter — c’est particulièrement le cas des reflex, et des hybrides. Pourtant, les scores et tests DxOMark sont parfois difficiles à comprendre, même pour les plus expérimentés. Sur le mobile, on retrouve un protocole un poil différent, nommé DxOMark Mobile.

Qui se cache derrière cette référence ? DxOMark est français, c’est un service proposé par la société française DxO Labs, basée à Boulogne-Billancourt. C’est un spécialiste de l’image, DxO Labs développe des logiciels de traitement photo, dont le plus connu est le logiciel de traitement RAW DxO Optics Pro.

Dans ce protocole de tests, DxO Labs ne propose qu’un score global, DxOMark Mobile Photo pour la photographie, et le DxOMark Mobile Video pour la vidéo. Sur les appareils classiques, le protocole de test pour DxOMark consiste à analyser les fichiers RAW sortis du boîtier afin de connaître le potentiel du capteur de l’appareil photo. C’est la meilleure manière de procéder, car l’avantage du fichier RAW, c’est qu’il contient de la donnée brute, plutôt qu’un JPEG qui généré par l’appareil ou par le dématricage du fichier RAW, ce qui n’est en fait qu’une interprétation du fichier parmi d’autres. Pour le moment et malheureusement, le score DxOMark mobile teste le mode automatique et les fichiers JPEG / vidéo comme cela reste l’usage typique pour la photographie de smartphone. Évidemment, ces fichiers contiennent moins d’informations et les tests sont donc bien moins poussés. D’ailleurs, ce protocole devrait évoluer en prenant en compte la capacité des smartphones Android à pouvoir récupérer des fichiers RAW, grâce – entre autres – aux API Camera2 de Lollipop.

Comme je le disais, le protocole dédié au mobile est bien plus simple, DxO Labs analyse 14 aspects y compris les couleurs, les performances du flash, la stabilisation, le bruit, les artefacts, l’autofocus ou encore l’exposition et le contraste, et cela à partir des fichiers JPEG.

 

Que donne le Nexus 6P ?

Google a eu raison de livrer un appareil à DxO Labs, puisque le score a été publié le soir même de l’annonce.

Capture d’écran 2015-09-30 à 10.08.36

Tableau de conclusion

Il est tout de suite présenté comme un « concurrent sérieux », d’ailleurs le score DxOMark a l’avantage de permettre une comparaison facile des appareils. J’ai donc compilé sur un graphique les scores globaux de différents smartphones. On remarque ainsi que seul le Galaxy S6 edge obtient un meilleur score global.

Score DxOMark mobile

Score DxOMark mobile

En détail, le Nexus 6P arrive à garder beaucoup de détails sur les photographies capturées, même dans des conditions de faible luminosité. DxO Labs assure à ce titre qu’il est de loin le meilleur testé à ce jour dans ce domaine. L’autofocus Laser a fait ses preuves, il est rapide et efficace. Les images sont bien exposées, et ils notent une balance des blancs et un rendu des couleurs très corrects dans des conditions extérieures. Enfin, le flash est efficace.

A contrario, l’équipe a remarqué des irrégularités dans l’exposition, la couleur, la texture et le bruit, dues à l’activation du mode HDR+ dans des conditions de faible luminosité. Dans certains cas, ils ont également noté que la photo avait été prise avant la mise au point automatique. Enfin, des les scènes dynamiques, certains éléments de la photographie étaient « éclatés ».

Pour la partie vidéo, les retours sont également élogieux, malgré quelques points négatifs. Ils ont noté une bonne exposition globale, mais aussi de la balance des blancs et du rendu des couleurs. L’autofocus est rapide et précis, et ils ont noté le faible niveau de bruit dans toutes les conditions. Un peu plus inquiétant, ils ont noté l’apparition de l’effet « Jello », qui résulte d’une image avec des ondulations causées par les vibrations de l’appareil qui transfère tout à la caméra. Cet effet aurait du corrigé par le stabilisateur optique, absent sur le Nexus 6P (d’où le score bas en stabilisation), ou par des calculs logiciels. Enfin, ils ont noté un peu trop d’ombre dans les scènes de faible luminosité.

Globalement, les résultats de DxO Labs sont très encourageants, le Nexus 6P se classe parmi les meilleurs smartphones du marché concernant la photographie et la vidéo, ce qui n’était pas le cas des précédents Nexus.

Comments

comments

No related posts.