La dernière acquisition du géant de Facebook, après Whatsapp pour 19 milliards de dollars, est Oculus VR pour deux milliards de dollars. Une société qui a conçu un casque de réalité virtuelle… Mark Zuckerberg vit-il déjà dans une réalité alternative ?

FBmoney1

Voilà une acquisition qui fait jaser le monde entier. Deux milliards de dollars pour un produit loin d’être disponible, aucune date de commercialisation n’ayant été annoncée. Avant de rentrer dans le vif du sujet, intéressons-nous à ce produit.

 

Qu’est-ce que l’Oculus Rift ?

Oculus VR a généré un énorme buzz lors de sa campagne Kickstarter qui avait enregistré 2,5 millions de dollars de financement. 10 000 personnes avaient « backé » le projet mené par un jeune de 21 ans, Palmer Luckey.

rift2

Pour l’avoir essayé à deux reprises, ce casque est bluffant. Il a été pensé et conçu pour les gamers, afin d’offrir une expérience immersive. C’est carrément réussi. Une fois le casque sur la tête, vous êtes transporté dans une réalité virtuelle en trois dimensions : l’Oculus Rift détecte vos mouvements de tête, l’image affichée occupe toute la largeur de votre vision, tandis que vous avez une manette dans les mains pour le contrôle et un casque audio sur les oreilles. L’expérience avait été menée encore plus loin en installant des capteurs sur tout le corps pour enregistrer tous les mouvements.

Ma première expérience avec l’Oculus Rift a démarré dans un fauteuil, exactement le même que celui que j’occupais sur le stand. En bougeant simplement la tête, je pouvais examiner la pièce entière et m’apercevoir qu’une autre personne se tenait en face de moi. Je me suis rapidement rendu compte qu’il s’agissait simplement de la personne assise à côté de moi, équipée également d’un casque Oculus Rift. Nous étions reliés dans le même monde virtuel.

couch-knights-image

Cette démonstration simulait un « salon », avec une table basse entre les deux joueurs. Dès que la partie a démarré, un avatar animé est apparu en face de moi, que je pouvais bien entendu contrôler grâce à la manette. Il était équipé d’une épée et je le faisais se déplacer dans le fameux salon virtuel. L’objectif du jeu était de combattre l’avatar de mon adversaire en trois rounds. Une partie de seulement trois minutes, mais qui mettait en jeu des notions essentielles en simulant sa « propre » personne dans une monde virtuel.

vorpx618px

Pour avoir discuté avec d’autres testeurs de l’Oculus Rift, les expériences peuvent être encore plus immersives. Le casque est capable de vous faire ressentir du vertige, simplement en vous simulant un monde dans lequel vous tombez dans le vide. Il peut également vous faire ressentir de la peur, ou des tremblements. Le cerveau est complètement berné.

Pourtant, malgré différentes apparitions et un financement conséquent, l’Oculus Rift est loin d’être prêt, et aucune date de commercialisation n’a été annoncée. D’ailleurs, Sony a présenté le casque « Morpheus » lors de la Game Developer Conference la semaine dernière.

 

Mark Zurckerberg a t-il vraiment perdu la tête ?

Oculus VR est une acquisition horizontale pour Facebook, ce qui signifie qu’elle permet à l’entreprise d’élargir ses activités, plutôt que de développer son activité de base. C’est une stratégie que l’on peut retrouver chez Amazon, avec l’activité de ventes de tablettes, et Google, qui a récemment acheté Nest pour 3,2 milliards de dollars.Cette société commercialise un thermostat high-tech ainsi que des détecteurs de fumée.

Capture d’écran 2014-03-29 à 18.46.25

Google avait également été critiqué, et pourtant… Comme Facebook, Google est dirigé par un co-fondateur, Larry Page, qui a promis d’investir massivement dans la recherche et le développement. Larry Page peut faire à peu près ce qu’il veut, tant qu’il a le soutien du co-fondateur Sergey Brin, président exécutif de Google, ainsi que de son ancien PDG, Eric Schmidt. Le trio contrôle collectivement assez de voix pour « by-passer » les autres actionnaires de Google. Et ce ne sont pas les acquisitions qui manquent, Google ayant réalisé plus de 230 acquisitions depuis son entrée en Bourse (il y a 10 ans).

youtube

Quelques-unes de ces acquisitions ont été suffisamment importantes pour générer l’inquiétude des marchés et de plusieurs actionnaires à l’époque. Par exemple, lorsque Google a acheté YouTube en 2006 pour 1,76 milliard de dollars de dollars, certains analystes se demandaient si la société n’avait pas payé une fortune pour une simple plateforme de vidéos qui ne réalisait aucun chiffre d’affaire à l’époque. Sans oublier l’énorme pile d’affaires juridiques potentiellement coûteuses, à cause des violations de copyrights. Mais cette acquisition est maintenant considérée comme une brillante opération. YouTube possède des relations avec la plupart des studios de cinéma et de télévision et vend des milliards de dollars de publicité vidéo tout en enregistrant une audience mondiale de plus d’un milliard de visiteurs.

La plus grosse acquisition de Google, c’était l’achat de Motorola Mobility pour 12,4 milliards de dollars, qui s’est avéré un succès, malgré les critiques. Google a depuis vendu sa division à Lenovo pour 5,25 milliards de dollars, tout en gardant un portefeuille de brevets mobiles qui lui a permis de stopper les poursuites judiciaires qui visaient Android.

Android, quant à lui, est devenu le système d’exploitation mobile le plus populaire au monde. Il a été acheté en 2005, pour un montant jamais été divulgué étant donné qu’il était trop faible.

Ces différents exemples illustrent relativement bien ce qui se passe actuellement. L’étonnements et les critiques qui visent Facebook doivent être analysés avec du recul. Mark Zuckerberg a ses raisons et ne semble pas avoir perdu sa tête.

 

Alors pourquoi cette acquisition ?

L’acquisition de Oculus VR pour 2 milliards de dollars semble montrer que Facebook veut assurer sa pérennité, et c’est Mark Zuckerberg qui le déclare dans les différentes prises de parole depuis ce rachat.

Le fondateur de Facebook est conscient que les médias sociaux atteindront bientôt un point de saturation. Néanmoins, la communication reste la pierre angulaire de Facebook. Le plus gros réseau social au monde fait un pari : le succès d’Oculus en dehors du monde du jeu vidéo.

Mark Zuckerberg a déclaré qu’il souhait amener la réalité virtuelle au niveau supérieur – et il espère que cela sera la prochaine tendance de communication après le mobile. Imaginez un avenir où vous pourriez vous équiper d’un casque de réalité virtuelle, vous connecter sur Facebook et regarder un concert en direct ou vous sentir comme si vous étiez face à quelqu’un qui vit à des milliers de kilomètres. Facebook pourrait devenir non seulement une plateforme de médias sociaux, mais aussi un acteur incontournable de la communication.

La réalité virtuelle sera-t-elle The Next Big Thing ? Cela pourrait être l’Internet des objets, les lunettes intelligentes, la voiture autonome, les drones, l’apprentissage machine-machine, ou quelque chose d’autre. Larry Page ne sait pas. Mark Zuckerberg ne sait pas. Je ne sais pas. Mais la course a démarré. Ce sont des milliards de dollars de capitalisation boursière qui sont en jeu. Alors quelques milliards ici ou là, c’est de la menue monnaie.

Capture d’écran 2014-03-29 à 18.53.08

Peut-être le plus important à propos de l’acquisition par Facebook de Oculus VR est-il l’acquisition d’une technologie avancée ainsi qu’une équipe d’ingénieurs doués. Alors que Facebook a déclaré que Oculus restera indépendant pour le moment, il est intéressant de se focaliser sur les compétences acquises.

Le CTO John Carmack est un pionnier de la technologie graphique. Il est entouré d’ingénieurs issus du mobile, de la robotique et de nombreux secteurs liés à la conception de matériel. Cette acquisition permettra sans doute à Facebook de mener le développement interne de matériels dans le futur, comme le Facebook Phone qui fait l’objet de nombreuses rumeurs.

virtualreality

Je ne serai pas surpris si dans cinq ans, nos bureaux seront exempts de moniteurs. A la place, une paire de Google Glass, ou un casque Oculus Rift. Beaucoup de secteurs pourraient profiter de ces innovations, l’armée et la médecine utilisent déjà la réalité virtuelle. Les GI l’utilisent pour leur entraînement, tandis que chercheurs de l’université de Californie du Sud mènent des expériences sur le traitement des troubles de stress post-traumatique grâce à un programme de réalité virtuelle. Ce « jeu » permet de replonger les anciens soldats dans des conditions de combat, pour les soigner. La réalité virtuelle est également utilisée  dans l’industrie pour accélérer et faciliter le développement, dans l’automobile ou l’énergie.

Soigner, concevoir, travailler, communiquer, apprendre… la réalité virtuelle ne semble pas être un pari : nous savons aujourd’hui que cette technologie est essentielle pour l’Homme. La réalité virtuelle est bientôt là. Ce n’est plus vraiment une question. En l’espace d’une seule semaine, deux titans ont émergé pour proclamer que la réalité virtuelle serait l’avenir de leurs industries. Facebook et Sony, les entreprises qui définissent respectivement les réseaux sociaux et les appareils électroniques personnels.

Mais simplement parce que la réalité virtuelle est une idée de plusieurs milliards de dollars ne veut pas dire qu’elle est prête à la consommation aujourd’hui. Lorsque les premiers casques commerciaux seront disponibles sur le marché, ils ne seront probablement pas prêts de livrer l’expérience « matricielle » que vous imaginez obtenir.

Oculus aurait pu rapidement se faire distancer par le géant Sony. Néanmoins, maintenant que Oculus devient partie intégrante de Facebook, c’est une histoire très différente. En se vendant à Facebook, Oculus arrivera à rester dans l’actualité comme le porteur de la réalité virtuelle au grand public. Et les défis sont légions : après avoir proposé une expérience de vision sans précédent, Oculus et Sony vont devoir travailler sérieusement pour proposer des contrôles novateurs. C’est loin d’être gagné…

Alors, Mark Zuckerberg est-il complètement déconnecté de la réalité ? A priori, pas vraiment.

Comments

comments

No related posts.