Une étude scientifique indique que les ondes électromagnétiques n’auraient aucune incidence majeure sur la santé. Un rapport à prendre toutefois avec des pincettes.

antennes

Les ondes électromagnétiques pourraient ne pas être dangereuses. C’est en tout cas le résultat du rapport de l’Agence nationale sanitaire (Anses) rendu public mardi. Si ce rapport avoue que l’exposition prolongée aux ondes générées notamment par les mobiles pouvait provoquer des modifications biologiques sur le corps humain, les données scientifiques disponibles ne montreraient pas “d’effet avéré” sur la santé.

En somme, pour réduire le risque, l’Agence propose aux utilisateurs de réduire l’utilisation des terminaux mobiles, jugeant qu’une modification des seuils limites voulus par la réglementation n’était pas nécessaire, et ce notamment chez les jeunes enfants et les utilisateurs intensifs de téléphones.

L’étude, très sérieuse, est le fruit d’un groupe de seize experts, qui ont travaillé pendant deux ans sur un échantillon non négligeable d’études scientifiques. Les chercheurs ont donc constaté que les modifications biologiques pouvaient prendre l’aspect de “changements d’ordre biochimique, physiologique ou comportemental qui sont induits dans une cellule, un tissu, ou un organisme en réponse à une stimulation extérieure”, soit rien de très inquiétant selon les scientifiques. Et d’ajouter que le danger sur la santé “n’intervient que lorsque les effets biologiques dépassent les limites d’adaptation du système biologique.” Mais les effets constatés restent tout de même à l’appréciation des principaux concernés : ils concernent la qualité du sommeil, la fertilité masculine ou encore certaines performances cognitives, mais ne sont pas considérés comme causes “d’effets sanitaires“.

Pas sûr en tout cas que cette étude soit à même de rassurer. Les Français sont de plus en plus inquiets sur les effets sanitaires encourus à cause des ondes électromagnétiques, notamment après le récent déploiement de la 4G. Un rapport du COPIC, sous la houlette de la Direction Générale de la Prévention des Risques du Ministère de l’Écologie, préconisait justement de multiplier par trois le nombre d’antennes-relais pour se maintenir sous la limite de 6V/m recommandée à ce jour.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Les ondes électromagnétiques n’ont pas “d’effet avéré” sur la sant é selon l’Anses
  2. Multiplier par 3 le nombre d’antennes-relais pour réduire l’exposition au x ondes électromagnétiques ?
  3. Free : le bridage des services Google est injustifié selon l’ARCEP
  4. Les tablettes Android sont moins réactives que l’iPad selon une étude
  5. Samsung annonce un Galaxy S4 Gold Edition, l’effet iPhone 5S ?