Google vient de publier son rapport mensuel relatif aux Google Car pour le mois de mai. La firme de Mountain View en a profité pour aborder un sujet peu connu : le bruit des voitures électriques et la capacité des voitures autonomes à klaxonner de manière automatique.

Google Car

Tous les mois, Google publie son rapport d’activité sur sa division Self-Driving Car qui fait rouler à Kirkland, Mountain View, Phoenix et Austin des prototypes des voitures autonomes, les Google Car électriques et les Lexus RX450h hybrides.

Pour le mois de mai, on note un seul « accident » des Google Car, avec un prototype qui était en mode manuel au moment et qui est monté sur le terre-plein central. Google rappelle que les 24 Lexus et les 34 prototypes ont désormais cumulés plus de 2,5 millions de kilomètres en mode autonome avec une moyenne de 16 à 30 000 kilomètres par semaine. Mais le plus intéressant ce mois-ci se trouve ailleurs dans le rapport, puisque Google a abordé le cas du bruit émis par le prototype électrique.

 

Un bruit artificiel pour un moteur électrique

Moteur électrique oblige, on ne trouve pas les explosions qui font le bruit caractéristique des moteurs thermiques. Google a donc ajouté un bruit artificiel pour avertir les autres usagers de la route – et notamment les piétons et cyclistes – de l’arrivée de la Google Car et notamment des phases d’accélération et de décélération.

Ce bruit serait particulier et les habitants parviendraient alors à reconnaître la signature sonore de la Google Car. Google précise que les ingénieurs sont même jusqu’à tester le son de l’orque mais il n’a – heureusement – pas été retenu. La Commission économique pour l’Europe (UNECE) vient d’adopter une mesure imposant aux voitures électriques la diffusion d’un bruit précis en dessous de 20 km/h. Un petit air futuriste !

 

Le klaxon automatique

Google a également abordé un autre sujet, celui du klaxon automatique sur les voitures autonomes. La Google Car est en effet capable de klaxonner d’elle-même pour avertir les autres usagers de la route d’un danger. La voiture peut ainsi klaxonner de manière prolongée pour un danger imminent ou donner deux petits coups de klaxon (que Google qualifie d’amicaux) pour rappeler à l’ordre un autre usager qui commencerait à mordre la ligne pointillée en se rapprochant dangereusement de la Google Car.

À lire sur FrAndroid : En vidéo, « l’accident » entre la Google Car et un bus

 

Google Car : un projet qui s’ouvre

Le mois dernier, le rapport de Google mettait en lumière les bêta testeurs des Google Car qui sont désormais des particuliers. La firme de Mountain View permet en effet aux habitants des villes de test de prendre part à l’expérimentation. On attend désormais la démocratisation des voitures autonomes, afin de réduire les accidents, mais aussi de désengorger les villes.