Selon le fabricant de dalles AU Optronics, la production de dalles AMOLED n’est pas encore assez large pour permettre de remplacer l’intégralité des écrans LCD de tous les smartphones. La demande d’écrans AMOLED est toutefois croissante.

Flash-Recovery-Kindle-Fire-HDX-7-Thor

En mars dernier, un cabinet d’analyse nous apprenait que le coût de production d’une dalle AMOLED venait de passer sous celui des dalles LCD (TN, IPS, etc.) fabriquées avec la méthode LTPS. La méthode de fabrication LTPS, à basse température, coûte plus cher que la fabrication classique a-Si que l’on trouve dans de nombreux smartphones. Les dalles LCD classiques, qu’elles soient TN ou IPS, et fabriquées avec la méthode a-Si, coûtent donc encore moins cher que les dalles AMOLED.

Pour AU Optronics (AUO), l’un des principaux fabricants de dalles, les écrans AMOLED ne pourront pas remplacer les écrans LCD d’ici deux à trois ans. Pour l’entreprise, la demande des dalles AMOLED est bien en croissance, mais il est difficile de répondre totalement à cette demande.

 

Le LCD plus cher que l’AMOLED

La fabrication de dalles AMOLED est bien plus complexe que celle des dalles LCD et réclame donc un investissement élevé. Pour le moment, AU Optronics se focalise donc sur deux marchés particulièrement friands des dalles AMOLED : les casques de réalité virtuelle (pour la faible rémanence) et les objets connectés (pour le confort de lecture en extérieur). Enfin, l’entreprise fabrique aussi des dalles AMOLED flexibles pour quelques produits de niche. AUO annonce que l’entreprise mettra du temps avant de pouvoir proposer un volume de dalle AMOLED similaire au volume de dalle LCD actuellement produit.

À lire sur FrAndroid : Dalles IPS, AMOLED, IGZO, flexibles, économes en énergie : tout sur les technologies d’écran

 

La forte croissance de l’AMOLED

Ces derniers mois, nous avons assisté à la commercialisation de nombreux smartphones milieu de gamme dotés d’un écran AMOLED alors que la technologie était auparavant destinée aux smartphones haut de gamme chez Samsung. Nous assistons donc à une hausse de la production et une véritable baisse des coûts. Malheureusement, nous assistons également à une baisse de la qualité du rendu des écrans puisqu’une dalle AMOLED est bien plus complexe à calibrer qu’une dalle LCD. À ce petit jeu, c’est Samsung qui sort clairement gagnant avec des profils d’écran qui plaisent aussi bien aux fidèles des vraies couleurs, mais aussi aux amateurs de couleurs flashy. Chez les autres constructeurs, les dalles AMOLED sont synonymes de rendu flatteur – mais à mille lieues de la réalité – et de couleurs explosives.

 

Le LCD encore présent

Le remplacement des dalles LCD par des dalles AMOLED n’est donc pas encore sur le point de se produire, puisqu’il faudra aussi bien que les fabricants de dalles investissent massivement dans les outils de production, mais aussi que les constructeurs de smartphones investissent sur le côté logiciel avec une meilleure calibration des écrans. Pour plus d’informations sur les différentes technologies d’écran, vous pouvez jeter un oeil sur notre dossier explicatif dédié.

Comments

comments

No related posts.