À New York un peu plus tôt dans la semaine, et hier soir au Windows Cube (installé devant le Centre Pompidou à Beaubourg jusqu’au 18 octobre), Microsoft a fait show. Nous étions – ironiquement – en attente de quelques surprises, et Microsoft a annoncé un téléphone qui se transforme en PC, une tablette qui remplace un ordinateur portable, une console de jeu qui fonctionne comme un PC, un ordinateur portable haut de gamme qui se transforme en une tablette… Après Apple et Google, Microsoft a tenu de faire de cette rentrée un événement. La hype autour de l’Apple iPad Pro, le Google Pixel C… a été interrompue par le géant de Redmond.

Windows Cube, Paris

Windows Cube, Paris

Parmi les produits présentés, la Surface Book. Les visuels sont frappants. Les caractéristiques sont impressionnantes. Le prix est … renversant. Et si ce n’était qu’un MacBook Pro sous Windows 10, nous n’en ferions pas tout un plat.

De nouveaux produits qui donnent envie

Ce PC n’a rien à envier aux machines les plus performantes du marché. Un PC hybride au format 13,5 pouces tactile et détachable (10 points) en haute définition 3000 par 2000 pixels, de l’Intel Skylake de dernière génération, une puce graphique Nvidia Geforce GTX dédiée à mémoire DDR (sous le clavier), 16 Go de RAM, 12 heures d’autonomie, un boîtier en magnésium avec une charnière pliable… et un prix entre 1500 et 3000 euros en fonction des versions (j’ai arrondi, pour le moment les prix vont de 1499 à 2699 dollars). Ce qui est excitant, ce n’est pas la crainte de mon banquier à l’idée de lui annoncer ma prochaine grosse dépense, c’est que cette Surface Book semble être une machine assez puissante pour travailler et jouer, sans sacrifier la facilité d’utilisation et l’innovation apportée par une tablette.

Microsoft-Surface-Book-3-600x347

C’est un produit important pour Microsoft à plusieurs titres. Comme les Nexus et le Pixel de Google, la gamme Surface a pour objectif de nous montrer ce qui est possible à l’aide de Windows, mais surtout elle d’amadouer les fabricants afin qu’ils rejoignent le train en marche de Microsoft.

Hier soir, accompagné de Cassim – journaliste sur FraWin – je n’ai pas pu voir la Surface Book, c’est dommage, mais personne ne l’avait vue à Paris. « Il en existerait un seul modèle aujourd’hui », m’a t-on soufflé. J’ai du mal à y croire. J’en ai profité pour tester différents produits, comme le Display Dock, qui accompagne les nouveaux Lumia 950 et 950 XL. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la prise en main du Lumia 950 à cette adresse.

c_FraWin - FrAndroid - DSC_2589

Lumia 950 branché à un moniteur

Sous Windows 10 Mobile et équipés d’un connecteur USB Type-C, les Lumia peuvent se connecter à un écran externe grâce à un petit module, équipé de plusieurs connectiques USB, d’un Display Port et d’un HDMI. L’objectif est de déporter une partie de l’affichage. Enfin, cela va plus loin : une partie de Windows 10 Mobile va exécuter une interface graphique, proche de ce que l’on peut avoir sur un PC. On retrouve une grande partie des applications du Lumia, celles qui sont « universelles ».

c_FraWin - FrAndroid - DSC_2582

Le Display Dock est compact, et les connectiques sont complètes

Avec un clavier et une souris sans-fil, il est ainsi possible de transformer son smartphone en une station de travail, suffisamment puissante pour faire de la bureautique simple. Ce « dock » sera vendu à 99 euros. Cela me fait penser à une flopée de produits qui ont été un échec, de Motorola à Ubuntu. J’en ai souvent rêvé, mais j’ai bien peur que cela apporte moins de confort d’utilisation. Que se passe-t-il si le smartphone se met à sonner ? Le fonctionnement n’est optimal que si le téléphone reste branché, et nous sommes encore loin du paradis tant souhaité du sans-fil.

c_FraWin - FrAndroid - DSC_2568

Mode miroir, avec la Surface Pro 3 de Cassim

Autre produit découvert lors de la soirée, un écran à 18 000 euros. Orienté B2B, le Surface Hub est un écran tactile de 84 pouces en définition 4K, un beau bébé de 127 kilogrammes. Notez qu’il existe une version plus petite, plus légère et moins puissante. L’intérêt de cet écran, outre la conception, est la disponibilité d’une version de Windows 10 remaniée.

c_FraWin - FrAndroid - DSC_2544

Une prise en main intuitive et une super réactivité

L’interface est d’une simplicité enfantine, on peut ainsi connecter son smartphone ou son PC en quelques clics, pour déporter tout l’affichage sans aucun fil. Après une prise en main de quelques minutes, je pouvais facilement imaginer son utilisation en entreprise, pour la rédaction ou l’équipe technique. Enfin, j’ai également pu mettre la main sur la Surface Pro 4, une évolution plutôt douce du précédemment modèle, le clavier détachable est bien mieux avec des touches chiclet et un pavé tactile élargi.

c_FraWin - FrAndroid - DSC_2531

Le mode multi-fenêtre

On peut accuser Microsoft de copier Apple. En tant qu’amoureux des nouvelles technologies, je n’enlèverai pas le mérite à la marque à la pomme (pour les puristes, je ne m’excuse pas d’utiliser ce terme). Le mérite d’avoir rendu les technologies mobiles, plus humaines. Interagir avec un iPhone, le tout premier, était magique. L’iPhone s’est démarqué de tous ses concurrents, et Apple a utilisé une variété de capteurs et de fonctions pour continuer à le rendre plus humain, et c’est encore le cas : 3D Touch, Siri et j’en passe.

Quarante ans après sa création, la réinvention d’une marque

Microsoft a néanmoins le mérite de se réinventer. Depuis l’arrivée de Satya Nadella en 2014 à la tête de Microsoft, succédant pour l’instant avec succès à un Steve Ballmer incarnant à lui tout seul un Microsoft aussi fatigué qu’agité, un vent nouveau souffle sur Redmond. L’entreprise a mis en place une nouvelle stratégie qui l’a poussée à libérer ses applications et ses services pour toutes les plateformes, sur toutes les tailles d’écran, où finalement on se retrouve – en tant qu’utilisateur – au centre. Cela ne semble pas être du bullshit comme on aime à le dire en parlant de marketing et de positionnement. Cela ne semble pas être une illusion pour redresser la chute des ventes des PC. À l’image d’Alphabet (Google), Microsoft a entamé un processus de réinvention ambitieux, où l’information est disponible à tout moment, partout et sur n’importe quoi. Une philosophie qui s’inscrit dans l’ère du contexte.

J’aime beaucoup ce nouveau Microsoft.

Comments

comments

No related posts.