Moins d’une semaine après sa mise en vente, le HTC One (M8) est déjà en rupture de stock sur son île natale.

HTC-One-M8

S’il y avait au moins un marché sur lequel HTC n’avait pas trop de soucis à se faire, c’était bien Taïwan. Et pour cause, c’est sur cette île située à l’Est de la Chine qu’est implanté le constructeur. Sur son territoire, le HTC One (M8) se vend tellement bien que le téléphone est actuellement en rupture de stock. L’un des principaux revendeurs locaux, Pdaking, affirme en effet que la demande est beaucoup plus importante que les stocks et qu’il n’a actuellement plus de téléphone à vendre. Cette demande doublerait d’ailleurs tous les jours depuis la commercialisation du téléphone le 25 mars dernier. Dommage qu’aucun chiffre de vente n’ait été diffusé pour mieux se rendre compte de la bonne santé de HTC sur son propre marché.

Le succès du nouveau HTC One n’est pas seulement dû au patriotisme économique local. Rappelons que son prix de vente – 21 900 dollars taïwanais (NT$) soit environ 523,41 euros – est inférieur à celui du Samsung Galaxy S5 (22 900 NT$, soit 547,31 euros) et du Xperia Z2 (23 900 NT$, soit 571,21 euros). Il faut aussi noter que le HTC One (M8) vendu sur l’île asiatique est légèrement différent de celui commercialisé dans nos contrées. Son SoC, un Snapdragon 801, est en effet cadencé à 2,45 GHz en Asie contre 2,26 Ghz en Europe et aux Etats-Unis. Et ce, pour une raison qui nous échappe un peu… Notez que chez nous, l’appareil est d’ores et déjà en précommande, pour un prix avoisinant cette fois les 680 euros, et une sortie dans les prochains jours.

  • Lire notre test du HTC One (M8)

Comments

comments

No related posts.