Meizu avait laissé entendre en diverses occasions, depuis le CES de Las Vegas en janvier, son intention de débarquer sur le Vieux Continent ainsi qu’aux USA. C’est désormais chose faite, à commencer par la France.

Meizu MX3

Meizu – prononcez [mizu] – l’avait promis, et c’est désormais entériné. La marque, présente évidemment en Chine, son berceau natal, mais aussi en Israël et en Russie, fait son entrée en cette fin de premier trimestre en France, précisément le 31 mars, tandis que dans sa ligne de mire figure un lancement aux États-Unis au cours du troisième trimestre 2014. Ailleurs en Europe, au Canada et sur les autres marchés, nul mot n’a encore été soufflé, bien que pour le cas du Vieux Continent, une chose soit sûre pour le moment : la France fait office de marché test. « Nous voudrions faire une démonstration en Europe« , assure ainsi le responsable France de Meizu, selon qui la vivacité du marché hexagonal fait figure de catalyseur auprès des pays voisins.

 

Meizu, la marque « sociale »

Si l’on parle souvent de Xiaomi comme d’un Apple à la chinoise, Meizu, à une échelle légèrement moindre (il revendique 6 % du marché chinois) n’est pas en reste. De fait, elle tente, à l’instar des géants du secteur, de tirer sur la corde du social, de la communauté. Elle aime à rappeler que lors de son lancement à Hong-Kong en 2006, 600 personnes faisaient la queue devant sa boutique pour s’offrir son flagship du moment, le MX2. Pour son lancement en France, Meizu évoque une recette semblable, à base de réseaux sociaux, « d’ambassadeurs » régionaux sélectionnés par ces mêmes canaux, et de petites opérations marketing en magasins.

Dans les faits, Meizu n’est pas ce que l’on pourrait appeler un géant des télécommunications, du moins en matière de masse salariale. À l’instar de Xiaomi, qui dispose de 2400 employés, la marque emploie 2200 personnes, dont 1000 sont affectées à la R&D. Il n’en faut pas moins, Meizu développant ses propres services associés à sa version d’Android, FlyMe OS. Sa dernière version 3.0, présente sur le modèle MX3, s’appuie sur Android 4.2 Jelly Bean. Et au total, Meizu a écoulé, depuis sa création en 2003, 20 millions de smartphones.

Meizu

Le MX3 comme ticket d’entrée

Malgré son « grand âge », relativement à sa sortie initiale en Chine – il date de novembre 2013 – le MX3 sortira à un prix relativement onéreux. Disponible chez la plupart des revendeurs en ligne (Cdiscount, RueduCommerce, TopAchat…), boutiques d’électroménager (Darty, Boulanger), et même chez le Full MVNO Virgin Mobile, le smartphone sera disponible à des tarifs haut de gamme : 449 euros pour sa version 16 Go, 499 euros pour du 32 Go et 549 euros pour un MX3 64 Go. Boulanger, visiblement pressé, avait déjà mis en ligne les précommandes en début de semaine.

Un tarif onéreux comparé aux autres marques chinoises telles que Huawei ou ZTE, d’autant plus que le MX3, si réussi soit-il, souffre d’un point désormais crucial : il n’est pas compatible avec la 4G. Argument récurrent chez ceux qui s’en passent, Meizu indique préférer miser sur une expérience utilisateur complète, faite de services globaux et d’une interface épurée peuplée de fonctionnalités avancées (un mode invité, par exemple). Pour le reste, l’appareil n’est pas inintéressant : avec son design très iPhone, il dispose d’un écran de 5,1 pouces AMOLED agréable, avec une définition de 1800 x 1080 pixels, et dispose d’un processeur Samsung Exynos 5 Octa, de 2 Go de RAM, d’un capteur photo Sony de 8 mégapixels, du NFC et d’une batterie de 2400 mAh. Meizu indique en outre avoir travaillé sur diverses optimisations, notamment sur un écran et un WiFi peu gourmands en énergie. Avec son format bombé, il semble d’ailleurs plus fin qu’il ne l’est vraiment : il mesure en réalité 139 x 71,9 x 9,1 mm. Dans l’ensemble, des caractéristiques de bonne facture, Meizu mettant en avant l’identité des fournisseurs de ses composants comme gage de qualité. Suffisants pour convaincre les mobinautes français ? Le Chinois affirme chercher avant tout à fédérer une communauté, « même si on ne vend que 2000 ou 3000 MX3« .

MX3

La 4G avant la fin de l’année

Impossible pour Meizu – qui n’a pas évoqué un MX4, comme la rumeur le prétendait ces derniers jours – de faire l’impasse complète sur la 4G. Puisque le marché français fait figure de pilier en Europe depuis le mouvement initié par la création de Free Mobile, et que la 4G est désormais un enjeu majeur de son paysage mobile, autant dire que si Meizu souhaite s’installer comme une « alternative aux grandes marques« , et haut de gamme qui plus est, il lui faudra passer au haut débit mobile. Et la marque l’avoue : « Nos prochains modèles seront aussi chers, voire plus (…). Nous aurons un produit 4G, il est déjà dans les placards« . L’ouverture d’une boutique physique est même à l’étude, bien qu’il ne faille pas s’attendre à une inauguration avant l’année 2015.

De grandes ambitions à l’heure où plusieurs marques chinoises fourbissent leurs armes pour mieux se lancer en Europe. On pense notamment à Xiaomi, dont un premier Red Rice vient d’être commercialisé à Singapour avant un lancement international, tandis que Nubia nous a indiqué, au CES 2014, son intention de se lancer en France au printemps prochain.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Meizu confirme son arrivée en France dès le début mars avec son MX3 !
  2. Le Meizu MX3 est disponible en précommande chez Materiel.net !
  3. Meizu MX3, une fuite dévoile un aperçu du design
  4. Meizu MX3 : des photos du design et des caractéristiques ?
  5. Meizu MX3 : quatre versions jusqu’à 128 Go et un prix