Depuis son arrivée sur le marché des écrans, l’OLED a souvent été réservé au haut de gamme en raison de son coût de fabrication élevé, et cela même sur les smartphones. Avec le temps néanmoins, il semblerait que l’AMOLED devienne plus rentable pour les constructeurs que le LTPS LCD, ce qui devrait donc augmenter sa présence au sein de nos appareils.

AMOLED-displays-leading-the-market

Dans un rapport publié ce mercredi par IHS Technology, le coût de production d’une dalle AMOLED est passé pour la première fois sous celui d’une dalle LTPS LCD lors du premier trimestre 2016. Avec un coût de revient de 14,3 dollars pour un écran de 5 pouces en Full HD, la technologie organique est donc plus rentable de 30 centimes de dollars que sa concurrente. Il s’agit là d’une très forte évolution par rapport aux prix constatés en fin d’année 2015, période à laquelle les écrans AMOLED et LCD coûtaient respectivement 17,1 et 15,7 dollars.

 

L’AMOLED de plus en plus courant

Plusieurs raisons sont envisagées pour expliquer cette forte baisse de prix. Ainsi, on parle déjà d’un plus grand nombre de clients, et donc d’une production plus élevée qui réduit d’autant les coûts de conception, mais aussi de la fin de la période d’amortissement des lignes de production. Pour Samsung par exemple, les coûts d’amortissement ont drastiquement baissé lorsque les chaînes de production ont passé la barre des cinq ans.

Kim Hyun-jin, l’un des chercheurs d’IHS Technology, indique également que « même si l’amortissement des lignes LCD est terminé, le coût de l’AMOLED est plus avantageux ». Et de continuer : « cela a posé les bases qui permettront à [la technologie] AMOLED d’être utilisée aussi bien pour des produits à petit prix que pour les produits premiums ».

 

L’AMOLED en entrée de gamme ?

Au départ, seuls les flagships de certains constructeurs (essentiellement Samsung et LG, tous deux pionniers en la matière) bénéficiaient de l’AMOLED. Cette technologie d’écran s’est néanmoins peu à peu étendue, et désormais de nouveaux constructeurs se fournissent chez les premiers en dalles OLED (comme Meizu ou HTC par exemple), tandis que des modèles moins prestigieux profitent désormais de ce type d’affichage (les milieux de gamme Samsung typiquement).

Avec le temps et la baisse des coûts, l’AMOLED devrait donc se démocratiser sur les terminaux les moins onéreux, et pourrait même dans un futur plus ou moins proche devenir un standard sur les smartphones d’entrée de gamme.