Le groupe Altice (SFR) organisait hier une conférence de presse durant laquelle il a officialisé le lancement d’une gamme de téléphones sous sa marque.

Altice Leia 3D holographique smartphone

Hier matin, le groupe Altice, auquel appartient SFR, organisait une conférence de presse pour annoncer son intention de finaliser l’acquisition complète du Carré Rouge, soit des 22,25 % du capital de l’opérateur qui lui manquent encore. Le groupe en a également profité pour annoncer ses plans à moyen terme, parmi lesquels on trouve la commercialisation d’une gamme complète de téléphones portables.

Altice est resté avare en informations concernant son premier smartphone, se bornant à indiquer qu’il sortirait dans un an, vers la fin de l’année 2017, et qu’il disposera d’un écran “holographique” développé par Leïa. Ce smartphone sera commercialisé par les filiales d’Altice comme SFR en France. Plus qu’une première annonce, cette mention vise à rassurer ceux qui pensaient que ce projet de smartphone holographique, évoqué dès le mois de mai dernier par SFR, avait fini aux oubliettes, d’autant qu’il sera assorti d’une gamme plus large de produits mobiles.

Qui est Leïa  ?

Pour la conception de son téléphone, Altice s’est donc allié avec Leïa, une petite entreprise née en 2014 en Californie. L’entreprise a été créée suite à une scission des fondateurs avec HP Labs, le département de recherche avancé de Hewlett Packard. Ils ne travaillent que sur cette technologie qu’ils souhaitent vendre à l’industrie mobile et automobile. Le site annonce que les premiers produits équipés de la technologie sortiront fin 2017.

Écran holographique ou écran 3D ?

Si le site de Leïa vend l’holographie sur chacune de ses pages, l’explication que fournit l’entreprise sur sa technologie nous laisse perplexes.

leia

Leia propose aux fabricants de remplacer la couche de l’écran LCD qui sert au rétroéclairage par une couche appelée “DLB”. À la différence du rétroéclairage classique, la couche DLB est capable d’envoyer des rayons de lumière dans des directions précises. L’écran va alors envoyer deux images, une pour chaque œil, ce qui va tromper le cerveau et créer “l’hologramme”. C’est finalement une technique très proche de celle utilisée par Nintendo avec sa 3DS depuis 2011. À cette différence près que le système de la 3DS ne permettait pas de faire sortir une image, l’effet 3D se faisant en profondeur. L’inconvénient principal de ce que propose Leia est qu’un observateur externe, différent de l’utilisateur, ne percevra probablement pas l’image en relief.

En plus de cette technologie, Leia intégrera également la reconnaissance de la distance entre le doigt et l’écran, permettant de détecter un survol du doigt ou la manipulation des objets 3D. Il faudra attendre une présentation en bonne et due forme de l’appareil et une prise en main pour se faire un véritable avis sur cette nouvelle technologie et l’ambition d’Altice sur le marché.