La NSA est souvent évoquée depuis les révélations faites par Edward Snowden sur la surveillance opérée par l’agence, et plus récemment, la récolte d’appels téléphoniques de millions de Français, et cela inquiète de plus en plus de populations. Même la CNIL qui s’est montrée jusqu’alors discrète sur la situation est en phase d’intervenir et prendre part à une offensive.

La Commission s’était d’ailleurs montrée impuissante face à la surveillance de la NSA puisqu’il était question de lutte anti-terroriste et de sûreté nationale, nous dit-on. Toutefois, les choses risquent de changer et les droits des Français assurés par la CNIL qui réclame plus de pouvoirs pour mener à bien sa mission.

La CNIL demande davantage de pouvoirs pour se défendre de la surveillance opérée par Prism

La CNIL veut contrer Prism mais requiert pour cela plus de pouvoirs

Quand ce n’est pas Google qui promet de lancer son service uProxy pour donner un accès égalitaire à l’ensemble des internautes du globe sur le web, il est question de la vie privée des personnes que la CNIL entend bien défendre. D’ailleurs, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a précisé la chose suivante :

Si la lutte contre le terrorisme ou certaines menaces à l’ordre public peuvent justifier des atteintes ponctuelles et ciblées à la vie privée des personnes, la CNIL rappelle que, dans un État de droit, aucune considération ne saurait justifier une surveillance généralisée et indifférenciée de la population, pas plus que la « mécanisation » de cette surveillance par une aspiration automatique des données.

En clair, la CNIL estime que le projet Prism est une atteinte à la vie privée des citoyens et propose que des accords soient convenus entre les États pour la transmission de données concernant la population et que ces échanges soient encadrés. Par ailleurs, la Commission réclame davantage de pouvoirs pour exercer un véritable contrôle démocratique, tout en respectant le secret défense, pour le bien de tous.

À la question « vous sentez-vous en sécurité sur Android« , vos avis tournaient plutôt en faveur d’un « oui », mais qu’en est-il du respect de votre vie privée ?

Via

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Les CNIL Européennes se préparent à durcir le ton face à Google
  2. CNIL : 50 % des applications mobiles ne respectent pas la vie privée des util isateurs
  3. Politique de confidentialité : la CNIL accuse Google de ne pas respecter la l oi française
  4. Google dans le collimateur de la CNIL et des autorités européennes
  5. Prism : Facebook, Apple et Microsoft se veulent “transparents”