Quelques longues semaines après sa sortie dans le commerce, iFixit a décidé de révéler les entrailles de la Pixel C. Une tablette dont la conception est à moitié modulaire, avec des composants facilement remplaçables et à moitié bâclés, avec d’autres composants encastrés avec de la colle.

pixel c ifixit 1

Les spécialistes du tournevis d’iFixit se sont enfin penchés sur le cas de la Pixel C, une tablette de plus de 10 pouces sortie à la fin de l’année dernière et conçue intégralement par Google. Une tablette qui, du point de vue de son design avait tout pour plaire : écran de grande qualité, coque unibody en métal qui lui conférait un aspect premium et une puce très haut de gamme, le Tegra X1. Mais qu’en est-il de l’intérieur de la tablette ?

pixel c ifixit 2

La Pixel C sans son écran. Notez les petits aimants rond en forme de pile en haut et en bas de la tablette.

Avec une note finale de 4/10, les démonteurs d’iFixit sont très mitigés. Il faut dire que la tablette de Google ne se laisse vraiment pas démonter facilement. Pour accéder aux entrailles de la bête, il est nécessaire de décoller l’écran de la tablette sans le casser ce qui demande à la fois des outils spécialisés, de la patience et beaucoup d’adresse.

Des composants soudés à la coque avec de la colle

Sous le capot, se trouve des composants très facilement démontables, comme le port USB Type-C, les deux capteurs photo (de 2 et 8 MP) ou encore les boutons physiques. Des composants tellement faciles à démonter que iFixit parle de conception modulaire. On ne peut toutefois pas en dire autant de la carte mère ou de la batterie qui sont tout littéralement collées à la coque. iFixit a d’ailleurs dû abandonner l’idée de retirer la batterie de la tablette, de peur de la percer et d’assister à une petite explosion.

pixel c ifixit 3

La carte-mère est attaché avec de la colle.

Au début de l’année, on reprochait à la Pixel C son statut de tablette à la double personnalité : Google voulait une tablette sous Android capable d’être aussi bonne dans le domaine de la productivité qu’une Surface de Microsoft. Au final, elle n’était qu’une bonne tablette Android. On retrouve cette dualité dans la conception hardware même de l’appareil : on sent que Google a voulu concevoir un appareil très proprement mais n’a visiblement pas eu d’autre choix que de coller certains composants avec de la colle, rendant une tablette qu’on imagine facilement modulaire à la base, impossible à réparer ou à améliorer.

pixel c ifixit 5

Le clavier de la Pixel C avec ses nombreux aimants.

À noter enfin que iFixit a démonté le clavier de la Pixel C. L’occasion de voir les touches, la petite batterie, mais aussi la rangée d’aimant qui le maintient aussi bien à la tablette. Bref, à moins d’être un expert du démontage, il n’est pas vraiment recommandé de se lancer dans l’aventure.