La rumeur d’un rachat d’une autre grande firme par Lenovo avait déjà été évoquée depuis quelques mois, et la voilà qui refait surface aujourd’hui, appliquée à HTC dont la situation financière s’est nettement dégradée au dernier trimestre. HTC racheté par son voisin chinois, une hypothèse envisageable ?

Lenovo

L’information est issue du média taïwanais Apple Daily, qui assure que “Lenovo discute de coopération stratégique” avec HTC, qui a lui-même essuyé des pertes à hauteur d’environ 74 millions d’euros au troisième trimestre 2013, après des trimestres de ralentissement des bénéfices successifs. De son côté, Lenovo bénéficie d’une ascension marquante dans le domaine de la téléphonie, ce qui lui a permis, selon les derniers chiffres de l’institut IDC, de se hisser à la quatrième place des constructeurs de mobiles, loin devant HTC. En Chine, ABI Research estime que le constructeur se positionne même en tant que numéro 2 sur le marché national, avec 13 % de parts de marché.

C’est fort de cette aura que Lenovo se serait entretenu avec la direction de HTC au mois d’août 2013 lors d’une réunion secrète qui n’a toutefois “pas été finalisée“. Selon nos confrères, un telle transaction, si elle devait avoir lieu, serait opérée dans le courant du premier semestre 2014. Ce ne serait pas une première pour Lenovo qui tient sa marque de PC ThinkPad du rachat de la division informatique personnelle d’IBM en 2005. Toutefois, HTC comme Lenovo démentent aujourd’hui toute décision de rachat, même si elle reste crédible : avec des livraisons d’appareils mobiles en hausse de 41 % sur un an au deuxième trimestre 2013, un chiffre d’affaires de 8,8 milliards de dollars et 174 millions de dollars de bénéfices, soit 23 % de plus que l’année précédente, pour un total 3,1 milliards de dollars de trésorerie disponible au 30 juin dernier, Lenovo pourrait disposer des fonds nécessaires pour mettre en place le fameux “partenariat stratégique” que la rumeur prête aux deux firmes.

A l’heure où les difficultés financières des uns ou des autres résultent (ou sont en passe de résulter) sur des rachats plus ou moins aisés à négocier, rares sont ceux qui accordent encore du crédit à HTC. La firme taïwanaise semble, dans l’opinion publique, vouée à disparaître de la scène internationale où elle restait l’un des derniers, si ce n’est le dernier pure player du mobile. A l’aube de la présentation du One Max, qui devrait être dévoilé le 18 octobre prochain à l’occasion d’une conférence taïwanaise, on peut toutefois espérer pour HTC un dernier trimestre 2013 capable de le ramener à des finances positives.

Comments

comments

No related posts.