Les extensions Google Chrome font partie des principaux facteurs du succès du navigateur web, celles-ci permettant de le personnaliser à souhait et de le doter de fonctionnalités supplémentaires, non présentes nativement comme le téléchargement de vidéos sur YouTube ou encore le blocage des publicités. Des fonctionnalités qui ne sont souvent pas dans l’intérêt de Google raison pour laquelle, elles sont, par conséquent, issues des travaux de développeurs tiers.

Jusqu’à présent, le géant de Mountain View affichait une certaine tolérance vis-à-vis des extensions Google Chrome provenant de sources externes. Mais vous n’êtes pas sans savoir que toutes les bonnes choses ont une fin. Ainsi, à partir du mois de janvier prochain, ces programmes ne seront plus installables au sein du navigateur.

La fin des extensions tierces pour Google Chrome.

Les extensions Google Chrome non officielles désormais interdites

Afin de justifier cette décision, Google a bien entendu invoqué des raisons de sécurité, prétextant que rien n’empêchait ces petits programmes d’être accompagnés de virus et autres logiciels malveillants. Objectivement parlant, il faut bien avouer qu’ils n’ont pas tort mais ce n’est sans doute pas là que réside leur motivation première mais plutôt dans une volonté de préserver les revenus générés par la publicité.

Par ailleurs, même si les extensions Google Chrome peuvent effectivement contenir des virus, sachant que c’est l’utilisateur lui-même qui les installe sur son navigateur, celui-ci a tout le temps de vérifier lui-même s’il ne s’agit pas d’un logiciel malveillant qu’une simple recherche sur le net finit à recenser.

Seules les extensions validées par Google autorisées dans le Chrome Web Store.

D’un autre côté, suite à la suppression d’Adblocker et autres bloqueurs de publicité du Play Store il y a quelques mois, il fallait bien s’attendre à ce que Google finisse par adopter  ce type de politique, finalement assez proche de celle d’Apple puisque désormais, seules les extensions autorisées seront celles validées par la firme américaine.

Un compromis qui reste tout de même excessif. Espérons que Google n’interdise jamais l’installation d’applications tierces sur Android, cette liberté restant un des gros atouts de leur OS mobile.

Comments

comments

No related posts.