>

Tandis que l’on ignore encore s’il sera possible de combiner des Google Glass et des lunettes de vue, GlassUp tente de se faire valoir auprès des technophiles à mauvaise vue.

GlassUp

L’un des paramètres auxquels Google doit répondre avec ses Google Glass, c’est bien sûr les problèmes de vue de ses porteurs. Or adapter les lunettes connectées à des verres correcteurs n’est pas une mince affaire, et la société GlassUp en profite pour s’engouffrer dans la brèche.

Issues d’un projet Indiegogo encore en cours, et qui doit réunir la bagatelle de 150 000 $ (à peine 25 000 ont été récoltés à ce jour, à 23 jour de la fin de la levée de fonds), GlassUp assure que quel que soit le montant récolté, le projet verra bien le jour grâce à des investisseurs privés. Ces lunettes usant de la réalité augmentée projettent une image non pas au-dessus du champ de vision, mais en plein milieu, afin de réduire la fatigue oculaire – selon les dires de la firme, évidemment.

Les GlassUp sont conçues pour fonctionner comme un second écran, permettant de lire ses messages, emails, notifications de réseaux sociaux ou flux RSS, mais aussi des informations météo, une aide à la navigation GPS, des informations médicales concernant un patient (pour un chirurgien, par exemple), un discours pour un usage en guise de prompteur, etc. Les usages sont multiples, mais c’est surtout la manière d’aborder les lunettes qui interpelle chez cet accessoire : peu après les premières livraison (février 2014), les lunettes pourront être proposées avec des verres correcteurs ; la firme indique du moins travailler sur le sujet. Et comme il s’agit de lunettes réceptrices, sans appareil photo, GlassUP élude les questions de vie privée. De même niveau batterie, puisque l’affichage monochrome prévu pour le moment permettra aux lunettes d’afficher une autonomie plus conséquente. Pour un poids de 65 grammes environ, soit une trentaine de plus que des Google Glass, et une compatibilité avec Android comme iOS.

GlassUp

Si le projet GlassUp risque d’aboutir puisque des investisseurs semblent avoir été trouvés, reste que les GlassUp manquent cruellement de fonctionnalités – et de discrétion, du moins dans leur version provisoire – d’autant plus que leur prix atteindra 399 $. Les backers pourront quant à eux les obtenir en ne déboursant “que” 199 $. Comme l’indiquent les responsables de GlassUp, il s’agit d’un “second écran pour votre smartphone“, un peu à la manière des montres connectées en vogue ces derniers mois. Cela vaut-il réellement 400 $ ?

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Atheer Labs : des lunettes interactives qui veulent concurrencer les Google Glass
  2. Oppo confirme le Find 7 et pense au Find 5 Google Edition
  3. Sony pourrait venir concurrencer les Google Glass
  4. Google Glass : la première prise en main à la loupe
  5. Google propose aux créatifs d’essayer les Google Glass