Selon le site l’Express, Free aurait attaqué Numericable-SFR en justice sur l’affaire de la « fausse fibre ». Le FAI juge en effet trompeuse la communication du groupe de Patrick Drahi à l’égard de la connexion très haut débit proposée. Free souhaite ainsi que Numericable-SFR ne puisse pas parler de fibre lorsque le câble est utilisé.

fibre optique

En France et dans le Monde entier, il existe différentes manières de proposer une connexion Internet très haut débit. En France, on trouve principalement de la fibre FTTH (Fiber To The Home) chez Orange, Free et SFR mais aussi du FTTLa (Fiber To The Last Amplifier) chez Numericable. La différence est de taille : en FTTH, la fibre optique va jusque dans le logement des clients, alors qu’en FTTLa, elle se limite au dernier répartiteur (une armoire de rue) et fini sa route sur un câble coaxial. Les débits ne sont donc pas les mêmes puisqu’en FTTLa, ils débutent à 30 Mbps dans le sens descendant jusqu’à 800 Mbps et au maximum 40 Mbps dans le sens montant. En FTTH, il est possible de bénéficier, en France, de 1 Gbps dans le sens descendant et jusqu’à 250 Mbps dans le sens montant. L’upload est de plus en plus utilisé par le grand public, notamment pour le streaming ou la sauvegarde de données dans le cloud.

 

Fibre vs câble

On comprend donc mieux pourquoi les FAI qui utilisent la fibre FTTH veulent éviter que Numericable puisse utiliser le terme « fibre optique » pour la technologie FTTLa, qui peut concerner un abonnement avec des débits de 30 Mbps en téléchargement et 1 Mbps en upload. En septembre dernier, le président de l’ARCEP, Sébastien Soriano, avait sous-entendu qu’il faudrait poser des règles pour l’utilisation du terme « fibre optique ». Un arrêté en date de décembre 2013 oblige les FAI à communiquer sur les débits réels dans le cadre de l’ADSL. Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie, souhaite étendre ce texte au câble et à la fibre optique pour éclaircir la situation. Un projet de modification attend d’être validé. Concrètement, il imposera à SFR-Numericable de préciser sur les communications la mention « raccordement final en câble coaxial ».

 

Une publicité trompeuse ?

Pour faire réagir, Free aurait donc décidé de passer par la case justice, en portant plainte contre Numericable-SFR pour concurrence déloyale. Plus exactement, Free aurait saisi le tribunal de commerce pour une publicité jugée « trompeuse » à cause de l’utilisation du terme « fibre optique » par Numericable-SFR. Dans tous les cas, le groupe de Patrick Drahi a le droit d’utiliser le terme très haut débit, y compris pour le câble à 30 Mbps puisque c’est le seuil minimal pour avoir le droit d’utiliser le terme. Le tribunal de commerce aura donc la difficile tâche de trancher le débat alors que les textes en vigueur n’empêchent par Numericable-SFR d’utiliser le terme de fibre optique.

Comments

comments

No related posts.