L’histoire de AppGratis a soulevé beaucoup de questions. Pour résumer, AppGratis – une application de recommandations d’applications – a été éjectée de l’App Store après avoir violé trois règles des “guidelines” de l’App Store. Pourquoi cela nous intéresse-t-il ? Car Fleur Pellerin, ministre de l’Économie numérique, est intervenue dans ce dossier en invitant la presse dans les locaux de AppGratis ce matin. Nous avons justement un problème de soumission sur l’App Store, peut-être que Bercy saura venir à notre secours.

Capture d’écran 2013-04-11 à 16.47.10

 

AppGratis a joué avec le système

Même si je n’approuve pas l’action menée par Fleur Pellerin, c’est une action qui a tout de même le mérite de poser quelques questions intéressantes. En effet, Fleur Pellerin évoque “la Neutralité des plateformes”. Pour le coup, je suis persuadé que ce terme est hors sujet dans ce cas précis. En effet, AppGratis est une application de recommandation d’applications qui peut est similaire au concept de Groupon. En effet, AppGratis référence des applications moyennant que ces applications baissent de prix ou offrent “un service”, néanmoins les éditeurs et développeurs doivent également payer cette mise en avant – entre 10 000 et 50 000 euros par mise en avant selon plusieurs témoignages de développeurs. Ces applications une fois mise en avant auprès des utilisateurs AppGratis sont hissées très rapidement dans les TOPs de l’AppStore, ce qui engendre bien entendu encore plus de téléchargements. AppGratis a donc profité pleinement du système qu’offrait Apple. En effet, l’algorithme de ranking d’Apple n’intègre aucune notion de rétention ou de performances comme c’est le cas sur le Google Play. Plus l’application est téléchargée dans un laps de temps précis, quelque soit sa qualité, plus elle montera dans le classement. C’est ce que vend AppGratis à ses clients. La société a tout de même réussi à réaliser 9 millions d’euros de CA en 2012, et a levé 10 millions d’euros auprès d’un fonds d’investissement composé d’Orange et Publicis.

Malheureusement, AppGratis était contraire aux règles en vigueur sur l’App Store. Les fameuses règles, la 2.25 interdit les applications qui affichent des applications autres que celles de l’éditeur à des fins d’achat ou de promotion. L’autre point, le 5.6, interdit les applications qui émettent des notifications push pour envoyer de la publicité, des promotions, ou une action marketing de toute sorte. Sans oublier la dernière règle qui interdit à une application d’être disponible sous plusieurs formes, AppGratis possède une application par pays. Bref, AppGratis s’est construit en marge de l’App Store en profitant pleinement du système d’Apple et en étant conscient des risques encourus. Heureusement, cette entreprise française composée de 45 salariés a suffisamment de liquidités pour diversifier son activité. Ne vous inquiétez donc pas pour eux.

Un vrai problème de “Neutralité des plateformes”

Justement, comme notre ministre de l’économie numérique s’intéresse de près à ce qu’elle appelle la “Neutralité des plateformes”. Je vais vous parler d’un cas concret, bien plus en phase avec ce sujet. FrAndroid est une communauté francophone dédiée à Android. Nous avons débuté en tant que “blog”, nous sommes désormais un média “webzine” sur le web, mobile et même le papier. Nous avons une équipe de salariés qui travaille à temps plein sur Paris, des rédacteurs mais également des développeurs.

FrAndroid traite de l’actualité de la plateforme d’Android, et même de la mobilité en général. Il faut dire que l’on retrouve Android partout, sur smartphone, sur tablettes, sur la TV, sur les consoles de jeu, dans la domotique, les automobiles… En réalité, dans presque toute la sphère “high-tech”.

Notre audience n’est pas seulement composée d’utilisateurs Android, nous avons également de nombreux visiteurs qui réalisent de la veille régulière, dont beaucoup d’utilisateurs iOS (iPhone et iPad). Nous estimons cette audience à 20% de l’audience globale, soit plusieurs centaines de milliers de visiteurs par mois.

Comme Mac4Ever et son application Android, nous avons donc développé une application FrAndroid pour l’iPhone et iPad.



Mac4Ever Mobile Mac4Ever Mobile

Mac4Ever Mobile est une application permettant d'accéder au site Mac4Ever.com sur Android. Elle référence les dernières dépêches publiées sur le port…

EureKOO SARLGratuit

Mac4Ever est également sur le Google Play, et cela ne pose aucun souci à Google

Capture d’écran 2013-04-11 à 16.48.16

Cette application est basée sur le code de LesArdoises, un autre site de notre réseau dédié aux tablettes tactiles. C’est une application très simple qui permet de consulter de l’actualité, de commenter des articles et de les partager. Une application “média”. Nous avons donc soumis cette application à Apple.

mzl.vdocaqdf

Malheureusement, nous avons été confrontés à un autre point des règles de l’App Store. Le fameux point 3.1 des guidelines de l’App Store. Vous allez voir que ce point est bien plus problématique que les points soulevés par l’éjection d’AppGratis, il soulève directement la fameuse “Neutralité des plateformes”.

3.1 Apps or metadata that mentions the name of any other mobile platform will be rejected

3.1 Les applications et les données qui mentionnent le nom des autres plateformes mobiles seront rejetées

En gros, Apple se réserve le droit d’éjecter n’importe quelle application qui évoque une plateforme concurrente.

Capture d’écran 2013-04-11 à 16.45.30

Si les applications LeMonde ou Metro France évoquent Android dans un article, elles sont susceptibles d’être éjectées sans préavis de l’App Store. De notre côté, cela est dommage pour les utilisateurs iOS qui nous suivent, néanmoins ils peuvent retrouver FrAndroid sur le navigateur ou et peuvent également utiliser notre flux RSS dans un agrégateur. Néanmoins, c’est un point bien plus sensible qui s’apparente à de la censure.

Capture d’écran 2013-04-11 à 16.44.34

Étant donné que Fleur Pellerin s’intéresse à ces sujets actuellement, je suis persuadé que ce dossier lui sera bien plus utile dans sa croisade contre le géant Apple. Il y a également l’histoire des BD Belges censurées. Mais, c’est une autre histoire

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Pourquoi avons-nous besoin d’une montre connectée ?
  2. Interview chez HTC France, Anne Sophie Frenove : “(…) nous nous concentron s sur le smartphone”
  3. Un concept de Play Store
  4. Google retire les solutions anti-pub du Play Store
  5. Le Chrome Web Store va devenir un peu plus multiplateforme