PayPal revoit sa politique de protection des acheteurs sur Internet. D’ici quelques semaines, il ne remboursera plus les backers malchanceux sur les plateformes de financement participatif.

Paypal

Crédit photo

Les exemples de campagnes de financement participatif au destin funeste ne manquent pas, entre entreprises qui disparaissent subitement de la circulation après des campagnes souvent confidentielles, notamment sur les plateformes n’imposant pas le remboursement des internautes en cas d’échec du projet – c’est le cas sur Indiegogo. Sur Kickstarter également, des projets au retentissement parfois mondial, tel le drone Zano, finissent aux oubliettes, la faute à un placement en liquidation volontaire de l’entreprise qui était censée le produire. Même combat pour la Jolla Tablet, dont le succès avait pourtant été au rendez-vous, mais qui a toutefois promis le remboursement de ses backers laissés pour compte. Il faut le rappeler : backer un projet financé sur une plateforme participative n’est pas sans risque, puisqu’il s’agit avant tout de contribuer à la création d’un produit encore à l’état de concept.

L’une des techniques jusque là recommandées aux internautes se lançant dans l’aventure consistait à passer par PayPal. Le service de paiement propose en effet aux acheteurs un service de garantie leur permettant de se faire rembourser au cas où ils ne reçoivent pas leur commande. Une règle inscrite dans ses conditions d’utilisation, et qui couvre « tous les objets pouvant être expédiés et qui ne sont pas interdits par la loi ». À partir du 25 juin prochain, il faudra lire « presque tous ».

Si vous backez un projet, c’est à vos risques et périls

Si PayPal ne communique pas explicitement sur les raisons qui l’ont poussé à changer ses termes d’utilisation, il est clair qu’il s’agit de se protéger de – trop nombreux – cas où les projets de financement participatifs backés par son biais échoueraient. Le service annonce donc une révision des conditions d’application de sa garantie acheteurs, laquelle sera effective le 25 juin prochain. À l’alinéa 13.3, qui recense les cas où la protection des achats ne s’applique pas, on peut voir une nouvelle mention : « Paiements sur les plateformes de financement participatif ». À partir de cette date, il faudra donc redoubler d’attention au moment de soutenir un projet, se pencher sérieusement sur la crédibilité de son propos et vérifier les conditions d’utilisation de la plateforme qui l’héberge.

À lire sur FrAndroid : Pourquoi je ne crois plus au financement participatif