Après la défaite face à Google devant les tribunaux, Oracle se prépare à une nouvelle affaire qui devrait encore écorner son image. L’ancienne directrice financière de la division Cloud d’Oracle vient de trainer en justice son ancien employeur après avoir été licenciée. En cause selon elle : un maquillage en bonne et due forme des comptes de la société.

Si une entreprise ou une division n’est pas assez performante financièrement, il n’est pas si rare que les dirigeants maquillent les comptes afin de les rendre plus enviables face à la concurrence, aux actionnaires, mais aussi aux potentiels clients. On pense d’ailleurs à Toshiba, dont le PDG a dû démissionner suite à un scandale financier de grande ampleur puisque l’homme avait surévalué le bénéfice net de son entreprise de l’ordre de 1,2 milliard d’euros. Chez Oracle, l’ancienne directrice financière de la branche Cloud annonce s’être fait licencier pour avoir refusé de maquiller les chiffres de la division.

De son côté, Oracle se défend en annonçant avoir licencié la salariée pour cause de manque de performances. L’entreprise précise que les comptes de la division Cloud sont propres et corrects et ajoute que l’employée est restée moins d’un an au sein de la société et ne faisait pas partie du groupe en charge de la comptabilité.

Cette nouvelle affaire arrive à un moment assez délicat pour Oracle qui vient de perdre son procès à 9,3 milliards de dollars face à Google. La question de la santé financière de sa division cloud est primordiale puisqu’Oracle est passé d’un fournisseur de logiciel à un fournisseur de services en ligne. Les investisseurs commencent à perdre confiance en l’entreprise comme en témoignent les récents chiffres des marchés financiers.