Trois mois et demi après avoir lancé une OPA hostile sur Gameloft, Vivendi vient d’acquérir la majorité du capital de la société de jeu mobile de Michel Guillemot.

gameloft logo

C’est terminé, Gameloft est désormais la propriété de Vivendi. La société de Vincent Bolloré, qui avait lancé une OPA hostile à la mi-février, est parvenue à racheter la moitié des parts de Gameloft vendredi dernier, selon le journal Les Échos. Pour y parvenir, Vivendi a dû revoir son offre à la hausse durant ces trois mois et demi. Vivendi offrait 7 euros de l’action en février avant de passer à 8 euros, soit pratiquement le double de ce que valait l’action de Gameloft avant l’arrivée de Vivendi.

Un argument pécuniaire qui a convaincu le fond Amber Capital, troisième actionnaire de Gameloft de céder les 15 % de Gameloft qu’il détenait. Ces derniers se sont ajoutés aux 30 % que possédait déjà Vivendi, scellant ainsi le sort de l’éditeur de jeux mobiles. Les 5 % restant n’étaient plus qu’une formalité.

action gameloft 1 an mai 2016

L’évolution du cours de l’action Gameloft sur un an.

Prochaine cible : Ubisoft ?

Selon les Échos, Vivendi a déjà beaucoup de projets pour Gameloft. D’une part, il compte sur la capacité de l’éditeur à créer de nouveaux jeux et, pourquoi pas, des jeux basés sur des propriétés intellectuelles de Vivendi. Surtout, ce sont surtout ses 21 millions de joueurs actifs et sa capacité à les cibler précisément avec de la publicité qui intéresse Vincent Bolloré. Grâce à la publicité programmatique, Les Échos affirment que « le chiffre d’affaires de Gameloft Advertising Solutions a ainsi été multiplié par 9 au premier trimestre, à 2,7 millions d’euros. » Et tant pis si le Conseil d’Administration de Gameloft n’y croit pas.

Maintenant que Vivendi a mis la main sur Gameloft, son prochain objectif est Ubisoft. Vivendi possède la publicité programmatique et les jeux mobiles. Il ne lui manque plus que les jeux vidéo classiques pour réaliser son grand objectif de convergence des médias. Il fait peu de doute qu’on devrait entendre parler d’un tel rapprochement dans les prochains mois.