La rumeur qui courait le week-end dernier pourrait bien être vraie. Selon les informations du journal Le Parisien, Bouygues chercherait à revendre sa filiale télécom à Free.

free-bouygues-604-564x261

Une fusion entre Free et Bouygues Telecom est donc bel et bien à l’étude. Selon les sources du journal Le Parisien, Bouygues serait en train de négocier un rachat de sa branche télécoms par Free. Bouygues demande actuellement 8 milliards d’euros à Free, tandis que la société de Xavier Niel en propose 5. Les deux sociétés ne sont pas encore tombées d’accord et Le Parisien laisse penser que des négociations seraient encore en cours. Bouygues chercherait donc à revendre ses 11,2 millions de clients mobile, ses 1,9 millions de clients Internet mais aussi son réseau et ses fréquences.

Comme on pouvait s’en douter, ce ne sont pas Martin Bouygues et Xavier Niel qui s’occupent directement de la négociation (eux qui se détestent cordialement), mais Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad et Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Télécom le tout sous l’arbitrage de la banque Rothschild. Les deux hommes commencent à bien se connaître puisque ce sont eux qui ont négocié l’accord du 8 mars dernier pour que Bouygues cède son réseau à Free en cas de succès du rachat de SFR.

Bouygues chercherait en effet à revendre rapidement sa branche télécoms. Non seulement il serait en pourparler avec Free, mais il aurait également pris contact avec l’opérateur espagnol Telefonica. Le but de la manœuvre consiste mettre la pression sur Free et l’inciter à faire une meilleure offre. Les deux opérateurs français ne font aucun commentaire sur ces négociations.

Ce n’est pas la première fois que l’on parle d’un mariage entre Free et Bouygues Telecom. S’il se produit, ce sera avant tout un mariage de raison. Il permettra à la fois à Bouygues de revendre sa filiale télécoms et de se sortir du guêpier du marché des opérateurs sans véritable casse financière. Pour Free, ce sera l’occasion d’avoir enfin en propre un réseau digne de ce nom et de ne plus payer les 600 millions d’euros de loyer qu’il verse à Orange annuellement. Enfin, si ce mariage se réalise, c’est bien Orange qui risque de se retrouver en position délicate. Le début d’un nouveau feuilleton ?

Comments

comments

No related posts.