Yezz cherche aujourd’hui à s’inviter dans le monde merveilleux de la réalité virtuelle en présentant non pas un, mais deux smartphones conçus pour intégrer des casques de type Cardboard.

Yezz VR

Depuis le lancement du Google Cardboard, initialement présenté comme un gadget à l’attention des participants de la Google I/O, la réalité virtuelle a pris son envol dans le monde du smartphone. Elle n’est plus réservée à des initiatives nettement plus couteuses, et dont la disponibilité reste à venir – on pense aux Oculus VR, HTC Vive et autres PlayStation VR – et s’est même déclinée sous la forme de casques associés à des smartphones précis, tels les Gear VR de Samsung, compatibles avec un unique smartphone. Elle est surtout un argument commercial pour ceux qui pensent pouvoir proposer une bonne expérience avec leurs smartphones, transformés, lorsqu’ils sont placés dans un casque de carton, en écran permettant d’afficher des contenus à 360 degrés.

De la réalité virtuelle… sans AMOLED ni QHD

C’est bien sur cet argument pourtant contestable que mise Yezz, cette marque spécialisée dans le smartphone à bas prix, et qui cherche à se situer à la pointe de l’innovation. Elle qui a indiqué son intention de proposer des modules de type Ara s’invite également dans l’univers de la réalité virtuelle par le biais de nouveaux smartphones, les Andy 5VR et Andy 5.5 VR. Et si vous pensiez avoir affaire à un terminal misant sur un affichage ultra-fin, vous serez loin du compte. Car ces téléphones, contrairement à nos attentes, ne misent pas sur un affichage de type record, puisqu’il s’agit pour le 5.5VR, d’une dalle IPS HD de 5,5 pouces, et pour son comparse Andy 5VR, d’une dalle de 5 pouces, toujours IPS, mais d’une définition FWVGA (854 × 480 pixels). Et sans AMOLED, comme le confirmait Sony pendant l’IFA, même au sujet de sa dalle 4K sur son Xperia Z5 Premium, une réalité virtuelle confortable n’est pas franchement envisageable. On rappelle au passage qu’avec une définition inférieure à de la Full HD, on considère que l’affichage de la réalité virtuelle est très mauvais puisqu’on perçoit beaucoup trop la grille de pixels. A ce titre un smartphone en définition FWVGA que l’on présente dédié à la réalité virtuelle est complètement inadapté.

Le Yezz Andy 5.5VR

Le Yezz Andy 5.5VR

Pour le reste, l’Andy 5.5VR est doté d’un MT6735 de MediaTek à 1,3 GHz, de 1 GO de RAM, de 8 Go de stockage et de deux appareils photo , et tourne sous Android 5.1 Lollipop. Il est doté d’une batterie de 3000 mAh et mesure 152 × 77,9 × 7 mm. Quant à l’Andy 5VR, il passe à un MT6580, toujours combiné à 1 Go de RAM, à 8 Go de stockage, mais avec un appareil photo dorsal de 8 mégapixels (2MP en façade) et une batterie de 2000 mAh, le tout dans un corps de 144,5 × 74,3 × 9 mm. Subtilité à noter toutefois, le Yezz Andy 5.5VR est compatible 4G quand le 5VR n’est compatible qu’avec la 3G+.

Le Yezz Andy 5VR

Le Yezz Andy 5VR

Les deux appareils seront fournis en pack avec un casque de type Cardboard 2 à monter, et « avec un logiciel qui offrira une expérience fluide de réalité virtuelle dès la sortie de la boîte », explique Yezz, c’est-à-dire avec des applications préinstallées. On peut s’attendre à un tarif situé entre 99 et 249 dollars, d’après la marque qui n’indique pas toutefois si ce prix maximum correspond à celui de l’Andy 5.5VR ou d’un autre modèle encore à annoncer. Pour l’heure, leur date de sortie exacte ainsi que les pays dans lesquels ces smartphones seront disponibles manquent encore à l’appel.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Pour s’offrir un coup de jeune, Flickr mise sur la réalité virtuelle
  2. Project Sansar : l’adaptation de Second Life pour réalité virtuelle arrive
  3. Pour sa prochaine application, Facebook miserait sur la réalité virtuelle
  4. Samsung : un casque de réalité virtuelle pour PC en préparation ?
  5. Quand la réalité virtuelle s’invite dans le débat politique