Avec Android N, Google a intégré une nouvelle API Sustained Performance qui pourrait se traduire en français par « performances soutenues ». L’idée est de permettre à certaines applications de profiter de toute la puissance de la puce mobile intégrée au smartphone.

Vulkan jeux

Les smartphones intègrent des puces mobiles qui apprécient peu la chaleur et les fortes consommations. La conséquence, c’est une baisse drastique des performances lorsque la puce a atteint une limite de chauffe et / ou de consommation spécifiée par le constructeur. On le voit dans de nombreux tests, avec des smartphones très performants dans une partie de jeux durant les 5 premières minutes puis qui voient leurs performances chuter au point de rendre le jeu presque injouable avec des graphismes poussés au maximum.

Certains téléphones se débrouillent mieux que d’autres – à l’image de l’excellent Huawei Mate 8 ou du Oppo Find 7 en son temps contrairement aux smartphones en Snapdragon 810 -, avec soit une meilleure gestion de la dissipation thermique, soit des réglages logiciels plus agressifs, autorisant le SoC à conserver des hautes fréquences de fonctionnement pendant plus longtemps, ce qui a un impact négatif sur l’autonomie du terminal.

Un travail pour les constructeurs et développeurs

Avec Android N, Google propose aux développeurs une nouvelle API, dénommée Sustained Performance, ou performance soutenue en français. Cette API a été conçue pour permettre aux développeurs de créer des applications permettant d’exploiter la pleine puissance de la puce mobile pendant des longues périodes de temps. L’API offre la possibilité aux OEM de lister les astuces pour permettre aux développeurs de mieux appréhender les performances et le comportement de chaque terminal mobile et de sa puce.

Enfin des jeux détaillés et fluides ?

Google précise que cette API permet de mieux prédire les comportements du smartphone sur le long terme et non pas de permettre à ce dernier de tourner à plein régime pendant de longues minutes. Les développeurs devront donc tenir compte des fluctuations des performances du SoC mobile pour éviter que l’utilisateur ne ressente de différences lorsque les fréquences de fonctionnement de la puce jouent au yoyo.

On demande donc à voir dans la pratique cette nouvelle API, puisque dans l’exemple d’un jeu, les développeurs pourront tenter de maintenir un framerate (nombre d’images par seconde) constant, mais en réalisant des sacrifices, par exemple une qualité d’affichage fluctuante. Lié à la nouvelle API graphique Vulkan, Sustained Performance pourrait bien participer à la hausse des performances sous Android. Encore faut-il que les développeurs se donnent la peine d’utiliser ces deux nouvelles API.

À lire sur FrAndroid : Vulkan : à quoi sert la nouvelle API graphique dédiée aux joueurs ?