La 4G n’est pas encore déployée partout en France que la génération suivante se profile déjà à l’horizon. Orange fait un premier pas en ce sens en obtenant l’autorisation de l’ARCEP de mener ses premières expérimentations.

L’ARCEP a publié ce mercredi un communiqué de presse annonçant officiellement sa décision d’autoriser Orange à mener une expérimentation de technologie 5G en France. Dans le cadre du programme européen 5G-PPP (dont fait partie Orange), et plus particulièrement dans le cadre du projet mmMagic, Orange pourra donc, jusqu’à fin 2016, réaliser des tests de réseau 5G sur la commune de Belfort, en Franche-Comté. L’opérateur y est donc désormais autorisé à utiliser des sondeurs de canal et des VNA (Vector Network Analysers) composés d’un émetteur et d’un récepteur.

Le but de ces expérimentations est d’étudier l’utilisation de cette technologie des bandes de fréquences dites « millimétriques » comprises entre 6 GHz et 100 GHz. Ces fréquences très élevées sont encore inusitées dans le cadre des télécoms et devraient offrir la bande passante nécessaire pour multiplier nos débits mobiles et atteindre en théorie une vitesse maximale de 50 Gb/s. Les fréquences utilisables au cours de ces expérimentations techniques sont limitées à trois bandes bien définies :

  • 3600 à 3800 MHz ;
  • 10 500 à 10 625 MHz ;
  • 17 300 à 17425 MHz.

En échange de cette autorisation, Orange s’engage en contrepartie à communiquer à l’ARCEP un rapport détaillé de ses expérimentations au plus tard trois mois après l’expiration de cette autorisation, à savoir le 31 mars 2017.

Pour rappel, les premiers réseaux commerciaux 5G devraient arriver dès 2017 aux États-Unis grâce à Verizon, et aux alentours de 2020 chez nous.

Comments

comments

No related posts.