L’ARCEP a déposé son premier rapport annuel sur les investissements des opérateurs dans la 4G. Globalement, ils ont bien travaillé même si les zones non urbaines sont très peu couvertes. Parmi tous les opérateurs, SFR est la vraie déception alors que Free crée la surprise.

  • Lire également : Quel opérateur offre le meilleur réseau 4G ?

4g sfr decoit free surprise bilan arcep

Depuis la loi Macron votée cet été l’ARCEP surveille avec la plus grande attention le déploiement de la 4G en France. Officiellement, le rapport annuel de l’ARCEP fait partie des outils de mesure de ce déploiement. C’est en tout cas ce qu’affirme son président Sébastien Soriano :

La régulation doit pouvoir s’appuyer sur des tableaux de bord réguliers permettant de mesurer l’avancée des opérateurs dans les déploiements.

Officieusement, « c’était surtout l’occasion pour certains de mettre la pression sur Free pour l’inciter à déployer plus vite son réseau » selon un expert du secteur. Finalement, ce n’était pas Free qu’il fallait surveiller de près.

Car d’après ce premier bilan de l’ARCEP, celui qui déçoit c’est SFR. L’opérateur a de quoi rougir (pas mal le jeu de mot non ?). Ainsi dès le mois de juillet, SFR couvrait 39% de la population. C’est plus que l’objectif de 25% fixé à Octobre mais beaucoup moins bien que ses concurrents.

Orange couvre 76% de la population, talonné par Bouygues Telecom et ses 72%. Ce dernier a pu accélérer considérablement sa couverture grâce à la conversion de ses fréquences 2G pour la 4G en octobre 2013. La bonne surprise vient de Free qui affichait en juillet dernier une couverture de la population de 52%. Une belle prouesse pour un opérateur aussi jeune.

Globalement, l’ARCEP est satisfaite et souligne les efforts consentis par les opérateurs. Selon ses dires, « le déploiement s’est réalisé à un rythme largement supérieur à ceux qui avaient été observés en 2G et en 3G ».

Couverture du territoire : il y a du boulot !

Si la couverture de la population est bonne, ce n’est pas le cas de la couverture du territoire. Sur ce terrain il y a encore beaucoup de boulot. Pourquoi la couverture du territoire est-elle si importante ? Parce que les zones peu denses représentent 63% du territoire. Si cela ne représente que 18% de la population il ne faut pas oublier que les utilisateurs sont mobiles.

Ainsi, lors de l’achat des fréquences 800 MHz, les opérateurs ayant obtenu des lots (tous sauf Free) se sont engagés à couvrir 40% de la population de ces zones peu denses d’ici janvier 2017. En juillet 2015 SFR et Bouygues Telecom couvraient seulement 1% de ces territoires. Orange est toujours le premier de la classe et affichait à cette même période une couverture de 25%.

Pour le Président de l’ARCEP c’est trop peu et il n’est pas question de reporter le calendrier, les opérateurs vont devoir tenir leurs engagements. L’acquisition des fréquences 700 MHz devrait permettre à Free, SFR, Orange et Bouygues Telecom d’accélérer le mouvement. C’est d’ailleurs ce que demande l’ARCEP qui annonce par la voix de son président :

Il va falloir accélérer fortement le rythme pour respecter les obligations.

  • Lire aussi : Que signifient les lettres E, 3G, H+, 4G, 4G+ sur votre smartphone ?

Quoi qu’il en soit, ce premier bilan est positif sur la 4G même s’il y a encore du travail. La France fait tout de même figure de bonne élève en Europe et dans le monde. En 2014, les opérateurs ont tout de même investi 2,2 milliards d’euros.

C’est un montant qui reste dans la moyenne des onze dernières années. Mais n’oublions pas que la baisse des tarifs dans le mobile a un peu chamboulé les plans. Soyons donc patients, la 4G c’est en bonne voie.

Via

>

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Couverture 3G : l’ARCEP veille au grain, notamment avec Free et SFR
  2. 4G : l’ARCEP force SFR à accueillir Free Mobile sur ses pylones
  3. 50 Go de data chez Free Mobile : une bonne « surprise », mais pas pour tou s
  4. 50 Go de data chez Free Mobile : une bonne « surprise », mais pas pour tou s (MàJ)
  5. Free Mobile n’oublie pas sa « surprise » de rentrée