La 4G continue son petit bonhomme de chemin en France, où les quatre opérateurs investis dans la 4G continuent de se voir accorder des autorisations d’activer de nouvelles antennes dans les trois bandes de fréquence disponible. En un mois, ce nombre a crû de 5,1 %, pour un total de 13 599 sites tous opérateurs confondus. C’est la bande des 800 MHz qui profite essentiellement de cette croissance.

ANFR

Qui dit accord d’exploitation d’antennes 4G ne dit pas antennes immédiatement actives. Mais tout de même, les autorisations délivrées par l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) s’élèvent à 13 599 au total : 4940 sites sont autorisés dans la bande des 800 MHz, essentiellement occupée par Bouygues Telecom, mais aussi SFR. La bande 1800 MHz profite de 6373 sites autorisés en 4G, et celle de 2,6 GHz, principalement mobilisée par Orange, compte 8388 sites. La croissance totale des autorisations accordées monte à 5,1 % en un mois, quand, au premier février, la synthèse mensuelle de l’ANFR faisait état d’une augmentation de 3,4 % depuis le 1er janvier. Un léger coup d’accélérateur, en somme, qui profite essentiellement à la bande de fréquence 800 MHz, réputée pour la meilleure dispersion des ondes : les autorisations ont augmenté de 25,3 % chez elles.

Concrètement, les quatre opérateurs gagnent des antennes actives, mais à des rythmes différents, notamment dans le cas de SFR, en retrait par rapport à ses concurrents. Orange, dispose de 4989 antennes actives, soit 290 de plus qu’au 1er février, et réparties sur les fréquences 800 MHz comme 2,6 GHz. Bouygues Telecom affiche lui aussi une importante croissance, avec  6029 antennes actives contre 5896 un mois plus tôt ; présent essentiellement sur la bande 1800 MHz, l’opérateur a nettement gagné en présence sur le terrain des 800 MHz (378 antennes actives contre 94 le mois précédent). Free Mobile gagne lui aussi plus d’une centaine d’antennes, pour un total de 1115 antennes disponibles, contre 994 un mois plus tôt (2600 MHz). SFR, de son côté, passe de 1405 antennes actives à 1489, sur les bandes 800 MHz et 2,6 GHz.

 

SFR en retrait

Rappelons, dans le cas de SFR, qu’un accord de mutualisation des réseaux conclu avec Bouygues Telecom a récemment été signé. Toutefois, il ne porte pas sur la bande 1800 MHz, la plus garnie en antennes chez l’opérateur au logo bleu. On remarquera que contrairement à ses concurrents, le Carré Rouge dispose de seulement 67 % de sites actifs sur ses sites autorisés, tandis que ses concurrents, pour croître, dépendent essentiellement des autorisations délivrées par l’ANFR chaque mois (96 % d’antennes actives chez Orange, 88 % chez Bouygues Telecom, mais 65 % chez Free Mobile). SFR comme Free Mobile disposent donc d’une importante marge de progression, même si leur nombre d’antennes théorique reste encore loin en-deçà de leurs concurrents Orange et Bouygues Telecom. Une impression d’attentisme chez SFR que l’on peut concevoir, puisque l’opérateur, en passe de se faire racheter, que ce soit par Numericable ou Bouygues Telecom, a tout intérêt à limiter ses coûts de fonctionnement pour mieux convaincre des acquéreurs potentiels.

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. En France, 11400 antennes 4G sont actives… dont presque 1000 chez Free Mobil e
  2. Multiplier par 3 le nombre d’antennes-relais pour réduire l’exposition au x ondes électromagnétiques ?
  3. 4G : SFR double Orange, Free Mobile accélère !
  4. Refarming 1800 MHz : Bouygues Telecom pourra déployer sa 4G dès le 1er octob re
  5. 4G : plus d’un million et demi d’abonnés en France