On a connu la guerre des brevets qui sévit aux USA depuis deux ans, doit-on s’attendre à une guerre de la 4G en France ? Quelques jours après l’annonce du lancement par Bouygues Telecom d’une 4G basée sur les fréquences 1800 MHz dès le premier octobre 2013, la riposte d’Orange vient de tomber.

Bouygues Telecom

L’inquiétude du premier opérateur hexagonal commence à se faire sentir. Leader en matière de 4G avec la couverture d’une quinzaine d’agglomérations depuis le début de l’année – dont Lyon et le quartier de l’Opéra à Paris – Orange réagit à l’annonce de Bouygues Telecom, qui compte couvrir une centaine de villes à l’automne. Selon Le Figaro, l’opérateur aurait saisi le Conseil d’Etat.

Rappelez-vous la semaine dernière : Bouygues, comme prévu un peu plus tôt dans l’année, annonçait l’activation simultanée d’antennes 4G dans plus de 100 villes françaises au 1er octobre, mettant à profit la possibilité qui lui est offerte d’utiliser les fréquences 1800 MHz.

Ces antennes, refarmées depuis leur usage en tant qu’antennes 2G, se mueront en outils de diffusion de la 4G suite à l’accord prodigué par l’ARCEP, l’autorité de régulation des télécoms, au troisième opérateur hexagonal. Ce qui n’est pas du goût d’Orange qui, comme SFR, doit déployer de nouvelles antennes pour lancer sa propre 4G sur les fréquences mises aux enchères à la fin de l’année 2011 par l’Etat (fréquences en or 800 MHz et bandes 2600 MHz), et dont le total représente une manne de 3,5 milliards d’euros. Sur ce total, Orange a déboursé 1, 178 milliard d’euros ; SFR, 1,215 milliard d’euros et Bouygues Telecom, 911 millions d’euros. Toutefois, selon les proposé cités par le quotidien, l’heure serait à l’indignation chez Orange, évoquant l’autorisation conférée à Bouygues Telecom par l’ARCEP de réutiliser ses fréquences 1800 MHz : “C’est un véritable avantage. Cela donne à Bouygues un Noël d’avance, c’est-à-dire une saison commerciale“.

Entre “manque de transparence” et sentiment d’injustice, du fait que les fréquences vendues aux enchères aux opérateurs ont été attribuées avant que l’ARCEP rende sa décision, Orange craint avant tout de multiplier les dépenses pour rattraper l’avance prise de fait par son concurrent, qui bénéficie en outre d’un effet d’annonce qu’il ne faut pas négliger. Avec 40 % de la population couverte en 4G en octobre, Bouygues devrait être en avance de 5 à 10 % sur Orange et SFR, le Carré Rouge ayant pourtant renoncé à poursuivre son concurrent. Reste Free Mobile qui, toujours selon le quotidien, pourrait lui aussi déposer un recours auprès du Conseil d’Etat, la date limite pour ce faire ayant été fixée au 11 juin – et ce bien qu’il puisse profiter d’une partie des antennes de Bouygues, en forme de redevance. Mais même en cas de recours multiples, on peut douter que l’ARCEP se soit montrée assez imprudente pour ne pas prendre une décision suffisamment solide pour résister aux affres de concurrents malheureux.

Le Figaro

Comments

comments

Vous aimerez aussi :

  1. Refarming 1800 MHz : Bouygues Telecom pourra déployer sa 4G dès le 1er octob re
  2. Bouygues Telecom annonce ses plans de déploiement de la 4G (LTE)
  3. Bouygues Telecom le commercialisera en janvier à partir de 9 eur os
  4. Le HTC One arrive chez Orange, SFR, Bouygues Telecom, B&YOU et Sosh
  5. Bouygues Telecom attaque Free Mobile