Après l’opérateur Orange, il y a quelques semaines, c’est au tour de SFR de publier ses résultats financiers pour le premier trimestre de l’année 2016. Contrairement à ceux de son concurrent, ils affichent une baisse tant en chiffre d’affaires qu’en nombre d’abonnés.

sfr-blur

Si SFR évoque une « dynamique commerciale qui se poursuit au premier trimestre 2016 », force est de constater que ce constat ne concerne que ses abonnements dans le domaine de la fibre. Côté mobile, SFR perd toujours des clients, et pointe une décroissance nette de – 28 000 abonnés au premier trimestre. C’est moins qu’à la même période en 2015, où l’opérateur affichait la perte de 144 000 clients, mais on constate qu’avec 14,865 millions de clients mobiles au 31 mars, le carré rouge a perdu 272 000 abonnés entre la fin 2015 et la première période de 2016. SFR pointe, pour s’expliquer, « un contexte de marché concurrentiel caractérisé par d’agressives promotions » auxquelles la plupart des acteurs des télécoms veulent cependant mettre un terme.

En termes financiers, même combat. SFR compare son premier trimestre à la même période en 2015, où l’ARPU (le revenu moyen généré par ses abonnés) s’établissait à 21,8 euros mensuels, et évoque un maintien, puisque ce tarif est identique en 2016. En revanche, il a baissé par rapport à la dernière période de 2016, où l’ARPU était fixé à 22,5 euros. Dans le domaine de l’Internet fixe, SFR a également perdu des clients, passant de 6,52 à 6,29 millions de clients, et vu son ARPU légèrement baisser.

En attendant le deuxième trimestre

Cela se traduit par un chiffre d’affaires en baisse de 6,1 % sur un an, à 2,57 milliards d’euros et une perte nette de 41 millions d’euros pour le bénéfice. L’EBITDA (son excédent brut d’exploitation) s’établit de son côté à 851 millions d’euros, soit une baisse de 9 % sur un an. Ce qui n’empêche pas SFR d’afficher un optimisme certain. « La tendance du chiffre d’affaires devrait s’améliorer en 2016 sur la base de l’évolution des performances opérationnelles récentes », indique la firme. Et d’évoquer la politique active de déploiement sites 4G, la croissance qu’elle attend dans le nombre de ses abonnés mobiles au 2e trimestre, mais aussi la relance de la croissance par le biais de ses récents investissements. Les dernières annonces de SFR en la matière, qui se mue progressivement en groupe mêlant médias et télécoms, devraient rapidement avoir leur rôle à jouer.

Comments

comments

No related posts.